Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2017

Fête du livre et de l'image d'Arcambal, 24-26 novembre 2017

 

Cathy Garcia et Nouveaux Délits sont invités au salon du livre

dans le cadre de la Fête du livre et de l'image d'Arcambal, 3ème édition 

fete_du_livre_et_de_l_image_2017-e7829.jpg

 

en savoir plus : http://www.fetedulivreetdelimage.fr/

 

 

 

02/07/2013

Joyeux Anniversaire !

Dingue !

La revue

NOUVEAUX DÉLITS

a dix ans !!!

 

petite flamme restau Nant.JPG

 

Pari fou, pari tenu

 

218 auteurs y ont été publiés à ce jour, dont certains nous ont malheureusement quittés

16 artistes l'ont illustrée, autant dire que certains plus d'une fois !

 

Je les remercie toutes et tous, car une revue c'est avant tout le fruit du généreux travail et de la douce folie de chacun et si elle a réussi à perdurer jusqu'à aujourd'hui, c'est bien grâce à celles et ceux qui s'y intéressent, tous les abonné(e)s mais aussi les lectrices et lecteurs occasionnel que je remercie également, 

 

MERCI

MERCI 

MERCI !!! 

 

 

Petit rappel de mon tout premier édito en

Juillet 2003 
 
Pourquoi Nouveaux Délits ? Et pourquoi pas ?
Voilà le point de départ de cette revue qui se lance, à l’eau ou par la fenêtre comme on voudra, l’essentiel étant l’élan, l’impulsion, l’envie de faire. Faire réfléchir plus que plaisir, faire connaissance, faire le lien entre tous et chacun, pourvu qu’il soit avide de paroles, fraîches ou chaleureuses c’est selon, mais dans tous les cas vivantes.

Les auteurs sont lecteurs, les lecteurs auteurs et chacun contribue ainsi à poétiser le monde.
Poétiser : nettoyer les regards de la poussière du conformisme ambiant, goûter des saveurs nouvelles. Nouveaux Délits aime les mélanges, les différences, les mots qui dérangent, qui grattent, qui démangent, pour ne pas céder au sommeil qui dissout les consciences.
Nouveaux Délits à inventer, à commettre ensemble. Poétiser est un acte, pas un luxe.
Soyez à l’écoute du vent qui passe, ignorant les frontières, colporteur de bonnes et mauvaises nouvelles. Confiez-lui vos textes, vos poèmes, vos délires, il en fera peut-être de la matière à Nouveaux Délits.
 
 
CG

"Un poète doit laisser des traces de son passage, non
des preuves. Seules les traces font rêver"

René Char
 
 
 
Et bien, nous voilà donc prêts
à  laisser quelques traces
pour dix années de plus ?
 
 
 

 

03/04/2013

Tarn en poésie - Exposition de Cathy Garcia du 9 au 17 avril 2013

Affiche Cathy Garcia.jpg

 

Programme de Tarn en Poésie 2013 avec pour invitée Hélène Dorion :

Programme H. Dorion.pdf

20/03/2012

Tarn en poésie 2012 avec Kenneth White

Cette année c'est la revue Nouveaux Délits, en la personne de Cathy Garcia, qui assure le compte-rendu de Tarn en poésie. L'invité est Kenneth White.

J'en profite pour rappeler ce texte qui a inauguré en quatrième de couverture le numéro 0 de cette revue, en juillet 2003 :

 

"Ce que je recommande en définitif, sur le plan du comportement, c'est un mélange de résistance, d'indifférence et de rire. Résistance à la bêtise, au système de crétinisation mis en place par une grande partie des médias. Indifférence à tant de discours qui, au nom du Progrès, de l'Avenir, de l'Humanité invitent à une participation sentimentale et aveugle à des mouvements de foule. Rire (sans en faire une profession) devant le faux sérieux, le prétentieux creux, la guimauve sentimentale. Ensuite, je propose d'entrer dans le champ du grand travail, par la porte d'un questionnement radical et par l'intermédiaire de la littérature mondiale. Pour la première fois dans l'histoire du monde, les ressources de pratiquement toutes les cultures sont là, à notre disposition. A l'individu de chercher, en utilisant les institutions. On pourrait aussi envisager la création de groupes, des groupes d'amis, d'esprits chercheurs, pour la discussion de textes radicaux et séminaux, pour l'échange d'informations, pour veiller sur la biosphère, sur l'éco-région. De tels groupes formeraient comme un archipel de vie à l'intérieur de la masse amorphe (ou régimentée) de notre civilisation. Il faut surtout être sur le qui-vive pour tout signe de métamorphose de cette civilisation. Et puis, le plus souvent possible, l'œil et l'esprit ouverts, emprunter n'importe quel sentier dans le bois, suivre n'importe quel ruisseau jusqu'à la mer"

 

Kenneth White(poète, écrivain écossais)

TARN_EN_POESIE035.jpg

CCI20032012_0000.jpg

prog2.jpg

prog.jpg

arpo.jpg

30/12/2011

Vœux-tu bien lâcher deux mi-longs œufs ?


 

EN ATTENDANT LA SORTIE EN JANVIER DU N°41 DE LA REVUE,

 

NOUVEAUX DÉLITS VOUS EN SOUHAITE UNE BONNE.

 

L'AN DOUZE C'EST TOUJOURS MIEUX QUE L'ANDOUILLE...

 


 

andouille-de-pays.jpg

 

SURTOUT DU PAYS DE l'AN DOUILLE

 

4570239-Douille-militaire-20-440x320.JPG

...

 

 


15/07/2010

Rencontres de Mayrinhac-Lentour - 6ème édition

MUSIQUE - THÉÂTRE - CINÉMA - ART - RENCONTRES - ARTISANAT

Chemins croisés
Dates et heures d’ouverture des Rencontres
Vendredi 16 en soirée seulement à 21 h 00
Samedi 17 à partir de 14 h 00 - soirée à 22 h 00
Dimanche 18 à partir de 10 h 00 - soirée à 22 h 00
Spectacles et restauration gratuits pour les enfants < à 5 ans
Pour les repas réservations possibles à l’accueil (1 sur le plan) suivant disponibilités.

Vous pourrez y retrouver la revue Nouveaux Délits ainsi que Cathy Garcia avec ses propre recueils le 18 juillet à partir de 14h30 au Jardin Littéraire.

 

Voir ici pour le programme détaillé : programmeRecto2010web.pdf

28/06/2010

La revue prend des vacances

Pour la première fois depuis les sept années de son existence, la revue Nouveaux Délits prend des vacances estivales, le numéro 37 sortira donc en octobre.  Vous pourrez cependant la retrouver sur mon stand le 18 juillet aux Rencontres de Mayrinhac-Lentour (Lot) dans le cadre des Chemins croisés. Je vous souhaite en attendant le meilleur des étés, beaucoup d'étoiles et quelques hamacs bien placés.

Cathy Garcia


23/06/2010

Cathy Garcia et la revue Nouveaux Délits au Salon d'un Jour

Cathy Garcia sera présente dimanche 27 juin de 10h à 18h au Salon d'un Jour, à Beauvais sur Tescou (Tarn) où elle présentera ses gribouglyphes :

http://ledecompresseuratelierpictopoetiquedecathygarcia.h...

ses recueils, la revue Nouveaux Délits et l'association.


salon-dun-jour-beauvais-sur-tescou-tarn.jpg

http://salonbeauvais.canalblog.com/

 

26/03/2010

Expo et Café Littéraire avec Marie Florence Ehret & Cathy Garcia, mardi 30 mars 2010


CAFE  LITTERAIRE
2010, l’Odyssée de la femme
Médiathèque Louis Aragon TARBES

Dans le cadre du printemps des poètes consacré cette année en priorité à la création féminine, l’Association Thot’M organise un café littéraire avec deux poétesses Marie Florence Ehret et Cathy Garcia, précédé d’une petite exposition de leurs œuvres écrites et plastiques.
Cette rencontre - intitulée « 2010, l’Odyssée de la femme», - titre du N° 35 de la revue de Cathy Garcia, « Nouveaux Délits » - aura lieu le MARDI  30  MARS à la Médiathèque Louis Aragon à TARBES : Exposition/Rencontre de 17h30 à 19h30 ; Café Littéraire à 20H30.

« Poète et philosophe, écrit Hubert Haddad Marie Florence Ehret déploie de livre en livre une manière d’hymne lucide à l’amour qui nous manque, à l’altérité blessée, en nous engageant à revisiter d’un pas de danse la grande mémoire originelle semblable au premier matin. »

De Cathy Garcia… experte en délits de poésie,  le poète Werner Lambersy déclare  que « Ses poèmes, dont le désir amoureux, la colère sociale ou la jubilation créatrice tiennent lieu tour à tour d’azur, d’horizon et de ciel de traîne verbal, plongent ô colombe, lecteur mon frère humain, comme l’épervier sur sa proie. »

 Sur son site consacré à la littérature et au voyage,  Marie Florence Ehret témoigne que : « le geste d’écrire débouche sur une création, cette re-création que le monde attend des hommes par leurs rêves et leur art … L’écriture, comme l’amour, ne peut que se partager »

C’est à ce partage de la création que vous vous invitons pour fêter ensemble ce Printemps des Poètes.  Une petite collation sera proposée vers 20h. (Séance de dédicace à la médiathèque le Mercredi matin 31 Mars).
Entrée libre et gratuite

Renseignements: Tél : 05 62 34 45 93
E-mail : ogam.pc7@orange.fr

Site : http://pagesperso-orange.fr/atelier-ecriture- thotm-pierre.colin

Tarbes 2010small.JPG

08/03/2010

États du Big Bang vient de paraître aux Ed. Nouveaux Délits

Bonjour à toutes et à tous,

J'ai la grande joie de vous annoncer la sortie du tout premier ouvrage édité
par les Ed. Nouveaux Délits

États du Big Bang - Chimères de Jean-Louis Millet, captation de Cathy Garcia

COUV SMALL.JPG



Ce livre existe déjà sous forme numérique dans la collection Livr’art « Zen Évasion » sur le site http://www.evazine.com/

Vous pouvez désormais l'avoir chez vous sur beau papier recyclé 115 gr et couverture calcaire 250 gr, format 21 x 15, 40 pages, avec les encres de JL Millet en reproduction couleur. Jean-Louis Millet et moi-même faisons don à l’association Nouveaux Délits dont nous sommes membres, en soutien et donc à titre gracieux, du droit de reproduire et diffuser cette œuvre dans le public. L'intégralité de la recette ira à l'association pour lui permettre d'aller de l'avant dans ses projets.


Le prix public est de 12 € TTC (compter 1 €/ exemplaire pour le port)
Les membres adhérents de l’association pourront bénéficier comme prévu dans les statuts, d’un tarif préférentiel fixé sur cet ouvrage à 10 € TTC port compris.


Pour avoir l'adresse où commander, merci d'envoyer un mail à revuenouveauxdelits@wanadoo.fr

Avec tous nos remerciements !


Pour celles et ceux que ça intéresse, vous pouvez demander un bulletin d'adhésion à l'association (adhésion annuelle 10  € - offrant droit au
dernier numéro de la revue + États du Big Bang  = 20 €)

ASSOCIATION NOUVEAUX DELITS

 

MOTHERGODDESS 2 petit format.jpg

 

L’ASSOCIATION

 

L’association a pour but la publication de la revue de poésie Nouveaux Délits (créée par Cathy Garcia en 2003). De promouvoir la création littéraire et artistique singulière, d’éditer les auteurs et les artistes membres actifs de l’association, permettant ainsi à des créateurs indépendants ou méconnus de faire connaître leur travail au public. De favoriser le lien social autour de la poésie et de l'expression artistique sous toutes ses formes. D'organiser (ou participer à) des évènements, rencontres, ateliers, expositions, lectures, spectacles...  L’association pourra mettre en place des projets en direction de personnes en difficultés morales ou physiques (personnes isolées socialement, handicapées, incarcérées, hospitalisées…). Pour atteindre ses buts, l’association pourra exercer une activité sous la forme commerciale, soit l’édition, la distribution et la vente d’ouvrages réalisés, soit l’organisation d’ateliers, de manifestations et de prestations payantes.


Les membres adhérents pourront bénéficier des activités de l’association*. Adhérer ne signifiera en aucun cas voir la prise en charge automatique de ses œuvres à des fins d'édition ou de diffusion. Seuls les membres actifs ont le droit de vote aux assemblées générales. Sont membres actifs ceux qui participent directement au programme d’action et d’édition décidé par le bureau directeur. Ce programme sera amendé et diffusé régulièrement aux adhérents. Il est par nature limité par des données budgétaires, ce que chacun comprendra aisément. Pour vivre l'association Nouveaux Délits - à but non lucratif ! - a besoin de fonds et au démarrage c'est ce qui manque le plus. La mise en place sera donc très progressive. Si gains il y a, ils seront automatiquement réinvestis dans l'œuvre.

 

* Les adhérent(e)s reçoivent automatiquement le dernier numéro de la revue et ceux qui s’abonnent bénéficient d’un numéro supplémentaire soit 5 numéros au lieu de 4 pour un abonnement d’un an ou 9 numéros au lieu de 8 pour un abonnement de deux ans.



Adhésion annuelle : 10 euros (chèque à l'ordre de l'association)


 Voir : http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/

05/03/2010

Nouveaux Délits au Lieu Commun, Saint-Céré (46)

Le Lieu commun est un café associatif situé 18 place de l'église à Saint-Céré.

En mars plusieurs rendez-vous sont programmés. Lundi 1er mars et 15 mars à 19 h 30, soirées échanges linguistiques avec des conversations en anglais, allemand, espagnol…Lundi 8 mars à 20 h 30, soirée environnement avec la diffusion du documentaire « La malédiction du plastique » suivi d'une discussion. Samedi 6 mars à 20 h 30 à l'auditorium de Saint-Céré, conférence de Dorothée Benoît-Browaeys dont le livre « Le meilleur des nanomondes » vient de sortir (entrée libre).

Mardi 9 mars ce sera le Printemps des poètes sur le thème la poésie « Couleur Femme ». Il y aura une distribution de contraventions poétiques et de poèmes chez les commerçants.

Mercredi 10 mars à 20 h 30, soirée dénoisillage chez Alain et Gilberte à Costeplane.

Jeudi 11 mars à 20 h 30, sera proposé un atelier dessin de portraits de femmes, ouvert même aux débutants. Samedi 13 mars, matinée animation Printemps des Poètes sous la halle du marché de Saint-Céré avec lecture et déclamations de poèmes.

Mardi 16 mars à 14 h 30, répétition des textes avec Raymonde Heudeline pour les animations du 17 et du 19 mars. Mercredi 17 mars matinée animation dans Saint-Céré pour Le Printemps des Poètes dans la ville.

Vendredi 19 mars, à partir de 14 heures, installation des poèmes des enfants dans les arbres de la Place de l'église. Installation de l'artiste Valéry Jamin et à 20 h 30 soirée poétique avec Cathy Garcia, artiste peintre et écrivain poète autour de la revue de poésie vive et dérivés « Nouveaux délits ».

Samedi 20 mars, matinée animation Printemps des Poètes sous la halle de Saint-Céré avec distribution de contraventions poétiques. De 15 à 19 heures animations sur la place de l'église et au Lieu Commun. À 15 heures, lecture des poèmes des enfants ; vers 16 heures, création collective d'un symbole féminin ; vers 17 heures, goûter offert au Lieu Commun suivi à 18 heures d'une scène Slam animée par Macdy jusqu'à 19 heures.

Lundi 22 mars à 20 h 30, réunion de programmation pour le mois d'avril, préparation de l'expo « Les Grandes Résistantes Contemporaines » et réunion du CA de l'association.

Samedi 27 mars à 20 h 30, soirée lectures et chansons autour de l'œuvre de Raymond Queneau proposée par Albert Heudeline et Claude Marcoux et les participants volontaires.

Contacts : Pôline au 05 65 40 37 23 ; e-mail : lelieucommun@live.fr ; blog : lelieucommun.over-blog.com

 

Au plaisir de vous y retrouver le 19 mars

Amicalement

Cathy Garcia

(ps : je ne suis pas artiste peintre, plutôt gribouglypheuse et collagiste - Voir : ledecompresseuratelierpictopoetiquedecathygarcia.hautetfort.com/)

25/12/2009

En ce jour d'entre les jours

noel zombie.gif

12/06/2009

Quelques mots à propos de cette revue

Nouveaux délits est une revue PAPIER, et ce blog ou l'ancien site n'en sont qu'un pâle reflet. En effet, cette revue, il faut la voir (l'avoir) en vrai, c'est important. Il faut la toucher, l'ouvrir, la refermer, la plier, l'écorner, la garder près de soi, la prêter, la perdre, la mettre à disposition dans les toilettes pour un vrai moment d'intimité, bref, il faut qu'elle vive comme objet car elle ne peut s'épanouir dans la virtualité. C'est une petite revue qui se veut grande sentimentale, elle aime être caressée, n'a pas peur de passer de mains en mains.

Je m'occupe peu de publicité pour cette revue, je préfère passer du temps à la concevoir, l'imprimer, la plier, l'agrapher, écrire votre adresse et l'envoyer par la poste, ce bon vieux service public.

Je pourrais passer du temps à faire un site approprié, vendeur, une page myspace spécialement pour elle, je pourrais, je pourrais... Non cette revue pour moi doit rester palpable, aussi je passerai plus de temps dans le réel avec elle qu'ici ou ailleurs sur la toile.

Je tenais à le dire, car c'est important. Moi qui me sers du net depuis de nombreuses années, j'ai de plus en plus de mal à supporter que tout tienne sur un petit espace plat et carré. Le net est un outil, rien de plus. Un outil très perfectionné, très performant et qui permet de se rencontrer vous et moi alors que dans la vraie vie peut-être ne nous serions nous jamais rencontrés, mais dans la vraie vie, quand on se rencontre, on ne peut pas aussi facilement se cliquer dessus, s'ignorer, se supprimer, se rendre invisible, s'éteindre, fermer la page.

Ceci n'est pas un message destiné à encourager les abonnements, je suis bien-sûr ravie d'avoir des abonnés, mais comme je fais tout moi-même, si j'en avais trop des abonnés, ça deviendrait véritablement pénible... Aussi je vous encourage plutôt à faire vous aussi des choses dans la vraie vie, des objets que l'on peut toucher, regarder, aimer. Je vous encourage à aller vers les autres, car oui, ,cela devient de plus en plus difficile et la facilité de la communication virtuelle est trompeuse. En vérité, regardez, vous êtes seuls devant un écran... Et je ne vous vois pas, et je ne peux donc pas vous sourire et encore moins vous toucher.

Alors on touche avec des mots, et si je vous touche, alors c'est que les mots ont des mains. Et ça c'est plutôt une bonne chose.

Un grand merci à tous ceux qui me lisent et donnent la main à mes mots. 

 

Cathy Garcia, 12 juin 2009

 

29/04/2009

Erreur dans le numéro 32

 

Pour les abonnés et autres lecteurs de ce numéro, la citation suivante

 

On oubliait surtout

Que le rêve est patience

Et noyaute le temps

 

Attribuée à Zohra el-Manssouri in Psalmodies

Est de Jean Gédéon in Crispations

 

Je vous prie d’excuser cette coquille.

29/08/2008

Soirée poésie "Ouvrez le feu" à St Cirq-Lapopie avec Tristan Cabral, Majid Kaouah et Cathy Garcia

AFFICHE POESIE O MUERTE.jpg
*illustration de Joaquim Hock


Soirée poétique et musicale proposée en partenariat avec la revue Nouveaux Délits avec les poètes Tristan Cabral, Majid Kaouah et Cathy Garcia, accompagnés en musique par Serge Bouzouki. Vente et dédicace d'ouvrages en fin de soirée. Rencontre avec les auteurs autour d'un thé à la menthe.


Les invités :

Tristan Cabral, poète, est né à Arcachon, le 29 février 1944.
Etudes secondaires à Bergerac, puis faculté de théologie protestante à Montpellier. Il abandonne le pastorat, entreprend des études de philosophie. Nommé professeur de philosophie au lycée Daudet à Nîmes, il y exerça son métier durant trente ans.
Il fit une entrée fracassante en littérature " en portant son cadavre sur son dos " comme écrivit Roger Gilbert-Lecomte. En 1974, effectivement le professeur de philosophie Yann Houssin du lycée Daudet préfaça un recueil de poèmes intitulé : " Ouvrez le feu " d'un jeune poète de 24 ans, Tristan Cabral, qui s'est suicidé en 1972. La critique est élogieuse : " Qu'on se donne le temps d'écouter cette voix tourmentée, cette poésie convulsive, aux couleurs de feu dans le maquis des mots. " écrit François Bott dans le journal " Le Monde ". Nous apprendrons plus tard en 1977 que Tristan Cabral est bien vivant et que le préfacier Yann Houssin est en fait le poète Cabral. Il publie alors une avalanche de textes aux Editions Plasma à Paris qui rencontre un large public : " Du pain et des Pierres " 1977, " Quand je serai petit " 1979, " Et sois cet océan "1981. Le recueil "Ouvrez le feu" sera réédité à trois reprises. Nous assistons alors à un phénomène d'édition de poésie, depuis le texte " Paroles " de Jacques Prévert aucun recueil a eu un tel tirage. Cabral occupe une place singulière dans le paysage poétique contemporain. Aussi il écrira ses poèmes depuis des lieux où la vie peut se réconcilier avec la poésie, seule façon de surmonter la déchirure. Cabral voyage tous les étés et on le retrouve là où s'exerce le mal : Paris 68, Prague, les Cévennes, Montségur, Bagdad, Istanbul, Belfast, Mexico, Alger, Jérusalem, Kosovo, Bosnie, Auschwitz... partout où l'homme incendie son semblable. Cabral puise ses images dans l'agonie de notre monde. Il se lie à des mouvements révolutionnaires en Amérique du sud, en Irlande, en Turquie.
En 1976, il sera incarcéré à la prison de la Santé à Paris pour " participation à une entreprise de démoralisation de l'armée française. " Il vit toujours à Nîmes, continue son métier d'enseignant et publie ses chants de lutte qui évoquent le Tiers Monde, la Palestine, l'Irak. Il y exprime souvent ce moment d'espérance juste avant l'arrivée du désespoir. Comme l'écrit le poète Bernard Noël :" Cabral est un poète à la douceur impitoyable ". Cabral poursuit sa route insoumise, sans Dieu, sans parti, sans maître et il construit une œuvre : " la lumière et l'exil " ( anthologie) 1985, " le Passeur de silence " ( 1986), " le quatuor de Prague " ( 1990), " le Passeur d'Istanbul " ( 1992), " le Désert-Dieu " (1996), " Mourir à Vukovar " (1997). Cabral traverse de nombreux brasiers.
En 1997, sa poésie, expression d'une révolte pure évolue vers une poésie de la quête. Cabral nous révèle alors son identité secrète au travers de ses trois derniers recueils : " L’ Enfant d'eau " ( 1997), " La messe en mort " ( 1999) et " L'enfant de guerre " ( 2002). Le poète écrit : " Enfant illégitime de la Seconde Guerre mondiale, j'ai voulu montrer en suivant le Danube, de sa source à son embouchure sur la mer Noire que le monde lui-même ne cesse de naître et de renaître .... " Il a traduit entre autres Yannis Ritsos, Octavio Paz, Georg Trakl. Tristan Cabral a été publié dans le numéro 24 (juillet 2007) de la revue Nouveaux Délits.

Bibliographie

Testament Funambule, Actes Sud, 2008 à paraître
Requiem Océan, Bord à bord avec Xavier Grall, Voix d’encre, 2007
L’Enfant de guerre, Le Cherche-Midi, 2001
La Messe en mort, Le Cherche-Midi, 1999
L’Enfant d’eau, Livre I du Quatuor de l’Atlantique, Cahiers de l’Égaré, 1997
Mourir à Vukovar, Cheyne, 1997
Le Désert-Dieu, éditions De l’Alpha et Oméga, 1996
Le Passeur d’Istanbul, éditions Du Griot, 1992
La Lumière et l’exil, Le Temps parallèle, 1986
Le Passeur de silence, La Découverte, 1986
Et sois cet Océan ! Plasma, 1981
Demain, quand je serai petit, Plasma, 1979
Du pain et des pierres, Plasma, 1977
Ouvrez le feu !, Plasma, 1975

Abdelmadjid Kaouah est né le 25 décembre 1950 à Aïn-Taya, près d'Alger.
Il est journaliste de profession. Correspondant de divers journaux algériens et chroniqueur littéraire. La violence qui a frappé son pays dans les années 90 l'a poussé à l'exil en région toulousaine où il vit aujourd’hui.
Il publie depuis les années 70. Il a publié plusieurs plaquettes aux Editions du Stencyl notamment : Trois télégrammes d’amour et un poème pour les enfants, De toute manière... Son recueil Par quelle main retenir le vent, préfacé par Tahar Djaout en 1986 évoque ce qu'aurait pu être l'Algérie si les poètes avaient eu la parole. Par quelle main retenir le vent a été réédité suivi de La Jubilation du jasmin par les éditions Noir & Blanc ainsi que L'Ombre du livre. Il a publié en 1999 Le Nœud de Garonne (éd. Autres Temps, Marseille).
Titulaire d’une Maîtrise consacrée à la poésie algérienne de langue française, il a également animé en Midi-Pyrénées l’association CRIDLA (Cercle de recherches, d'initiatives des lettres algériennes et maghrébines de langue française).
Collaborateur littéraire (notamment à Notre librairie, Revue des littératures du Sud, Paris), il a produit durant plusieurs années des émissions radio de culture et de société (grands entretiens avec Amin Maalouf, Jean Pélegri, Boualem Sensal, Serge Pey etc. ...) et dans la presse écrite (Yasmina Khadra, Nouredine Saadi, Maïssa Bey...).
Il a obtenu le prix Sernet 1995 des Journées internationales de poésie de Rodez pour La Maison livide (préfacé par Serge Pey avec une couverture du peintre Hamid Tibouchi, (éd. Encres Vives, Toulouse).
Il a publié une anthologie Poésie algérienne francophone contemporaine (éditions Autres Temps, coll. "Temps poétique", 2004).
Et Le Cri de la mouette quand elle perd ses plumes (Encres Vives, mars 2006).
L'Ode à Katerina Angélàki suivi de Skärgarden (Encres Vives, 2008)
Il a pris part à de nombreuses rencontres poétiques, en France, en Grèce, en Espagne , en Allemagne, en Suède. A participé à divers salons et rencontres littéraires en France et animé de multiples lectures dans les librairies et les cafés-littéraires. Majid Kaouah a été publié dans le numéro 23 (mai 2007) de la revue Nouveaux Délits.

Et Cathy Garcia, née en 1970, poète fondatrice de la revue.

Bibliographie

PANDEMONIUM 1 (poèmes) , Editions Clapàs Collec. Les Ami(e)s à Voix 2001
FRAGMENTS DE TOUT ET DE RIEN (prose), Editions Clapàs, Collec. Les Ami(e)s à Voix 2001 ;
PAPILLON DE NUIT, Ed. Clapàs dans la collection Franche-Lippée, 2001
GRIS FEU chez Ambition Chocolatée et Déconfiture, 2003
De larges extraits de CALEPINS VOYAGEURS - Journal intime en tournée 1997/2002 plus quelques poèmes, sur le cd-rom du poète Christian Erwin Andersen : L'EXORCISME DU SABLE (Pourquoi toujours dans le désert?) aux Ed. Profana Bellica, 2003 (Belgique)
La nouvelle histoire de Monsieur Seguin dans le recueil Nouvelles story n°2, Ed. Alpa. 2004;
JARDIN DU CAUSSE, éd. à tire d'ailes, 2004 
LES ANNÉES CHIENNES – Série autodigestion, éd. A Tire d’Ailes 2007
SALINES, éd. A Tire d’Ailes, 2007
OMBROMANIE, éd. Encres Vives, coll. Encre Blanche, 2007

et LES CHRONIQUES DU HAMAC, éd. A Tire d’Ailes 2008, nouveau recueil qui sera présenté par Les Orteils Papillons au Garage Donadieu, à Cahors, le mardi 16 septembre à 20h30, une lecture en suspension...

Infos pratiques
• Prévoir des vêtements adaptés en fonction de la météo
• Participation libre

 
Venez nombreux pour partager avec nous en ces temps frileux quelques étincelles de poésie !

11/07/2007

Correctif du numéro 24

Suite au délit de vol de textes (il en fallait bien un dans la revue) de Djamel Mazouz, il me faut rectifier le n°24 ainsi :
 
 
AU SOMMAIRE
***
« Djamel Mazouz » en flagrant délit de plagiat…  l’auteur de deux des quatre textes publiés dans ce numéro est donc en réalité Nicolas Franck. Ne connaissant pas l’auteur des deux autres poèmes, Immigré, mon frère et Une gare la nuit, je les supprime de la présente ré-impression et je les remplace par Lettre ouverte à mon plagiaire de Nicolas Franck…

 
 
Nicolas Franck
 
Lettre ouverte à mon plagiaire
Monsieur Djamel Mazouz,

On vient de m’apprendre que vous appréciez énormément mes textes.  Passé le premier moment de surprise, je me suis senti envahi par une grande satisfaction. Et votre choix de vous en servir me touche beaucoup. Et j’irai jusqu’à dire que vous avez bon goût. J’espère qu’ils vous apporteront la gloire et la reconnaissance que je ne cherche pas.
Nous sommes tous un peu plagiaires, nous écrivons à partir d’affinités. Rares sont ceux qui inventent une langue.
A travers vous je participe à des concours, je suis fêté, apprécié. C’est un peu un échange de lumière, je vous donne la mienne, vous me donnez la votre. Pour être plus précis, vous volez la mienne, et ne me donnez rien en retour. C’est injuste. Mais vous me direz que la vie est une longue injustice, et que c’es, ce qui la rend vivable.
J’en profite pour vous dire de faire attention, mon écriture est certes merveilleuse, mais je suis affublé d’une affreuse et déplorable dyslexie, et malgré les correcteurs d’orthographe, il reste de nombreuses coquilles dans mes textes, pensez à les relire, et à corriger ces fautes qui gâchent le plaisir du lecteur exigeant, ce qui pourrait venir ternir notre célébrité commune. Vous pourriez ainsi ajouter une sorte de perfection à notre œuvre collective.
Au-delà de ça, vous me faites toucher du doigt quelque chose qui m’avait échappé. Avec la généralisation des blogs, l’écriture appartient de moins en moins à son auteur. N’en déplaise aux ego des auteurs, les textes sont voués à n’appartenir à personne, hormis au lecteur, l’espace d’un instant. Et la réussite d’un texte, sera sa lente métamorphose, lorsqu’il passera de main en main, d’œil en œil. Je ne suis pas capable de dire si cela est un mieux, mais c’est inéluctable. La rançon du progrès en quelque sorte.
Il y a quand même un truc qu’il faut que je vous dise, écrire pour moi est acte nécessaire et douloureux, les textes que vous prenez ne sont que le reste de cette nécessité et de cette douleur. Le reste. L’écume. Ils sont issus d’une intimité au travail. En les prenant ainsi, sans crier gare, vous me laissez porter seul cette douleur. C’est un peu comme si vous me la renvoyez dans la figure. Mais ce sont sans doute des considérations dont vous n’avez que faire.
Ce n’est pas la première fois que m’arrive ce genre d’aventure. La première fois j’ai ressenti e cela comme une infraction. Et la personne qui avait pris et dénaturé mon texte, m’en a profondément voulu de lui avoir fait remarquer ma désapprobation. La deuxième fois était plus innocente, et puis la chapardeuse avait de si belles fesses que je me suis senti flatté et honoré par son emprunt, comme quoi il suffit de peu. La troisième, c’est vous Monsieur Djamel Mazouz. Je commence à être rôdé. Mais je doute que vos fesses me fassent de l’effet. C’est dommage, j’en conviens. Pourquoi voler ce qui est offert ?
Pour être plus sérieux, si vous me lisez, vous devez savoir ce que je pense de l’écriture, vous devez savoir que c’est l’acte le plus vain qu’il soit, et parce qu’il est vain, il en devient grand, merveilleux. Ce qui est important dans l’écriture, c’est d’abord user sa vie dans un acte inutile, presque puéril, et c’est être à l’endroit du frottement de cette vie et de la mort qui s’approche.
Je vais vous dire un secret. Un texte ne vaut rien en lui-même, il ne tient que par des fils invisibles qui le relient. Je suis passé voir « vos productions ». Toutes ne sont pas de moi. Et vous voyez, il n’y avait pas ces fils invisibles qui relient les textes entre eux. C’est comme s’ils avaient perdu leur sang. De la viande blanche. Et j’en fus triste.
Alors Monsieur Djamel… au point ou nous en sommes je crois qu’on peut se tutoyer. Djamel, tu sais ce que tu vas faire ? Tu vas te mettre au travail. Tu va arrêter de pomper tout ce que tu trouves. Tu es quelqu’un de sensible, comme tu le dis, alors tu vas prendre ton stylo et t’asseoir. Et ne plus bouger. Et mettre ce que tu as à mettre sur le papier. Qu’importe si c’est beau ou pas, qu’importe si tes mots ne trouvent pas grâce à tes yeux. Sache que c’est un bon signe, l’insatisfaction. Tu peux t’appuyer sur elle. Elle guidera tes pas. Il est temps que tu existes par toi-même, tu te le dois à toi. Si tu veux je serais ton premier lecteur, et je t’aiderai autant que je le pourrais. Fais-toi confiance, consens à ton imperfection. Ose être ce que tu dois être. Même si c’est douloureux, surtout si c’est douloureux. N’attend rien des autres. Donne-toi à tes mots, à leurs couleurs, à leurs musiques. Respire avec ta bouche, avec ton air à toi. Soit le vivant de ta vie. On n’écrit pas pour le plaisir d’être lu. On écrit, parce qu’on mourrait à petit feu si on ne le faisait pas. Accepte de ressusciter. Donne une chance à ta vie. Que t’apportent tes mots volés ? Rien, hormis une tristesse supplémentaire. Tu vaux mieux que cela, j’en suis sûr. Ecris. Et si ça te fait mal, c’est que tu es sur la bonne voie. Ecris sur tout, sur rien. Le rien est un bon exercice. Ecrire lorsqu’on est déserté de tout. Ecrire c’est se dénuder, c’est s’appauvrir, ce n’est pas dépouiller l’autre.
Ecrire c’est avaler des silences et les transformer en chants.
Car dans l’écriture tu seras seul. Certains soir tu en pleureras, même. Mais tu verras, les mots, tes mots arriverons à éclairer l’ombre que tu mâches sans relâche.
Ecris dans ta pauvreté, tu ne sais pas encore qu’elle richesse elle peut contenir.
L’écriture et l’amour c’est la même chose. Tu vois un peu à coté de quoi tu passes ?
Donne, offre, arrache toi, ne t’occupe pas de la brillance du résultat, pourvu que chaque mot ai traversé ton corps de part en part. Pourvu qu’après l’écriture tu sois hagard et pantelant.
Tu devras rester de longues heures à méditer, en face du vide de la page, ne compte pas sur les muses, ne compte que sur toi. C’est lorsque l’inspiration t’échappe que l’écriture est la plus belle, c’est quand elle se refuse, que l’œuvre se bâtit. Il faut alors aller la prendre dans tes propres chairs. Et si tu doute, c’est que tu es en progrès. Chaque jour oblige-toi. Taille dans tes faiblesses, dans ta lâcheté. Confronte-toi.
Et surtout consens. Le consentement, est ce mouvement de l’âme qui nous fait sortir de nous-mêmes. Tu apprendras que tes pays intérieurs sont hors de toi. Tu verras, qu’à ta table d’écriture, tu feras le plus mystérieux des voyages. Assis, à ta table d’écriture tu visiteras les constellations les plus éloignées, les abîmes les plus profonds, les sommets les plus hauts.
Et surtout ne cherche pas la gloire, ni la reconnaissance. Applique-toi à contenir ton ego. Oublie-le si tu peux. Le poète reconnu est un poète perdu.
Préfère l’ombre et les angles, les seuls endroits où le soleil est regardable.
Voilà, Djamel ce que je peux te dire. Je pourrais, bien sûr développer à l’infini, mais l’essentiel est là. Mets-toi au travail. Ecris depuis ta solitude et ton ennui, invente des pays et des saisons. Prends ta charrue et avance. Creuse. Tire sur le soc de la langue, retourne les sillons des mots, arrache tes buissons, tes racines coupées, enlève les pierres qui te font trébucher. Trouve le sens de ta parole. Fait pénétrer ta voix dans le souffle épuisé de ta parole. Parle, fais-toi surprendre par le son de ta propre voix. Même si c’est un cri. Surtout si c’est un cri. Une amie te dirait : soit fragile, jamais faible. Tremble, mais ne recule pas.
Voilà Djamel, il faut maintenant que tu entres dans la poésie comme on s’engage sur un chemin. C’est le crépuscule, on ne sait pas où ce chemin mène. On sent en soi comme un effondrement. Alors on sait que l’heure est venue de se mettre en route.
Alors, bonne route Djamel.
Franck NICOLAS.

 
Un goût de violon....
J’ai comme un goût de violon dans la bouche.
L’entendez-vous ?
Il vient de si loin,
Il s’est épuisé à traverser les temps, les orages,
les absences, les déraisons, les abandons,
Il s’est épuisé à traverser les cassures, les brisures,
les déserts, les solitudes, les abattements,
Il s’épuise encore à traverser les exaltations,
les passions, les espoirs.
Il a tout traversé, et il surnage, et il survit, et il s’essouffle.
L’entendez-vous sous les cendres ?
L’entendez-vous sous les feuilles qui tombent des arbres
dans les aurores automnales ?
L’entendez-vous
sous les mots qui s’échappent encore de moi ?
Dites-moi que vous l’entendez, ce violon.
Dites-le-moi, je vous en prie…
Je ne suis pas une âme calleuse qui cherche l’absolution
au fond des abbayes.
Je suis une âme perdue qui hante et erre, la nuit
sous la lune opalescente
Et qui pleure, mais pas encore assez sans doute
Et qui prie, mais pas encore assez je crois…
Je ne suis qu’une âme torturée et vacillante
Dans la tremblance des soirs sans nom
***
***
Note de l’éditrice : Les deux poèmes présentés sont donc des extraits de textes de Franck Nicolas,  parus dans la première édition de ce numéro sous le nom du plagiaire Djamel Mazouz, avec deux autres textes dont j’ignore encore les véritables auteurs
***
*** 
Il est des jours
 
Il est des jours
Où on laisse la lampe éteinte,
On écrit avec une encre d’ardoise
Sur une page de nuit et
Les mots craquent comme des cailloux.
Il est des jours
Où l’on trébuche sur un souvenir
Et voilà qu’on dévale les couleurs de l’arc-en-ciel
Pour aller s’affaler dans le noir
Tête la première,
Un noir solide et anguleux.
On a beau brûler
Des fagots de secondes
Pour y voir plus clair
On se blesse quand même sur des tessons de ciel
***
***
***
Nicolas Franck nfranck@aol.com « J’ai 51 ans. Jeune j’étais déjà vieux, ce qui me console c’est vieux je serais encore jeune. En fait je ne suis d’aucun âge, d’aucun lieu. Anguleux à l’extérieur, rond à l’intérieur, je suis né à Limoges. Déjà un lieu d’exil. Dans mes origines, je préfère les Creusoises. Je ne me souviens pas de mon enfance. Quelque déménagement et du gris tout autour. Il n’y a pas de pire cadeau que l’on puisse faire à un enfant que d’en faire un fils unique. Donc une enfance d’ennui, de solitude, tellement grise cette enfance que ma mémoire n’en a rien retenue…. L’écriture a pour moi, un rapport avec la voix et le souffle, c’est aussi une activité physique. Ecrire demande d’abord de mobiliser son corps, ses muscles. Après le souffle et la voix, c’est le rythme. J’écris toujours à partir d’une sorte de ligne musicale qui me viendrait de l’intérieur. C’est cette ligne qui me guide. Et l’autre chose importante, c’est le rythme, le mouvement. C’est toujours le même. La mer, le mouvement des vagues, des marées. C’est l’os, le squelette de mon écriture. C’est ce mouvement que je cherche, c’est souvent lui qui me trouve. Mais avant tout il faut faire l’expérience du silence. Se taire longtemps, pour signifier si peu. La parole doit révéler, et pour cela elle doit être incarnée, dans le sens premier du terme, c'est-à-dire liée à la carne. La parole est le lieu d’échange, comme le poumon est le lieu d’échange des gaz. Il se passe, à l’endroit de la parole, une chimie, une alchimie, une métamorphose. Ce que l’on donne à la voix, nous est rendu en lumière. Ecrire me permet une approche lente, patiente du monde où je tente de nommer la chose. Je n’ai aucune aisance, aucune facilité. J’écris lentement, mot après mot, relisant sans cesse pour appeler le mot suivant, la couleur suivant, la vague suivante, et de vague en vague monter cette marée épuisante… et jusqu’à la prochaine. J’ai souvent l’impression d’être à contre pieds, à contre temps, à contre emploi, jamais au bon endroit, jamais dans la bonne tonalité. Alors j’avance d’un pas solitaire, en laissant traîner mon bras contre le mur rugueux de la langue pour récupérer quelques minuscules gouttes de sang dans lesquels je trempe mon stylo. » Son blog :  http://franckreveur.canalblog.com Que veut-il oublier ? « En fait pas grand chose. Je dirai même que je ne veux rien oublier. Ecrire est aussi un travail de la mémoire. C'est remonter le fil des jours, comme le saumon remonte la rivière. Retrouver la mémoire. Retrouver ce que l'on a oublié. Je ne me souviens pas de mon enfance, ou si peu.... Quand je regarde des photos anciennes, je me demande où est passé ce sourire de gamin. Qu'est-ce qui c'est effondré, quelque part dans ma mémoire. Non, je veux me souvenir. Le moindre geste, le moindre matin, le moindre soleil, la moindre caresse. On passe sa vie à oublier, ainsi marche la mémoire. Un reste d'oubli. »

08/07/2007

Djamel Mazouz, le coucou

Flagrant délit de plagiat pour Djamel Mazouz, publié dans le dernier numéro de la revue. Je viens effectivement de découvrir, ayant été prévenue par d'autres sources, que ce Djamel a plagié au moins deux auteurs et publie leur textes sous son nom sur de nombreux sites du web ainsi que dans des revues. Je me dois donc de rétablir la vérité, du moins celle que je sais, ainsi en cherchant sur le net j'ai découvert que les textes "Un goût de violon" et "Il est des jours" sont des extraits de textes de Franck Nicolas http://franckreveur.canalblog.com/ 

Il reste deux textes dans la revue Immigré, mon frère et Une gare la nuit... dont je ne connais pas encore le ou les véritables auteurs. On trouve des textes sur pas mal de sites et en revue sous le nom de Djamel Mazouz... Celui-ci mis devant les faits, accuse d'autres personnes, continue à mentir, à brouiller les pistes aussi je rectifie le numéro 24 et on n'en parle plus !

 

 

 

02/02/2007

La revue Nouveaux Délits est l'invitée spéciale

d'un café littéraire organisé par l'association Thot'm http://perso.orange.fr/atelier-ecriture-thotm-pierre.colin/, le 16 mars, à Tarbes (64)

et du Festival de Poésie Partagée de la Ciotat (Association Zygo) du 24 au 28 mars 2007.

Pus d'infos prochainement sur ce blog.

 

15/12/2006

Une très mauvaise idée de cadeau pour noël

medium_crane_panneau_danger_clin_d_oeil.gifATTENTION ATTENTION ATTENTION ATTENTION


Braves et moins braves citoyens...

Surtout n'ayez pas la mauvaise idée d'offrir à vos amis, familles et familiers, un abonnement à une petite revue fabriquée à la maison par une bonne à rien de poète rmiste sur du papier pernicieusement recyclé comme Nouveaux Délits, pas même à votre pire ennemi !

N'ouvrez pas le bulletin de complicité ci-joint, supprimez-le tant qu'il est encore temps.

Ne cherchez pas à en savoir plus en allant sur http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

Ne vous demandez pas QUI est responsable http://delitdepoesie.hautetfort.com/

Ne soyez pas inconscient, n'allez pas défier ces bons conseils sous prétexte qu'on ne va pas vous dicter ce que vous avez à faire ! Réfléchissez ! Ne lisez pas ce message.

Vous avez lu ?

Alors nous ne pouvons malheureusement plus rien pour vous. Nous ne pouvons vous empêcher d'ouvrir (pur réflexe pavlovien) le bulletin de complicité, en vous demandant qui est votre pire ennemi afin - c'est abominable - de l'abonner...


ceci est un Communiqué du Comité de Surveillance des Nouveaux Délits

medium_noel_pere_noel_twinckle.gif



ceci est une bouteille de (succédané de boisson ultra-libérale à bulles brunes) "la cuvée de noël"

11/10/2006

QUE PASA ?

la revue ne dort pas, d'ailleurs moi non plus, vu l'heure... et le n°20 sortira en même temps que les chrysanthèmes ! Préparez-vos mouchoirs ! L'abonnement a augmenté hélas. La faute à qui ?

04/10/2006

LA REVUE, ILS EN PARLENT

19/09/2006

121 AUTEURS !

A ce jour 121 auteurs ont été publiés dans Nouveaux Délits, voir la liste en bas à gauche. Neuf d'entre eux n'ont pas (encore) de lien.

Il s'agit de : 

Gérard Lacoste : glac31 (chez) aol.com

 

Patrick Evrard, également illustrateur dépanneur du n°15 : zcaussmo (chez) yahoo.fr

Claude Favre

Nicolas Gille : nicolas_tabuteau (chez) hotmail.fr

 

Yolande Soren

Hélène Louvrier, Québec

Rafif Sabbah, Liban :  farir21(chez) hotmail.com

 

 

Alice Blazutti

 

 

Bernard Olivier, illustrateur aussi puisque deux de ses tableaux figurent dans le numéro 3

 

 

Et puis pour n'oublier personne, il y a Michèle Martinelli, illustratrice des n°0, 1 et 3 et qui n'a pas de lien non plus.