Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2006

"Au camp de Gurs...", témoignage de Matéo Maximoff

« Au camp de Gurs, quand nous voulions aller en Espagne et que les Français nous ont pris et mis dans le camp - c’était en 1936, pendant la guerre d’Espagne à Séville. À l’époque où moi j’y étais, il y avait peut-être vingt mille espagnols. Il y avait bien deux mille juifs. Il y avait des homosexuels. Il y avait une quarantaine de tsiganes dont je me rappelle bien, c’était ma famille. Et dans le camp de Lannemezan qui est un camp entre Tarbes et Toulouse, il y avait quatre cent vingt tsiganes. Il n’y en avait pas d’autres, il n’y avait que des tsiganes. Il y avait en France, pendant la période d’occupation, cent dix camps d’internement, sous le régime de Vichy dont onze, c’est-à-dire 11 pour cent, uniquement pour les tsiganes. Mais le gouvernement actuel français ne veux pas le reconnaître. Une autre chose aussi que je peux vous dire et que je répète, j’ai écrit plusieurs livres sur les camps, dont un où la moitié du livre se passe à Lannemezan; j’ai envoyé un exemplaire au maire de Lannemezan actuel. Il n’a même pas osé me répondre. Alors que le maire de l’époque m’a écrit une lettre que je suis le seul à avoir dans laquelle il reconnaît que j’étais dans les camps. J’ai écrit au camp de Gurs; ils ont écrit un article où il y avait le nombre d’internés dont quarante gitans. J’ai écrit au comité en disant que j’ai été un des quarante, avec ma famille, et ils ne m’ont pas répondu. Par contre, un prêtre de Lourdes m’a envoyé des photos de Gurs sur lesquelles il y avait les pancartes où il figurait le nombre des internés. Et il y avait quarante tsiganes. Vous voyez, ce n’est pas seulement Vichy qui ne veut pas reconnaître, il y a aussi ceux qui sont au pouvoir actuellement. Pourquoi ? On ne nous demande pas, rien. Quand, moi j’ai reçu une somme, j’ai remercié la Suisse de me l’avoir envoyé, parce qu’en Suisse, ce n’est pas l’argent qui compte. Et pour les juifs, d’accord. Il y avait des millions et des millions. Mais pas les tsiganes. Par contre nous avions déclaré que nous n’avions pas d’argent, mais nos femmes avaient beaucoup de bijoux. C’était ça notre fortune. Nous les tsiganes, nous n’avons pas de maisons, nous n’avons pas de terrains, nous avons rien de spécial, mais nous avions des bijoux, beaucoup. Quand on avait un mariage, chaque femme portait des kilos de bijoux sur elle. On avait des bagues, des colliers, des boucles d’oreille. On peut pas savoir le nombre, c’est impossible. Et que les Suisses m’ont envoyé deux mille francs suisses, c’est pas grand chose, mais c’est l’acte qui compte parce que j’ai la lettre dans la poche et je peux vous la montrer. Pour moi c’est plus important que la somme que l’on envoie. Donc que la France fasse un geste. S’ils nous avaient donné seulement ne serait-ce que le franc symbolique, on aurait dit merci à la France. »
Extrait de propos recueillis par Valerian Lallement et Philippe Krebs  le 12 décembre 1998, à Romainville, publiés par la revue Hermaphrodite http://sitehermaphrodite.free.fr
medium_bouquin_Mateo.jpg

Matéo Maximoff, né en 1917 à Barcelone d'un père Rom kaldérash venu de Russie et d'une mère Manouche de France, Matéo Maximoff est incontestablement le plus connu des écrivains tsiganes de langue française. Au cours de ses 82 années d'existence, il a cumulé des fonctions aussi variées que chaudronnier, journaliste, conférencier, conteur, pasteur, photographe...Il vivait en France où ses aïeuls, chaudronniers de Russie, étaient venus vers la fin du siècle écoulé. Il a écrit en rom (dialecte kalderash) et en français. Sa première oeuvre Les Ursitory (Les Parques) fut traduite en 14 langues. Parmi ses autres oeuvres citons: La Septième Fille, Condamnés à survivre, Ce monde qui n'est pas le mien. Il travailla aussi sur la traduction en dialecte kalderash du Nouveau Testament, parue en 1994.

Les commentaires sont fermés.