Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2019

Soliflore 74 - Adrien Braganti

 

 

 andrew_wyeth_winter_carnival.jpg

© Andrew Wieth

 

 

 

Chambre avec vue

 

Les marmots se défoulaient près des chaudières

Et se roulaient dans les poussières du dernier cercle.

Leur dos déjà voûté supportait leurs ascendants

Dont un pied s'engouffrait en enfer,

L'embonpoint aidant.

La poésie respirait dans le souffle

Des quelques épouvantails encore debout

Et l'hiver esquissait des mots étranges

Dans les couches des premières neiges.

La beauté du songe et l'amour pour l'amour

Surplombaient l'arrière boutique de nos carrières.

 

 

 

Extrait de son premier recueil, Le Ventre de l'hiver, Editions Prem'Edit, à paraître en 2019

  D'autres textes disponibles sur la revue en ligne Le Capital des mots

http://www.le-capital-des-mots.fr/2018/05/le-capital-des-...

 

 

 

 

 

 

 

23/06/2013

Ouverture des Soliflores avec Stéphanie Cousin

Aujourd'hui s'ouvre une annexe à la revue, ici même : Les Soliflores.

Il s'agit de textes uniques d'auteurs, qui seront publiés ici. Ceci pour répondre à l'afflux toujours plus important de propositions, qui déborde largement de ce que peuvent contenir trois numéros papier par an. Inutile cependant d'envoyer des textes uniques à cet effet, il s'agit d'abord de donner de la visibilité à d'innombrables auteurs déjà en attente, et qui ne seront peut-être pas publiés ou republiés ultérieurement dans la revue papier. Les Soliflores sont donc des clins d'oeil pour encourager la création poétique et ne pas l'émousser en la faisant attendre des mois, parfois des années, pour une publication papier.

 

Quant à la revue, elle continue son petit chemin, prochain numéro en octobre.

 

 

Pour ouvrir donc le bal, un poème de Stéphanie Voisin, qui fait écho à Nuage rouge de Jean Azarel, publié dans le denier numéro : un hommage à la chanteuse trop tôt disparue, Lhasa de Sela.

 

 

288208-lhasa-sela-spectacle-maison-culture.jpg

 

Lhasa tu marches et tu appelles

Celui qui froisse tes pieds sur des chemins de ronces

Tes dents sont amoureuses ta bouche est sans racine

Le désert tombe et ressuscite quand tu vacilles

Quelqu’un vient

Tu nages sur des braises

C’est sûrement lui

Et tes mains sont immenses même percées par la pluie

 

Ton cri s’est allongé dans une roue de velours

Comme un  feutre fragile

Ta voix couleur de chair lève le pain de l’ombre

La terre grogne et remplit la magie des oiseaux

Qui redonne soif et faim

Serre les poings sur ta fièvre

La douceur et la pierre confondent leurs murmures

Il y a tant de clarté dans l’obscur de ta voix

Qu’un océan se glisse en travers de ma peau

 

Lhasa laisse le vent marcher sur tes chansons

Et convaincre la terre d’accueillir ta fraîcheur

Car la nuit ce matin s’est trompée de fenêtre

 

Sur la route ruisselle l’eau brève de ta vie

Tel un souffle qui chasse             

Lhasa laisse le vent dans l’étincelle des chats

Car la nuit ce matin s’est trompée de fenêtre.

 

 

Stéphanie Cousin 

 

 

 

 

 

et une des chansons de Lhasa que j'aime tout particulièrement