Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2015

"Les poètes" de Christian Saint Paul sur Radio occitanie, invité : Marc Tison

Un poète à découvrir, vraiment ! Marc Tison, publié dans le numéro 50, parle aussi avec Christian Saint-Paul de Nouveaux Délits et du travail poétique et militant de Cathy Garcia, MERCI à eux (et aussi du recueil Rester debout sur le trottoir de Murièle Modély !) :


http://les-poetes.fr/son/son%20emision/2015/marc%20tison....

 

 

Marc Tison qui organise aussi :

 

11047873_454344488063545_6262979578034481759_n.jpg

 

27 et 28 juin. Gratuit / Dans le village
Samedi 27 à partir 19h : apéro textes / Red Bind http://www.kedzior-friedman.org/ / Courts métrages / Charles Pennequin http://www.charles-pennequin.com/
Repas et buvettes sur place
Dimanche 28 de 9h30 / 18h : Petite randonnée contée http://www.chergui.org/wp/
Fanfare les belles gambettes http://www.pistilcircus.com/orchestres/fanfare-des-belles... /
Lectures et rencontres d'auteurs : Pierre Domenges http://pierredomenges.com/
Gilles Bouly
http://www.expolibre.com/serigrap/bouly/bouly-p.htm
Cathy Garcia http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/
Francis Delabre /
Yanis Youloutas http://youlountas.net/
Concert Strange Enquête http://www.strang...eenquete.fr/
Installations plastiques / animations sur la place du village.
Invités (stands librairies / animation slam Babel Tchap...)
Buvette et restaurations.

 

 

La lettre de Christian Saint-Paul :

Le cardinal Saliège disait en mars 1944 qu'il fallait "travailler comme si tout dépendait de nous, et il poursuivait : De quoi sera fait demain ? De nos actes". Plus tard, en décembre 1945 , il aura cette phrase : "Prudence, que de lâchetés on commet en ton nom !"

La poésie est un art de faire, la poésie est acte. A lire les poètes cités dans l'émission du jeudi 21 mai consacrée en majeure partie à Marc TISON, il apparaît à l'évidence que tous, dans leurs actes, s'éloignent de la lâcheté par prudence. Pourtant notre époque, s'accorde à la crainte de notre courageux cardinal qui s'interrogeait déjà en octobre 1944 :" Ôte-toi de là que je m'y mette. Est-ce que la haine ne serait que la forme, le jaillissement des appétits ?"

Vous pouvez écouter l'émission Marc TISON en cliquant sur :

 http://les-poetes.fr/emmission/emmission.html

Le compte(rendu de l'émission :

***

Cathy GARCIA poursuit don beau chemin et a fait paraître les n° 50 et 51 de sa revue "Nouveaux Délits  Revue de poésie vive". (Le n° 6 €, abonnement 28 €, chèque à adresser à Association Nouveaux Délits, Létou, 46330 Saint Cirq-Lapopie.)

 Des textes toujours intelligibles, ce qui ne nuit en rien à leur qualité, une relation éditoriale sympathique comme le confirme l'invité de la semaine Marc TISON. Une militante culturelle qui ne ménage pas son dynamisme militant, avec une générosité qui signe sa personnalité. A titre personnel cette artiste revuiste publie aux éditions Gros Textes : "TRANS(e)FUSEES  / 80 essais de décollage du réel 1993 - 2013"

"Il y avait au fond de ma valise, un vieux brouillon, une veste d'homme, une bouteille, quelques fantômes et leurs bleus désirs de méharées. C'est de bon cœur que je m'apprêtais à les suivre, hélas, monsieur, en guise de départ, j'entendis pleurer les bombes et je vis l'automne passer sous les rails. Oui Monsieur ! J'ai donc ôté mes souliers et j'ai même ôté mes pieds avant de me glisser , sans rien de plus à dire, sous cet atôme de soupir où vous m'avez trouvée."

Commande Gros Textes, Fontfourane, 05380  Châteauroux-les-Alpes (chéques à l'ordre de Gros Textes, 9 € + 2 € de port).

*

Denis HEUDRE vient de publier :

Bleu naufrage  / Elégies de Lampedusa

éditions La Sirène étoilée

48 pages 12€

à commander à :

lasirene.etoilee@orange.fr

Lecture d'extrait.

 

Jeudi 3 octobre 2013

-un fait divers

-pour à jamais verser du noir

-dans mon bleu

--l’île des lapins

-pays de vaste lumière

-des hommes ont choisi le paradis

-pour enfer

--un bateau de 20 mètres

-pour 500 migrants

--l’horizon effondré

-la mort y a jeté son suaire de sel

--je ne sais rien de toi

-je ne sais pas si tu es un garçon

-je ne sais pas si tu es une fille

-encore moins ton nom

--à ton cercueil blanc

-je te sais enfant

--je sais que ta couleur noire

-assombrit nos âmes de nantis

-je t’appellerai Quinze

-c’est peut-être ton âge

-c’est le numéro sur ton cercueil

--les hommes avec toi

-voyaient les femmes d’ici

-avec des baisers de coquelicot

--s'ils pensaient réussir à apprivoiser

-le cristal et l’acier de notre histoire

-ils ont cru aux mensonges des miroitements

-et au bleu de ce qu’on raconte

--la mer d’ici n’a que faire de toi déjà oublié

-moi je t’ai donné un nom

-et jamais il ne tournera le dos à ma mémoire

--il nous faudra toujours penser

-à effacer méticuleusement les frontières

*

Murièle MODELY déjà citée dans des émissions précédentes est à lire; avant qu'une émission particulière lui soit consacrée, lecture d'extraits de "Rester debout au milieu du trottoir" Contre Ciel éditeur 12 €.

Extraits d'un recueil précédent : "Je te vois" éditions du Cygne, 13 € :

 

mordre

le vide  mordre

laisser tous

les indispensables

biens de consommation

finir

dans la gorge

dans le creux du pantalon

vomir pour se remplir encore

*

Christian Saint-Paul accueille son invité : Marc TISON.

Il se présente aux auditeurs :

1956 : Né entre les usines et les terrils, dans le nord de la France. Fondamental. A la lisière poreuse de la Belgique. Conscience politique et d’effacement des frontières.

1969 : Lit un premier poème de Ginsberg. Electrisé à l’écoute de John Coltrane et des Stooges.

1971 : Performe des textes de Jacques Prévert sur les scènes de collège. Premiers écrits.

1977 : L’engagement esthétique est politique. Punk et free. Déclare, avec d’autres, la fin du punk en 1978. Premières publications dans des revues. 

1977 – 1992 Il écrira et chantera plus d’une centaine de chansons dans plusieurs groupes.

1980 : Décide de ne plus envoyer de textes aux revues, le temps d’écrire et d’écrire des cahiers de phrases sans fin. Cela jusque 1998 où Il jette tout et s’interroge sur un effondrement du « moi ». Part alors à l’aventure analytique.

2000 : Déménage dans le sud ouest. Rend sa poésie de nouveau publique.

Engagé tôt dans le monde du travail. A pratiqué multiples jobs : chauffeur poids-lourd, concepteur- rédacteur publicitaire, directeur d’équipement culturel…. Il s’est spécialisé dans la gestion de projet de l’univers des musiques d’aujourd’hui. A élargi depuis son champ d’action à la gestion et l’accompagnement de projets culturels et d’artistes.

Programme aussi des évènements liés à l’oralité, la poésie dite, et la « poésie action ». 

Ses publications :

1977 - 1980 : Publié dans plusieurs revues (dont « Poètes de la lutte et du quotidien »)

2000- 2015 : Publié dans diverses revues (« traction Brabant, Verso, Nouveaux délits, Diérèse,…).

2008 : Recueil collectif « Numéro 8 », éditions « Carambolage ».

2010 : Recueil « Manutentions d’humanités », éditions « Arcane 17 ».

2012 : Recueil « Topologie d’une diaclase », éditions « Contre poésie ».

Texte « Désindustrialisation », éditions « Contre poésie ».

2014 : Recueil « L’équilibre est précaire », éditions « Contre poésie ».

          Trois affiches poèmes, éditions « Contre poésie ».

2014 : Publications de quinze textes dans le livre d’artiste « Regards » du photographe Francis Martinal.

2015 : Recueil « Les paradoxes du lampadaire + à NY ». édition « contre poésie »

Depuis 2011 : Performances / installations d’action poésie (solo ou duo avec Eric Cartier).

***

L'entretien entre Saint-Paul et Marc TISON est entrecoupé de lecture de textes par l'auteur.

"L’amour, ça ne s’écrit pas / ça s’invente dans les nerfs", clame Marc Tison qui enrage dans l’observation du monde : ‘L’humiliation c’est tellement indolore / à regarder. » Il reste la colère qui « allume de petits phares épandus, mais « pourtant le ciel en feux ça ne suffit / plus. » La poésie de Tison est une poésie de dénonciation. Pour se révolter, donc agir, il faut d’abord affirmer son refus du monde tel qu’il est. C’est le rôle de la poésie que de changer le regard des contemporains sur le monde. Le poète accomplit le dessein de « L’homme révolté » de Camus :" Apparemment négative, puisqu'elle ne crée rien, la révolte est profondément positive, car elle révèle ce qui, en l’homme, est toujours à défendre. » « Il y a tant de révolutions / à faire » écrit Marc Tison dans « l’équilibre est précaire. » La première est celle de la langue. Même s’il utilise le mode de l’harangue, le langage n’est jamais un langage habitué. Les mots sont lavés de leur gangue de routine. Ils voyagent et sont comme les villes que le poète traverse pour en saisir l’éphémère quintessence. Milan, Barcelone, New York, Ostende, Hambourg, etc... la même mésaventure humaine.  Et l’univers invite à vivre « notre liberté inaliénable ».

 

Textes de Marc TISON :

 

J'engage aujourd’hui 06

janvier 2009 celui qui m'a

volé mes disques le 03

décembre 1975 à me les

ramener au plus vite ou en

faire bon usage surtout le

vinyle pressage 1957 du

« Mulligan meets Monk »

acheté chez un soldeur en

Angleterre en 1974 l’année

de mes 18 ans, disque dont

le poids de matière comme

l’épaisseur de la pochette

cartonnée à la photo en noir

et blanc si heureuse

ajoutaient à la volupté de

l’écoute de sa texture

sonore

*

Extraits de "Les paradoxes du lampadaire  suivi de A NY :

 

A NY j’ai entendu un quatuor d’afro-américains septuagénaires chanter à capella du Doo wop dans un wagon de métro le dimanche matin sur la ligne reliant Harlem

Ils avaient des baskets neuves et deux des casquettes à longue visière

Un avait un chapeau à bords ronds

Et j’ai vu tous les passagers du wagon laisser des billets de 1, 5, ou même 10 dollars dans la petite boite en fer peinte maladroitement en rose et tendue par le plus costaud qui chantait la voix basse.

 

 

A NY j’ai croisé des gens pauvres, beaucoup de gens pauvres.

A NY j’ai aperçu des gens riches, beaucoup à « upper east side » .

*

A NY à l’aube laiteuse nous cherchions les enfants somptueux des Fleshtones 

                Nous en avions perdu la trace dans nos pas insouciants lors de battues sonores et vaniteuses.

 

Et puis dans ce qui n’est pas encore le matin

A NY j’ai pris

des taxis qui roulaient sur deux rails oranges

la nuit bleue isotrope des lumières des yeux qui te regardent si loin d’où tu es

un trait scintillant jusqu’à l’émoi sonore dans la gorge dans la poitrine qui résonne du mot évadé « monamour ».

 

A NY j’ai vu un après midi ensoleillé une junky en trithérapie promener son chien et ramasser ses crottes avec un sac plastique fait pour ça

Elle n’a pas vingt cinq ans.

        *A NY j’ai vu de mes yeux vu, le ciel si loin  - il s’habille des façades - se rapprocher auprès des  foules au fond noir des avenues transversales, jonchées des éclats trompeurs de rêves, poussières d’enseignes publicitaires

      Clinquantes et insomniaques.

 

A NY j’ai vu des bibelots désuets

surpris des siècles loin de moi

à l’étal d’une brocante dans un entrepôt gris

les vitrages sécurit des vasistas percés de trous

impacts de balles comme des coups de pioches.

 

Confusion harmonieuse des esthétiques mémorielles, revint en transparence la vitrine de ce magasin de montres soviétiques à Kotor, et les reflets de la poussière dans le maigre souffle de soleil

Evaporation des pastels et les vendeurs qui souriaient.

*

Extrait de  "Manutentions d'humanités "

Pierres

Pierres qui calent mesures d'usines imbriquent des briques de terre de pierres pierres rouges les murs des maisons ouvrières des ouvriers effacés dans le canton de Denain désintégrés statistique sociale troisième page des misères du journal rouge maisons barricades planches aux fenêtres et les murs désertés rouges de pierres s'effritent sans fin recyclées et d'autres écrasées sans fin tapis des sols d'autoroutes sacrifices des os d'anciens locataires sidérurgistes au RMI offerts à la condition de poussières

*

Extraits de "L'équilibre est précaire" :

 

Suivras tu dans la jungle ses pensées sombres sans fin. Croiras tu voir de l’or dans ses regards perdus.

     Rentreras tu dans le                   corps que tes bras enserrent.  Et la joie et la peine pagailles d’émois qui apeurent.

 

Le chant frotté des    mains poignant des chairs, bat l’arythmie haletante des souffles. Moiteurs de suées aux ventres mélangées, et la bite dans le con défiant la mort de baisers.

     Il y a tant de révolutions        à faire.

Tu seras le désir cette sorte de peine. 

*

Un inédit pour l'émission "les poètes" :

Mostar : arrivée comme un road-movie

40° à l’ombre et le ciel bleu

cache les traces de l’enfer

 

Pelure sèche c’est la terre

 

Là autour d’un pont

les prêches et les sermons

des pervers religieux ont nourris les canons

Ce jour de soleil

Les imams et curetons

Ferment enfin leurs gueules

Paraît il qu’ils n’ont toujours pas honte

 

Là au bas d’un pont

Ce jour de soleil

Un Dj hiphop mixe sur une plage de poussière

des jeunes femmes en bikini ondulent

quand des ados fins plongent en frimant

La rivière redevenue bleue

 

Combien d’assassinats snipers fallait il

Retransmis en direct sur les télés du monde

Un jeu de gloriole

Les morts comme figurants

On filme le poing haineux brandi en vociférant

Le racisme nationaliste fait people

 

Et dire qu’on promet des unes spectaculaires sur son retour

 

Alors Mostar : 40° à l’ombre et le ciel bleu

Y revenir

Dans le miroir du présent

Plus jamais ça

Plus jamais ça

Ad lib..

*

Marc TISON une voix témoin de son temps, totalement confondue et en mouvement avec l'art d'aujourd'hui, qu'il est bon de connaître et d' accompagner dans notre énigmatique époque.

 

 Amitiés à ceux qui se reconnaîtront,

fraternité à tous,

Christian Saint-Paul  

http://les-poetes.fr

 

 

24/05/2015

Soliflore n° 32 : Guillaume Basquin

 

LE FOND DE L’AIR EST ROUGE

(extrait d’un long Work in Progress, (L)Ivre de papier)

 

 

 

un tweet peut-il rougir oh on doit pouvoir concevoir un pro­gramme pour ça en­voyons rouge dans le computer central et voyons ce qui sort de la couleur du sang du coquelicot o mio povero giardino tutto de pietra colori pochi solo un po’ di rosso ciel de mer doublé bleu violet rougi court-circuit entre le visuel et le sonore là-bas un disque énorme tourne assez vite on lui voit tout autour du vert avec au centre une teinte rougeâtre rougir de son immoralité rouge comme la couleur de la peinture qui finit par recou­vrir la totalité d’un drapeau français dans film-tract numéro 196 rouge 1968 coréalisé par jean-luc godard et gérard froman­ger on a brisé la glace avec des fers rougis ici souvenir d’un plan de coqueli­cots de bord du périph’ dans the old place de godard-miéville aussitôt monté en correspondance-collage avec un plan d’un défilé de drapeaux rouges soviétiques puis collé à une repro­duction d’un champ de pavots peinture de claude monet de la collection du moma fleur lumière écho des rouges et enfin ra­piécé avec le récit d’un témoin d’une bataille du 19esiècle il tourna la tête vers l’ennemi c’étaient des lignes fort éten­dues d’hommes rouges et avec ce texte d’un poète français mécon­nu du 20emille drapeaux rouges entrant en paix par la porte cé­leste respiration rouge des caractères com­battants his­toire populaire des soldats civils d’aujour­d’hui cal­ligraphié tempête ou bien étrange et parfaite cou­leur ou bien le vin a le rouge des roses et aussi partout où se trouve un par­terre de tulipes fut répandu jadis le sang d’un roi et encore ri­deau rouge déchiré du temple ou bien muleta carré rouge sur fond rouge très bien ça et surtout la des­serte rouge 1908 juste à côté untitled violet black orange yellow on white and red 1949 et aussi à ma droite de­vant le point mé­dian de la rangée d’arbres s’élevait semblable à un gui­gnol géant certain théâtre rouge incompréhen­sible sans oublier their lips were four red roses on a stalk parlez-vous le joyce yes when i put the rose in my hair like the andalusian girls used or shall i wear a red yes le non-sens passe dans le sens en­core mieux ces actrices aux yeux lascifs et relevés par le rouge ou bien elle éblouissait le re­gard avec la gorge chantée par le cantique des cantiques avec des jambes d’une élégance adorable et chaus­sées en soie rouge pas mal la rose celle qu’un sang farouche et ra­dieux arrose plis de sa robe pourprée moi aussi je suis poète rien que bouffon all’antico de nouveau la poussière rouge le délire de la raison l’érinye dans le cœur et aussi rouge de grenade rouge de piment roussi de rouget du midi rouge d’oursin rouge carmin san­guine moi aussi je suis peintre rien que poète rothko achilles forme centrale rouge embrasée parlo come pittore je devais cependant inventer un dispositif déformant constam­ment actif pliant et dépliant les racines des moindres signes de rouge et cet appareil était moi c’est lui qui vient d’écrire cette phrase et aussi ce qui suit rouge incan­descent vermi­glie come se di foco uscite fossero com­ment vous ne connaissez pas l’italien bah ça ne fait rien vous pouvez considérer ceci comme un chant glossolalique ça continue he must have redden’d pictorially and scientintically speaking six whole tints and a half if not a full octave above his natural colour oh par­fait pomme de reinette et pomme d’api tapis tapis rouge chanson imitée du voyageur polutropos aux mille tours song shaun song la ri­tournelle pour gilles deleuze c’est la ronde des passés qui se conservent ou bien la forme a priori du temps qui fabrique à chaque fois des temps différents ou encore la répétition du dif­férent étrange étrange chercher instinctive­ment le secret de cette mystérieuse envie en explorant la petite maison rouge fermée par deux volets blancs inquiétante de lisse et de fragilité comme écorchée tableau caché et aussi pressantes et lentes leçons d’anatomie de brigitte montrer expliquer le vrai rouge qui viendrait le noir déjà un peu là la mère en prescrira la lecture à sa fille fils rouge feu d’anna livia a e i u o voyelles a noir e blanc i rouge pourpres sang craché rire des lèvres belles u vert o bleu la le li lu lo la noire le blanc lit rouge lu vert lo bleu c’est clair non immense murmure en échos interminables modulation arrivant à la consonne et à la syllabe mais jamais jusqu’au mot c’est ainsi qu’apparaissent les couleurs et les couleurs précipitent un nouvel épanchement oui je tiens musée du rouge par exemple celui de la sangle qui permet au pierrot de la partie carrée de watteau 1714 de porter en bandou­lière une guitare les nœuds de cette sangle forment des roses écarlates c’est le punctum de ce tableau du miracle français plus grand que le grec cette inépuisable effusion de reconnaissance devant la nature faut-il le rappeler oui la peinture a disparu mais je la reprends à travers les mots bleu rose vert le bleu le rose le vert et le cramoisi j’ai vraiment su qu’il existait des couleurs quand j’ai éventré le garde champêtre mais aussi un village devenu une petite tache de sang rouge sur la carte ici l’œil de newman derrière le monocle inspectant la vaste surface rouge là rythme couleur n°1076 où le rouge-éclat domine un delaunay est bon à toute heure ailleurs pays rouge fleuve rouge océan surgissant partout à la fois on aime le rouge en france et on a raison car il anime o red october days lettres rouges sur fond de lettre volée quel colloque in short there is no end of it these unforeseen stoppages which i own i had no conception of when i first set out ici on écrit le caractère soleil dans un carré ou un cercle de neuf pouces en vermillon sur papier vert accord ton sur ton fondu au rouge sang comme dans cris et chuchotements 1972 d’un bord à l’autre du monde que la nuit est rouge maintenant on entend un immense feu qui gagne et qui crépite la lueur rouge atteint son apogée et reste ensuite elle s’éteint lentement en 1955 yves klein présente au salon des réalités nouvelles un monochrome orange réaction du jury une seule couleur unie non non non vraiment ce n’est pas assez c’est impossible ah tout tenter jusqu’à l’épuisement le passage suivant est sur fond rose texte peinture simultanés rythme sans fin 1926 ô sonia delaunay ce dire est une fontaine romaine le jet s’élève et puis retombe remplissant la vasque de marbre qui déborde dans l’espace d’une autre vasque celle-ci trop riche à son tour se répand encore en une autre et chacune à la fois prend et donne et verse et repose du mouvement dialectique des groupes naît la série et du mouvement dialectique des séries naît le système tout entier

 

http://guillaumebasquin.wix.com/guillaumebasquin

 

 

 

 

20/05/2015

Résonance 51

 

 

 

le-memo-d-amiens-de-jean-louis-rambour.jpgLe mémo d’Amiens de Jean-Louis Rambour, éd. Henry, coll. La main aux poètes, octobre 2014. Vignette de couverture : Isabelle Clement. 96 pages, 8€.

 

« C’est un pays étrange, cette ville, avec tous ces gens », c’est sur cette citation du Clézio que s’ouvre ce recueil, qui bien que tenant dans la poche, pèse son poids de vies humaines et d’un siècle condensé. 90 « poèmes-photos », 90 portraits de 14 lignes. Une ville, Amiens et des gens, des habitants. Des prénoms, quelques noms, des histoires, des rêves, des ambitions, des douleurs, des misères, des saloperies aussi de tout un siècle découpé en guerres, en entre-deux, en révolutions. « Ici Julia parle de la grande souffrance d’Amiens (…) La grande souffrance dit-elle Deux guerres mondiales À elle seule L’idée qu’on a pris forme humaine Pour vivre la somme des malheurs la note élevée Pris forme humaine pour offrir ses ruines » Toute cette grande machinerie de l’Histoire à coups de bottes, de pieds résolus, de pieds nus, de pieds noirs, d’escarpins tourbillonnant après l’amour, la grande marche de l’Histoire à coups de bombes, de bulldozers, de bâtiments qui s’effondrent, de bâtiments qui se dressent, de fermes qui disparaissent, de zones et d’entreprises aux noms anglo-saxons qui engraissent. Et les gens, les gens qui vivent tout ça, de gens qui habitent, font et défont la ville, des gens venus de là et d’ailleurs, tout plein de mémoire et de trous. On construit on construit Les ouvriers de Pi and Dji Ont besoin de murs autour de leurs lits De fenêtres pour imaginer des libertés Sans compter qu’il y a Good Year Cyclam Plastic Omnium Unither Scott Bader Vidam Whirpool Faiveley Mersen France Sans compter La guerre d’Algérie qui jusqu’ici distribue ses exils. Beaucoup de noms dans le mémo d’Amiens, un mémo c’est fait pour ça, pour ne pas oublier, les noms de personnes, noms de rues, de places, de quartiers et de ciel et de pays aussi laissés derrière, mais dont quelques graines sont venus les unes après les autres, fleurir la ville de couleurs nouvelles. De parfums nouveaux. Geneviève, Rémi, Georges, Laurent, Isabelle, Lucienne, Léon… A eux seuls, les prénoms, tout un poème. Nemrod venu du Tchad jusqu’à cette ville d’Amiens où L’eau ne fait que glisser dans les tuyaux de cuivre et où la misère pourtant est belle de ses salle de bains/Et ses terrasses de café où la bière est en or. Là où Boris flotte avec les nuages des gitanes/La bière sa petite odeur d’urine d’âne surie. Il y a le travail, ses travailleurs et ses exclus et il y a le foot.Daniel (…) estime qu’un ballon est un bon résumé/De l’aventure humaine Tous les globes d’ailleurs/Plus généralement Les globes et les nombrils. Jennifer, Chaïma, Yliès, Caetano, Germain, Gilles, Jacqueline. Gilles qui se fait appeler Njango. Habib, Jésus, Anna et puis les épiciers, Monsieur et Madame Tellier. On ne pèse plus les pâtes/Le riz, la levure On ne râpe plus le fromage/On ne surveille plus l’intégrité des grains de café/On ne se fait plus servir  C’est le début du non-partage/On apprend le mot de self-service On s’en repaît (…) Le curé tente d’excommunier le chewing-gum/Mais en vain/On entre dans l’ère du self et du look.

 

Le château d’eau du Pigeonnier devient le poste de surpression d’eau potable dépendant du département eau et assainissement/De la mairie d’Amiens sous la responsabilité de l’agent Matthieu Bernard. Les temps changent, tout change mais la nuit a t’elle perdu la manie misérable d’accoucher ses cauchemars chats noirs/Ses ogres bossus aux manches de chandail/Luisantes de pailles et du mucus des limaces ?

 

 

 Amiens sous la plume de Jean-Louis Rambour nous laisse découvrir son intimité, les dessous de ses visages innombrables, son grand théâtre… Ch’est nous chés tchots/Conmédiens/Chés viux cabotants d’Anmiens*.Le mémo d’Amiens est un hommage poignant, sensible mais surtout pas mièvre, au contraire digne, lucide, sans concession, hommage aux femmes et aux hommes, d’où qu’ils viennent, qui forment le vrai ciment des murs d’une ville, qui la font tenir debout, en lui offrant encore un souffle d’humanité, aussi chargé soit-il. - Cg  -

 

  

*(C’est nous les petits comédiens/les vieux cabotins d’Amiens, dans la chanson d’adieu des marionnettes traditionnelles picardes, par Maurice Domon)

 

 

  

Jean-Louis Rambour né en 1952, à Amiens, vit toujours en en Picardie.

 

 

 

 

 

 

 

r.jpgPieds nus dans R. de Perrine Le Querrec– Ed. Les Carnets du Dessert de Lune, collection Pousse-café, février 2015. 28 pages, 5 €.

 

 

 

Petit joyau ce pousse-café là, tête-bêche en plus : Pieds nus dans R. ou Barefoot in R. dans sa version anglaise, traduit en anglais par Derek Munn. Petit joyau car la plume de Perrine Le Querrec quand elle ne la laboure pas, vole au-dessus de la page, et il pleut des mots, il pleut de la langue de poète, de celle qui enivre, que l’on boirait encore et encore, jusqu’à tomber par terre ivre vivant ! Ce livre dédié à N. parle d’un il qui revient de R. pieds nus : j’ai perdu mes chaussure à R., me dit-il en arrivant. (…) R. qui se targue d’être la Ville, une ville tout en cadres en bordures en netteté. Comment cela a-t-il pu arriver ? Comment perdre ses chaussures, sa raison, son assise et son apparence, comment se délacer - ô savoureux double sens -, s’égarer, se soustraire aux codes de R., nation d’ordre, de discipline où le premier pas de l’enfant est calculé à la courbe du rendement de R. ? Oui, comment ? Dans un rythme entrainant, envoûtant qui galope sur la page comme une épidémie de pieds nus justement, on se laisse gagner par l’exaltation liberterre de ce nudisme, deux pieds, nus de chair de veines et d’os, de pieds sans semblants, sans artifices ni parures. Ô délicieuse impudence, n’hésitez pas, emparez-vous de ces petites pages de rien du tout, énormes, qui dévalent, osez cette vision insupportable, crue, cruelle mordante, miraculeuse. N’hésitez pas, déchaussez vous !    - Cg -

 

  

Perrine Le Querrec est née à Paris en 1968. http://entre-sort.blogspot.be/

 

 

 

04/05/2015

Nouveaux délits n°51 lu par Patrice Maltaverne

 

 

Le numéro 51 (14,3 cms X 20,7 cms) de la revue "Nouveaux délits", animée par Cathy Garcia vient de sortir.
 
Avec des textes de d'Enrico Bertoncini, de Nicole Barromé, de Jean-Louis Llorca, d'Annabelle Verhaeghe, de Sadoum Nakib, Louise Sullivan, de Jean-Baptiste Pédini, de Jean Gédéon, de Michel Host, deux chroniques de Cathy Garcia sur des recueils de Jean-Louis Rambour et de Perrine Le Querrec.
 
Les illustrations de ce numéro sont de Corinne Pluchart.
 
Pour vous mettre l'eau à la bouche (enfin, je veux dire... une fois qu'elle est ajoutée au Pastis du numéro 51), voici un extrait du texte "Epingler des papillons", de Louise Sullivan : "Il est des endroits somptueux en dehors de la terre que vous ne pouvez pas connaître. Des endroits où le ciel vaporeux, parsemé de nuages gonflés de sanglots, ne fait qu'un avec le sol lévitant de sable rose..."
 
 
 
 
 
 
 
 

Numéro 51 lu par Christian Saint-Paul, Radio Occitania

 

Cathy GARCIA a publié dans le mode original qui est sa signature, le dernier numéro de sa revue : " Nouveaux Délits, Revue de poésie vive " n° 51 , avril, mai, juin 2015, 6 € le volume, abonnement 28 € (4 n°s) à adresser à Association Nouveaux Délits, Létou - 46330 Saint Cirq-Lapopie. De la belle ouvrage comme toujours avec cette artiste qui met en page textes et illustrations, au cordeau dans un dépouillement et un ordre qui sont l'apanage d'une conception militante et fraternelle de l'action poétique. Lecture de "Mots sur les mots du poème" de Michel HOST que l'on retrouve dans cette revue, et dont le texte fait écho à l'édito de Cathy GARCIA du n° 50.

"La question de Cathy Garcia a dès lors toute son acuité : "Que serait le poète sans les mots ... sans ses mots ?" Vendeur de chaussures ou comptable ? Mais voilà, c'est trop facile, ou trop difficile... Je n'ai pas de recette. On pense aux teinturiers qui ravivent et rendent leur grand teint aux tissus passés. On pense aux mots changés qui changent le discours, aux discours déplacés du soi vers l'autre ou l'ailleurs... A des allées et venues entre le nombril du diseur de mots et l'univers, avec les mots pour le dire. Offrir de nouvelles nourritures aux mots fatigués ? Leur rendre la santé. Ouvrir les portes et les fenêtres."

(Ré)-écoutez en ligne sur Radio Occitania toutes les émissions de Christian Saint-Paul, toujours très riches en humanité : http://les-poetes.fr

 

 

 

29/04/2015

Numéro 51 lu par Georges Cathalo

Note publiée sur le site de la revue Texture : http://revue-texture.fr/lecture-flash-2015.html

 

 

Avec un courage et une ténacité hors du commun, Cathy Garcia poursuit son aventure revuistique. Si elle fait en sorte que sa revue soit identifiable sur le plan formel (présentation, format, impression...), elle met un point d’honneur à choisir des textes originaux. Il lui est sûrement difficile de choisir parmi les centaines de textes reçus mais elle le fait sans tenir compte de la renommée (?) des poètes. Pour elle, seul le texte compte. On relèvera ici des écrits de jeunes tels que Louise Sullivan (née en 1985) avec une nouvelle étrange, « Épingler les papillons » ou de Jean-Baptiste Pedini (né en 1984) avec une belle suite océanique de poèmes en prose. On croise aussi dans ce numéro des gens plus âgés certes mais peu lus car discrets mais au talent indiscutable : Jean Gédéon et Jean-Louis Llorca par exemple. Quant à l’ancien Prix Goncourt Michel Host, il se voit offrir une page lumineuse pour compléter l’ éditorial de Cathy Garcia du N°50. On lira ensuite quelques brèves notes de lecture sur deux livres bien choisis (Jean-Louis Rambour et Perrine Le Querrec). Signalons enfin que Cathy Garcia rappelle l’adhésion de sa publication à l’association ARPO qui rassemble et répertorie plusieurs dizaines de milliers de revues de poésie en son Conservatoire carmausin depuis plus de 30 ans. Beau geste de reconnaissance !

 
 
 

Numéro 51 lu par Nicole Barromé

Modestement géniale la revue, le ton, la diversité de formes et d'expressions, les exergues en regard très inspirants, vraiment pro; utile aux poètes pour savoir où ils prennent place et aux amateurs pour découvrir une large livraison de la poésie contemporaine.
 
NB, 24 avril 2015
 
 
 
 

26/03/2015

NUMÉRO 51

 

 

Scan.jpg

 

C’est un numéro qui sent l’anisette, non ? Et pourtant l’été est loin, le printemps encore frileux, faut dire que ce n’est pas jojo l’ambiance, on s’attendrait presque à ne voir fleurir que des rosettes tricolores … La peur est depuis toujours une arme de persuasion massive. Il y a de la confusion, beaucoup de confusion dans l’air en ce moment, de menteries et de récupérations, tellement que ça donne envie de se taire pour ne pas en rajouter, se taire et prendre suffisamment de recul pour être capable de sourire encore à l’inconnu, de lui faire confiance, de lui ouvrir sa porte et l’inviter à boire un café bien noir ou un thé bien à la menthe, ou un coup de rouge bien biodynamique, ou une anisette tiens, pourquoi pas ? Même si l’été n’est pas encore là, que le printemps retient sa sève, sachant que même le vert, ça ne plait pas, au point qu’on lui fout du lisier plein la face à ce pialut* avec ses clochettes et ses fleurettes et toutes ces couleurs éclatantes, prêtes à s’exhiber sans pudeur. Donc, se taire oui, fermer sa bouche et déployer sa plume, car il y a bien « trop de chefs et pas assez d’Indiens », alors déployer sa plume, son art, sa syntaxe, sa différence et l’afficher bien haut, paf dans la cible-ciel, qu’il en pleure de joie pour arroser tout le monde, même les cons qui eux aussi ont la plume haute, la plume au fion.

c.g.

 

*un pialut est un terme dérivé de l’occitan pelut « poilu » utilisé dans le Quercy (pelut dans le Tarn) depuis les années 70 pour qualifier sans grande sympathie les babos à barbe et cheveux longs et aujourd’hui les néo-ruraux à tendance écolo quel que soit leur degré de pilosité… et sans forcément plus de sympathie.

 

 

 

L'ennemi est con, il croit que c'est nous l'ennemi

alors que c'est lui.

Pierre Desproges

 

illustration 13.jpg

 

AU SOMMAIRE

 

 

Délit de poésie :

 

Hommage aux Ombres Vives d’Enrico Bertoncini

Blue star de Nicole Barromé

Jean-Louis Llorca

Annabelle Verhaeghe

Sang d’encre (extraits) de Sadoun Nakib

 

Délit piquant : Épingler les papillons de Louise Sullivan

 

Délit salant : L’océan par la vitre de Jean-Baptiste Pedini

 

Délit d’homo bellicus : Les appâts rances de Jean Gédéon

 

 Mots sur les mots du poème de Michel Host en écho à l’édito du n°50

 

 

Résonance : Le mémo d’Amiens de Jean-Louis Rambour, éd. Henry et Pieds nus dans R. de Perrine Le Querrec– Ed. Les Carnets du Dessert de Lune

 

 

Délits d’(in)citations fleurissent, fleurissent…  Vous trouverez au fond en sortant le bulletin de complicité dans une posture très aguicheuse mais pas encore vulgaire, malgré que ses propositions qui se veulent toujours honnêtes soient contraintes de s’aligner sur la hausse des tarifs postaux.

 

illustration 2.jpg

 

Illustratrice : Corinne Pluchart

 

Vit en Bretagne. De mer, de vent et d'ouest.

Parce qu'un jour il y eut  rencontre,

fulgurance abrupte,

un temps de vent et de lumière vive.

Traces, signes, empreintes et tout ce qui fait chemin.

Pas de vie ni de sens sans poésie.

 

http://corinne.pluchart.over-blog.com/

 

illustration 12.jpg

 

 

Oui, la vie porte l'absolu et il revient à l'homme de l'incarner ici, qui ne l'atteindra jamais.

 

Oui, la beauté, la poésie, l'amour, l'éros, la joie, la subversion, l'autonomie, l'indépendance sont des valeurs contemporaines qu'il reste à défendre.

 

Oui, le but de l'homme est l'amour, toujours plus d'amour. Oui, n'en déplaise aux marchands, aux esthètes, aux cyniques, aux épargnants, aux religieux et aux athées, la vie se conjugue dans la dépense, le don, l'ouverture, l'acceptation, la perte. Ceux qui l'osent ont appris que l'écriture est habitée de sexualité comme le ventre, et qu'il faut s'y enfoncer avec la même ardeur que les consonnes masculines fouaillent la béance des voyelles dans la phrase. C'est au prix de cette conscience-là, et de l'enjeu qu'elle représente, que l'esprit circule entre les lettres et porte le souffle.

 

Les poètes le savent, les prophètes et les saints : que les mots sont aussi sexuels que le corps des femmes et que le souffle les fécondent s'ils se laissent épouser.

 

 Lorette Nobécou

 

in La clôture des merveilles: Une vie d'Hildegarde de Bingen

 

illustration 3.jpg

 

 

 

 

 

Vient de paraître aux Ed. Gros Textes

 

garcia.jpg

 

30 essais de décollage du réel

1993-2013

 

Il y avait au fond de ma valise, un vieux brouillon, une veste d’homme, une bouteille, quelques fantômes et leurs bleus désirs de méharées. C’est de bon cœur que je m’apprêtais à les suivre, hélas, monsieur, en guise de départ, j’entendis pleurer les bombes et je vis l’automne passer sous les rails. Oui Monsieur ! J’ai donc ôté mes souliers et j’ai même ôté mes pieds avant de me glisser, sans rien de plus à dire, sous cet atome de soupir où vous m’avez trouvée.

 

 

  

40 pages au format 14 x 21

orné de 12 pleines pages couleur avec des illustrations de l’auteur

imprimé sur papier bouffant munken 90 g

ISBN : 978-2-35082-273-0

 

9 € (+ 2 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

 

Commande à :

Gros Textes

Fontfourane

05380 Châteauroux-les-Alpes

(Chèques à l’ordre de Gros Textes)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soliflore n°31 : Khalid EL Morabethi, Maroc

 

Hier

Le ciel a été vert,

Il est jaune, aujourd’hui,

Hier, la pluie n’a pas voulu tomber,

Même si les nuages l'ont priée,

Même si la terre vendue, l’a suppliée

Et Le soleil bleu, le roi ne parle plus

Depuis  longtemps déjà,

Les étoiles qui apparaissaient pendant le jour,

Savaient pourquoi,

Ils savaient.

Hier

La lune rouge, vêtue d’une longue robe blanche,

Déambula dans la ville sombre et silencieuse,

Chercha tout ce qui pouvait lui permettre de continuer d’être lumineuse,

Tout ce qui pouvait lui permettre d’être merveilleuse.

Hier soir,

L’oublié ivre avec un sourire charmeur,

A regardé la lune et le peu de magie et sa douceur,

Il a pu lui dire qu’elle brille encore,

Il a eu le courage de lui dire qu’elle pouvait briller plus fort,

Il a mis sa main sur son cœur, sans perdre l’équilibre,

Et il est parti.

Hier,

Plus loin des explosions et des cimetières,

Plus loin des soldats zombie et leurs cris qui polluent l’air,

Loin des pressions qui s’accentuent,

Loin des maisons ou les frères s’entretuent,

Trop loin,

Derrière,

Le vend était taiseux,

Les arbres à feuille caduques se regardaient,

L’espoir essayait d’ouvrir ses yeux,

Derrière les montagnes,

Gavroche,

A enfin vu, la Pureté,

Elle a perdu la mémoire, jusqu'à oublier sa perfection,

Jusqu'à oublier, que son cœur violet, avait des sentiments,

Mais la présence d’une âme naïve,

Lui a donné la force de prendre son oud,

Et pour  la première fois, le rythme se joue,

Et pour la première fois,

L’homme entend à part la colère de la terre, un chant doux.

 

 

 

 

19/03/2015

LES JEUNES SOLIFLORES POUR LES (très) JEUNES AUTEURS

         

Le projet s'élargit :

 

Il s'adresse désormais à tous les jeunes  auteurs (poésie & textes courts),

Le but est d'encourager l'inspiration et pourquoi pas de provoquer quelques vocations. Des projets papiers sont envisageables à long terme.

Pour participer, il faut avoir au maximum 16 ans et l'accord de vos parents. Vous pouvez envoyer plusieurs textes, mais un seul texte sera publié à la fois.

 

 Envoyez vos textes par mail avec vos noms, prénoms, âge et adresse à  : nouveauxdelits arobase orange point fr

Seuls votre prénom, âge et département seront visibles en ligne.

 

Bienvenue également aux classes d'écoles, collège et lycées

qui voudraient participer.

 

Faites passer l'info

Nous avons hâte de vous lire !

                            

06/03/2015

"Mon sublime ordinaire" à Théminettes

                                        

Les textes de Fanny Sheper ont été publiés pour la première fois dans le numéro 44 (janvier 2013) de la revue Nouveaux Délits et par la suite un spectacle est né de la rencontre de la poète et une danseuse.

Aussi j'ai le grand plaisir de me joindre à La compagnie Ligne Mouvante pour vous inviter à découvrir son spectacle "Mon sublime ordinaire" le samedi 14 mars à 19h dans la salle de spectacle de Théminettes (Les Bourg, 46120 Théminettes).

Réservation : lignemouvante@gmail.com

 

 

Interview par Jean-Pierre Riu à écouter sur Antenne d'Oc - Figeac : http://www.antenne-d-oc.fr/article.php?id=129

 

 

1614517_358963090963197_5575766078843404825_o.jpg

       
"Mon sublime ordinaire" est une création pluridisciplinaire mêlant danse et poésie, dans une mise en scène théâtrale originale où la poésie du mouvement s'entremêle au rythme des mots. Ce spectacle donne ainsi reliefs et saveurs aux émotions de deux personnages ordinaires...et sublimes à la fois.
 
 
 Nous vous invitons à découvrir la compagnie via son site:
       www.lignemouvante.wordpress.com.
 
 
 

09/02/2015

Soliflore n°30 : Raphaël Fèvre

 Adamantis



« je bois dans ta déchirure…. »  G.B.

 

Rase ta foune
de l’impureté ambiante
dessine lui
moustaches, sourcils,
une broussaille quoi ;
à ton image.
Et déchire ta jupe
de tissu fleuri
barde là de trous
violents et de coups
de famine
que je puisse voir
entre tes souillures fumées
parer de ma licorne d’or
le centre de tes idées.

 

 

08/02/2015

Numéro 50 lu par Didier Trumeau

Je viens d’absorber la demie centaine de la revue de poésie vive et j’ai aimé. J’ai d’abord pensé que c’était un n° spécial poétesses et vu le niveau des dames je me frottais les mains des neurones puis j’ai continué la lecture et donc des poètes qui n’ont pas démérité  ont pris la suite et je n’ai rien regretté. La poésie comme la liberté n’a ni sexe, ni couleur, ni appartenance à un quelconque modèle, la poésie c’est une vague qui sans cesse recommence, semblable et différente à la fois. Et puis tes citations qui renvoient sans cesse à l’éternité et à l’universalité de la poésie sont l’illustration parfaite qui complète les superbes dessins de Joaquim Hock. Et toujours la conclusion éclairée de dernière de couve qui clôt ce moment de bonheur partagé. Bravo.

 

 

 

 

26/01/2015

Nouveaux délits N°49 (2014) lu par Georges Cathalo

 

Guidée par un instinct très sûr, Cathy Garcia excelle dans l’art du revuiste d’investigation pour dénicher des poètes rares et originaux. Ici, avec Thomas Sohier peu lu mais déjà maître d’une écriture assurée, Patrick Devaux, poète belge dont la poésie s’apparente à celle de Guillevic et Jean-Jacques Dorio dans une écriture « à sauts et à gambades » dans le sillage d’un Montaigne finalement très actuel. Plus surprenants encore, les écrits du jeune Paul Fréval (né en 1978) où l’on devine le penchant prononcé pour une oralité où le poème s’accomplit. Suit encore une expérience d’écriture de poèmes « pour deux voix et deux mains » entre Pascale de Trazegnies et Cathy Garcia dans une originale recherche poétique qui mériterait d’être poursuivie. Enfin, avec Cyril C. Sarot, on se trouve face à quelqu’un qui d’emblée déclare ne pas se considérer comme un écrivain. Précaution bien inutile car les neuf pages ici proposées nous prouvent le contraire. Comme toujours, Cathy Garcia parsème chacun de ses numéros de citations diverses ; cela va d’Anouilh à Werner Lambersy, et de Borgès à Noël Godin l’entarteur. Belle palette éclectique à l’image d’une revuiste de haut-vol.

 

 

 

17/01/2015

La Patagonie de Perrine Le Querrec

 

49848.jpg

 

Préface de Jean-Marc Flahaut, Ed. Les Carnets du Dessert de Lune, novembre 2014.

  

Lire Perrine Le Querrec c’est prendre un risque, prendre le risque de se faire engloutir. Les mots ici deviennent matière, tantôt gluante, paralysante, tantôt rêche, étrangleuse, tantôt lourde, étouffante, tantôt acérée, tranchante, de la matière sombre, grouillante et tremblante, puis soudain ils ont des ailes et tentent de s’échapper vers la lumière. Vers la Patagonie.

 

Ou bien ils s’écrasent. La pâte-agonie.

 

Il y est question d’enfance, de violence, de peur et de désespoir ravalés, d’extrême solitude. « Son enfance sent toujours le carnage ». Quelque chose qui ne se voit pas de l’extérieur, quelque chose que l’on peut trimballer en soi toute une vie, qui nous dévore de l’intérieur et personne ne s’en aperçoit. Personne ne s’en est jamais aperçu. Alors les mots tentent de donner consistance à cette grande béance, de faire apparaître l’indicible, l’invisible, tentative qui elle-même écartèle : faire à la fois apparaître et disparaître à jamais. Fuir.  « Il ne faut pas fermer la porte mais la claquer derrière soi et partir pour toujours ».

 

Les mots deviennent des encres à colorer le silence pour y faire apparaitre les non-dits, « la parole interdite embusquée derrière la porte close/la parole refusée bâillonnée en-dedans au dehors », des acides pour dissoudre ces murs qui retiennent les secrets qui rongent l’âme, des chimies diverses et variées pour que remontent de sous la terre tous les cadavres enterrés, les vers dissimulés. Toute la saleté enfouie.

 

On n’est pas dans l’écriture, on est dans l’alchimie, pour dégager la pierre passée au cou de celle qui se noie sans eau, pour dégager la pierre à écrabouiller le cœur. On ne lit pas Perrine Le Querrec, on avale, on mâche une réalité qu’elle nous enfourne, bouchée après bouchée, une réalité figée comme « sauce froide sur les tripes abandonnées dans l’assiette. »

 

De la douleur brute, interdite, non autorisée, non accueillie, à laquelle les mots ont ordre de donner forme, pour avoir prise sur elle, pouvoir la saisir à pleines mains et la briser, la détruire, l’achever en pleine tête.

 

Être fillette, puis femme, puis mère, la fillette enfermée dedans. Les nœuds gordiens de la famille. Le passé, le présent et le futur «l’effort du restant de sa vie ». Et ce sentiment de décalage permanent avec le dehors, avec l’autre. Incompréhensible. Alors il ne faut pas que ça se voit : « Tu es dehors. La tête haute. Les gens te saluent. Tu es des leurs. »

 

C’est cette chose avec laquelle on ne peut pas tricher qui donne tant de consistance, de densité, de force et de beauté, de magnificence même, à la langue de Perrine Le Querrec et la lire fait du bien. Peut-être pas à tout le monde, peut-être faut-il ce quelque chose en soi qui fait écho et que personne ne voit, dont personne ne s’est jamais aperçu. Un bien fou pour un mal fou. 

  

Ce petit quelque chose qui remonte à la genèse de l’être et qui fait que l’on est toujours au bord et « pas de cou autour duquel elle pourrait jeter ses bras pour s’accrocher, comme en a droit toute personne qui se noie. »

  

Toujours « trop près du bord. » et au loin pourtant, l’espoir encore d’une libre et vaste Patagonie.

 

Cathy Garcia

 

 

 

perrine le querrec.jpgPerrine Le Querrec est née à Paris en 1968. Ses rencontres avec de nombreux artistes et sa passion pour l’art nourrissent ses propres créations littéraires et photographiques. Elle a publié chez le même éditeur Coups de ciseaux, Bec & Ongles (adapté pour le théâtre par la Compagnie Patte Blanche) et Traverser le parc. Elle vit et travaille à Paris comme recherchiste indépendante.

 http://entre-sort.blogspot.be/

 

 

 

 

Patrice Maltaverne à propos du n°50

 

C'est ici :

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/2015/01/revue...

 

 

 

 

14/01/2015

Soliflore n°29 : Patrick Beaucamps

 

 

 

La clé

 

La clé de la maison.

La clé que j’ai reçue pour mes onze ans.

La clé qu’il ne fallait pas perdre.

La clé qui devait pendre au crochet.

La clé que j’ai bien cru avoir perdue.

La clé que les locataires m’empruntaient.

La clé qui m’accompagnait jusque l’internat.

La clé de leur maison.

La clé qui ne demandait qu’à s’échapper.

La clé salvatrice de mes nuits d’ivresse.

La clé dont je ne voulais plus entendre parler.

La clé qui n’entre plus dans la serrure.

La clé que je n’ai jamais perdue.

La clé qui ne pend plus.

La clé sans maison.

 

 

07/01/2015

Bad niouze

 

ATTENTION L'AUGMENTATION DES TARIFS POSTAUX FONT QUE -hélas-

LES TARIFS DES ABONNEMENTS ET DU PORT POUR LES EXEMPLAIRES UNIQUES AUGMENTENT A

PARTIR DU 15 JANVIER 2015

 

voir : http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/s-abonner/

 

 

 

08:39 Publié dans S'ABONNER | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2014

NUMÉRO 50



Scan small.jpg


 


J’ai trop lu de poésie. Combien de fois le mot étoile, le mot lumière, le mot liberté ? Combien de fois l’amour, l’automne et la beauté ? Le souffle, la source et la vérité. Ces mots qui tournent dans une ronde folle, passent de bouche en bouche, de feuille en feuille. Combien de fois le feu et la fumée ? Les mots sont vains. Ce qui reste de la poésie quand on se tait, voilà sans doute, une question qui mériterait d’être posée. Que serait le poète sans les mots ? Un cœur palpitant arraché d’une poitrine, un sexe turgescent, une fontaine au creux d’une ravine ? Un soleil plongeant dans l’obscur des océans ? Que serait le poète sans ses mots, le peintre sans sa peinture ? Voilà ce qui m’intéresse aujourd’hui.


Cg, extrait de À la loupe

 

 

 

Évoquée par Basarab Nicolescu dans Nous, la particule et le monde, l'observation faite par le mathématicien français Jacques Hadamard sur la genèse de la création scientifique n'est pas sans évoquer la genèse de la création poétique. "Les mots, dit-il, sont totalement absents de mon esprit quand je pense réellement". Il est soudainement habité par une intuition sans mots. De son côté, Einstein dit ceci : "Les mots et le langage, écrits ou parlés, ne semblent pas jouer le moindre rôle dans le mécanisme de ma pensée". (…) La poésie ne travaille pas dans un champ clos, même si le langage est en lui-même un champ clos indéfini. Que sait-on de l'origine du langage ? Rien. La poésie est d'abord vécue dans une sorte de perception sans forme, silencieuse, mais illuminative. Ce n'est pas un savoir, c'est autre chose, c'est l'intuition donatrice originaire que l'espace de la poésie est infini, sans nom et sans fond, donc bien plus "fondamental" que n'importe quel niveau de réalité. Le paradoxe de la poésie c'est de faire allusion à la transparence de l'infini dans le fini avec-et-contre les mots de la tribu. Le champ de conscience de la poésie, c'est l'infiniment ouvert à l'intérieur de la langue comme un "trou" dans la langue.

Michel Camus

in Transpoétique. La main cachée entre poésie et science

 

alkekange.jpg


AU SOMMAIRE

 

 

Délits de poésie, plein !Colette Daviles-Estinès, Murielle Compère-Demarcy, Perrin Langda, Olivier Ragasol-Barbey, Marc Tison, Joël Jacquet, Ludovic Micheau, Gauthier Nabavian.

 

Résonance : La Patagonie de Perrine Le Querrec

 

Délits d’(in)citations, saupoudrage.

 

Vous trouverez un bulletin de complicité au fond en sortant, très sociable. Il se multiplie très facilement et adore les nouvelles rencontres.

 

 

Illustrateur, l’illustre : Joaquim Hock


Peintre, dessinateur et écrivain wallon est né le Mardi 17 Phalle 101 du calendrier pataphysique (Ste Gallinacée, cocotte) fête suprême quarte. Au-delà de ses illustrations néo-délictueuses, il expose ses œuvres en Pologne, parfois ailleurs, et souvent chez lui. Il est l'auteur du roman L'intrus et du recueil de nouvelles Le grand Borborichon et autres coquecigrues parus aux éditions Durand-Peyroles et, ô miracle, toujours disponibles partout où on les trouve. Il est recommandé de visiter son blog :

 

http://joaquimhock.blogspot.com

 

img107.jpg


 

 

Vous trouverez entre les lignes de ce numéro 2015 vœux blancs à remplir de vos souhaits, rêves, désirs, terreaux, listes de courses, demandes en mariage, en divorce, panneaux publicitaires, prières, cacahuètes, couchers de soleil, cures thermales, antidépresseurs, élans solidaires, lancers de poids, coupons gratuits, musiques et utopies en tout genre, à vous d’en faire bon usage !


 


  

du00E9cote.jpg

 

Il y a sur cette terre des gens qui s'entretuent ; c'est pas gai, je sais.
Il y a aussi des gens qui s'entrevivent. J'irai les rejoindre.



Jacques Prévert

 

 

Nouveaux Délits  - Janvier 2015  -  ISSN : 1761-6530  -  Dépôt légal : à parution  -  Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits Coupable responsable et correctrice pour ce numéro : Cathy Garcia Illustrateur : Joaquim Hock.


img121.jpg

Chacun appelle “idées claires” celles qui sont au même degré
de confusion que les siennes propres.
Marcel Proust


 

 

 

   

Je vous salue névrosés !

 

img126.jpg

 

Parce que vous êtes sensibles dans un monde insensible, n’avez aucune certitude dans un monde pétri de certitudes

Parce que vous ressentez les autres comme si ils étaient vous-mêmes

Parce que vous ressentez l’anxiété du monde et son étroitesse sans fond et sa suffisance

Parce vous refusez de vous laver les mains de toutes les saletés du monde, parce que vous craignez d’être prisonniers des limites du monde

 

Pour votre peur de l’absurdité de l’existence

Pour votre subtilité à ne pas dire aux autres ce que vous voyez en eux

Pour votre difficulté à gérer les choses pratiques et pour votre pragmatisme à gérer l’inconnu, pour votre réalisme transcendantal et votre manque de réalisme au quotidien

Pour votre sens de l’exclusivité et votre peur de perdre vos amis proches, pour votre créativité et votre capacité à vous extasier

Pour votre inadaptation à « ce qui est » et votre capacité d’adaptation à « ce qui devrait être », pour toutes vos capacités inutilisées

Pour la reconnaissance tardive de la vraie valeur de votre grandeur qui ne permettra jamais l’appréciation de la grandeur de ceux qui viendront après vous

Parce que vous êtes humiliés alors que vous veillez à ne pas humilier les autres, parce que votre pouvoir immense est toujours mis à bas par une force brutale; et pour tout ce que vous êtes capable de deviner, tout ce que vous n’exprimez pas, et tout ce qui est infini en vous

Pour la solitude et l’étrangeté de vos vies

Soyez salués !



Kazimierz Dabrowski(1902 - 1980)

psychologue, psychiatre, physicien, écrivain et  poète polonais

 

 


09/12/2014

Soliflore n°28 : Miguel Coelho

 

 

                    cou          arrêté

 corps de tête
 où je me sais
 où je m'écris
  
me tâte et ne me tais
 mais sais que j'existe
 mais sentir sans taire
 

   l'enterré vif

 la peau mise
 par incise
 

   corps de texte

 écrit dans la chair
 le nœud du temps
 bandant autour
 

 

                                   jusqu'au degré zéro de la sexualité

 

 

extrait de Part de tête 

http://www.ram05.fr/spip.php?rubrique115

 

 

 

 

 
 

05/12/2014

REVUE NOUVEAUX DÉLITS, QUÈSACO ?

 

La revue Nouveaux Délits est née dans le Lot en juillet 2003, bimestrielle jusqu’en janvier 2008, elle sort aujourd'hui 3 numéros par an. C'est une revue de poésie vive, ce qui signifie qu’elle publie beaucoup de poésie contemporaine mais pas seulement. Elle publie aussi d’autres genres de textes, y compris des coups de gueule. C'est une revue sans frontière, incisive, subversive, tendre, grave, légère et qui aime passer de main en main. Chaque numéro a des illustrations originales, réalisées par un artiste. Elle offre une belle place aux écritures marginales, non formatées. Y sont publiés des auteurs du monde entier (en version bilingue pour les auteurs non francophones), aussi bien connus que jamais encore publiés et tout le monde y est accueilli de la même chaleureuse façon.

 

Scan.jpg

 

52 pages agrafées, couverture kraft

imprimée sur papier recyclé, cohérence oblige

elle est entièrement conçue et réalisée à la maison

par Cathy Garcia, poète & artiste

installée dans le Lot depuis 2001.

 

6 euros l'exemplaire

+ 1,50 euro de port (au 15/01/15)

 

Pour s'abonner voir ici :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/s-abonner/

 

Offrir un abonnement à une revue poétique est un cadeau très original et sans aucun doute d'utilité publique.

 

 

 

 

 

07/11/2014

Numéro 49, la revue du mois par Jacmo

Novembre, c’est… 100ème revue du mois !

NOUVEAUX DÉLITS n° 49

La revue de poésie vive dirigée par Cathy Garcia touche à son numéro 50. Ce qui est un événement pour toute revue. Une raison de la saluer un rien à l’avance. 52 pages, papier recyclé, une couverture kraft, une présentation sobre… voilà qui en fait un trimestriel régulier et pas cher. Et qui se donne les moyens de durer. Nouveaux délits est repérable en particulier par le fait qu’elle soit truffée de citations en bas de page, qui font comme une respiration parallèle avec les textes principaux, un peu comme quand on lit, mais qu’on a en tête une pensée par ailleurs qui se balade et se combine avec le texte lu. Dans le même ordre d’idée, Cathy Garcia n’hésite pas à emprunter aussi une page complète chez un auteur connu, ainsi Sam Shepard pour l’édito ou Fred Vargas pour la quatrième de couverture. Voire une citation de Francis Blanche pour la dernière page. C’est cette liberté et cette ouverture qui font l’intérêt de cette revue originale. Au sommaire : Thomas Sohler, qui s’occupe des éditions Contre-Ciel, écrit dans la note qui est consacrée à chaque auteur : « J’aime la poésie qui prend aux tripes, celle qui va chercher ce qu’on a de plus profond en nous afin de le mettre face à notre conscience. » Il donne une écriture serrée et fervente. La pluie est dans nos vies / L’insecte dans nos veines // J’ai chaussé la pensée de l’imbécile / Et la mémoire du vieux… Ensuite Patrick Devaux qui présente une poésie lapidaire et verticale ouvrir / à nouveau / les volets / de bois // qui / scient / la lumière Jean-Jacques Dorio qui multiplie les références et les citations : Gaston Puel, Garcia Lorca, Octavio Paz, Borges… un peu comme ce que je disais à propos de la revue, en abyme. Paul Fréval ensuite, qui enregistre et retranscrit, ce qu’il appelle « Postpoèse ». Le deuxième exemple est trop répétitif et assommant, mais le premier, autour du rêve, avec deux angles ou deux versions différentes est très réussi. Puis un « poème pour deux voix et deux mains » signé par Pascale de Trazegnies et Cathy Garcia. Il est indiqué qu’il s’agit « d’une sorte de dialogue hypothétique avec une voix imaginaire. Et que la deuxième voix s’incarne et vient se glisser dans un nouveau jeu de miroir »… Chacune garde sa graphie. Cela donne curieusement un texte vif et nerveux à deux niveaux comme stichomythie au théâtre. Enfin Cyril C. Sarot qui donne des réflexions un peu tout azimut, comme dans un journal. Celle-ci : Il y a des mots que je trouve beaux esthétiquement, pour des questions de pure sonorité. Aruspice, anachorète, coquecigrue, picrocholine, épithalame… Une belle note critique de l’animatrice pour clore, et on peut remplir le « bulletin de complicité » !

25 € / 4 n°. Létou – 46330 St-Cirq-Lapopie.

 

http://www.dechargelarevue.com/revue_du_mois.htm

25/10/2014

Numéro 49 lu par Patrice Maltaverne

Un chouette retour sur le numéro 49 de Patrice Mataverne via son nouveau blog intitulé C'est vous parce que c'est bien, une très belle idée que ce blog essentiellement consacré aux revues de poésie !

à lire et à découvrir ici : http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/2014/10/revue...

 

 

24/10/2014

Soliflore n°27 : Ana Minski

 

obstinément
la tête
battements jugulaire
tendons et nerfs
implosion

sur le visage de métal et de silice
plus de cercles et de chutes
la bouche
échappée des marges

 

Ana Minsky Le ciel renversé, huile sur toile.jpg

Le ciel renversé, huile sur toile



humaine encore
aveuglée, éperdue...
assaillie
dévorée par des ciels sans lune
dans des paysages d'ogre
affamé de nuits
de tempêtes et de déluges

 

http://anaminski.eklablog.com/

 

 

 

 

 

 

21/10/2014

Soliflore n°26 : Christophe Bregaint

 
 S’écoule
De ta main
Un flux
De sable
Rugueux
Il ira
Caresser
Le vent
Ce même
Qui surgit
Pour bousculer
Tes os
Tout au long
De ton errance
 
 
 
 

 

18/10/2014

Résonance 49

  

Ed. Sulliver, septembre 2013

chroniques-du-diable-consolateur-9782351221433_0.gif

 

110 pages, 11 €.

 

  

Les Chroniques du Diable consolateur est un monologue du Bourven, l’auteur, qui s’adresse ici à sa compagne de malfortune : « Je nous vois cernés et haletant dans ce grand lit, Inhès ». Inhès aux adorables petites fesses. Un monologue poétique tout sauf monotone, qui prend sa source dans la chambre et le quotidien d’un couple, artiste, rsa, taf alimentaire, galère… dans Paris, or si la poésie a souvent pour fonction de transfigurer, ici c’est une transfiguration inversée, vers la face obscure. En effet, ce récit se place sous le signe des Ombres et de la lune avorteuse, des nuits insomniaques et des sommeils bavards. Les Chroniques du Diable consolateur sont le livre des terreurs nocturnes mais aussi celui de la fureur, où l’auteur enchaîne des textes-spasmes, oniriques et hallucinés qui parlent de la Réalité-nuit (saturée d’Ombres perverses), entre bad-trip et delirium tremens, pour exorciser une Réalité-jour, bien pire encore. Réalité-jour que l’on me tend et que l’on voudrait m’imposer par la force où même les campagnes sont tristes, jonchées de cadavres de chevaux, de vaches et de vieillards aux dos tout tordus. C’est donc et surtout aussi un livre-colère contre une société et une époque qui ne savent procurer qu’angoisses destructrices et impuissance désespérée et même si l’auteur s’enfonce dans la nuit-foutre-fugue-nuit, cela ne suffit pas pour apaiser la colère et la trouille. Voyage entre deux mondes, « Voyageant d’une douleur à l’autre ! D’une jouissance à l’autre !  Avec au bout du Fleuve Noir, quand la Seine devient Styx, Pluton et Proserpine fornicateurs, faisant cargaison de chair fraîche à bord de leur sombre péniche.

 

Yann Bourven dans la lignée des écrivains-poètes que l’on disait maudits, les visionnaires torturés, les mystiques contrariés, le regard exorbité sur l’invisible sans pour autant échapper à la merditude du réel, nous évoque des Baudelaire, Burroughs « J’étais là, une barre au crâne, comme nu, et les passants ressemblaient à des limaces géantes qui défilaient en rampant et en grognant dans la boue, survolées par des hiboux klaxonnant. » ou Lautréamont, Artaud, qui auraient longuement macéré à la sauce punk. « Non, je ne suis pas un ado attardé, merde !... ».

  

« C’est l’avenir qui nous torture ».

 

Le lit, le couple, le radeau de survie, le couple solaire malgré tout par opposition au couple maudit infernal et dévorateur, mais comment échapper aux cauchemars de la Réalité-jour sinon en se maudissant pour y échapper par la Réalité-nuit. « Caresse-moi et je te dirai comment je vomirai cette société et cette Europe mal famée. Je t’expliquerai ma politique sanglante, tu verras ! »  La Vraie-Vie ou le désert au bout du Fleuve Noir ? Lequel des deux est le pire ? Faut-il écouter Proserpine ?

 

- Cette Vraie-Vie est un leurre ! Si tu restes ici je te prédis une vie bête et sans saveur ! Une vie de routine et d’asservissement, d’ennui et de surconsommation ! Sois mignon, reviens ! Allez ! Au pied ! Tu feras partie de ma légende putréfiée ! »

 

Puisque Vie et Beauté sont tant malmenées dans la Réalité-jour aux écrans de nausée sexuelle, où l’amour balancé sur les trottoirs est dévoré par des chiensqui le chient quelques heures plus tard dans les jardins d’enfants,

 

« C’est la nuit (pilotée par la lune avorteuse) qui nous intéresse ! La nuit qui nous hurle ses poèmes épileptiques ! »

 

Et les amants s’accrochent l’un à l’autre. « Tes caresses sont précises et elles me lisent à tombeau ouvert. La mort, c’est ma peau que tu tends comme un voile dans la nuit. »

 

Ce sont des enfants en « folles virées dans Tragédie City. Enfants dépourvus d’innocence qui partent en vrille ».

 

« Nos noms s’affichent sur les murs de la ville froide. Avis de recherche. Perdus à jamais. Dans des nids de frelons. Dans la Réalité-nuit. On nous oubliera vite, tu sais. On nous oubliera. »

 

Et les amants baisent et baisent encore, le sexe comme flambeau d’amour rédempteur, « Je ne débande plus, regarde-là, elle est dure comme du bois ! Tâte ces veines diurnes qui surgissent une à une gonflées à mort ! De vraies racines qui palpitent ! ». Sexe défonce, antidote au venin de la trouille, au feu dévorant de la rage, mais pas assez puissant puisque « L’homme tourne en rond dans la pièce, marche autour du lit en se grattant le menton, en se claquant les joues et en se grondant la bite. Puis il se jette par la fenêtre. »

 

« Ci-gît l’espoir, ils ont assassiné la poésie-vérité ! me disais-je enfiévré. Ils m’ont eu, mais qui ? Qui tire les ficelles de la résignation ».

 

Portrait sous acide-vitriol et paradoxalement extralucide de notre époque, où « des vigiles métalliques nous expliquent qu’ils lacèreront nos enfants si jamais nous en faisons », ne passez pas à côté de ces Chroniques du Diable consolateur qui sonnent comme une alarme salutaire de poésie-vérité.

 

  

Cathy Garcia

 

 

 

sans-titre.pngYann Bourven est un écrivain français né le 17 octobre 1978 à Rennes. Il a déjà publié Face à la Mer (2001), Mon Héroïne (2003), La Course Éperdue du Gosse Enflammé (2004) et Les Fantômes te détestent (2006), parus aux éditions Diabase. Puis : Le Dérèglement (2009), Maclow, Ville-Fièvre (2011) et Chroniques du Diable consolateur (2013), parus aux éditions Sulliver.

 

05/10/2014

Numéro 49, délit de coquilles récidivistes !

Décidément, un des auteurs publiés dans ce numéro Paul Fréval, a un quasi homonyme : Paul Féval, auteur également, défunt celui-là, qui a semé bien malgré lui la confusion.... et pas qu'une fois, c'est la multiplication des coquilles là ! L'auteur publié dans ce numéro donc est bien Paul Fréval et non pas un hommage à l'écrivain de cape et d'épées qui semble pourtant vouloir faire parler de lui...

Le blog de Paul Fréval est donc bien http://frevalites.blogspot.fr/

Pour me faire pardonner, je vous invite à aller voir les vidéos de Paul FRÉVAL que vous trouverez sur viméo et youtube, comme celle-ci :

 

 

ou celle-là

 

 

 

 

 

29/09/2014

NUMÉRO 49

 

Scan.jpg

Oct. nov. déc. 2014

 

 

En guise d’édito :

 

Le missionnaire européen était assis accroupi avec les Indiens Hurons en grand cercle autour d’un feu de camp. C’était une position à laquelle il n’était pas habitué, et il avait le sentiment qu’elle ne l’aiderait pas à convaincre les Indiens de partager son point de vue. Néanmoins il leur a exposé courageusement l’idée selon laquelle il n’était pas un mais deux. En l’entendant les guerriers ont éclaté de rire et ont commencé à jeter de gros bâtons et de la poussière dans le feu. Un étrange mélange de terreur et de ressentiment a alors envahi le cœur du missionnaire. Lorsque les rires ont cessé, il a poursuivi son exposé. Avec patience, il a expliqué aux sauvages que ce corps fait de chair et de sang qu’ils voyaient assis devant eux n’était qu’une coquille extérieure, et qu’en lui un corps invisible plus petit habitait, qui un jour s’envolerait pour vivre dans les cieux. Les Hurons ont gloussé de plus belle, en se faisant des signes de tête entendus tout en vidant les cendres de leurs pipes en pierre dans le feu crépitant. Le missionnaire avait le sentiment d’être profondément incompris, et était sur le point de se lever pour regagner sa tente, vexé, lorsqu’un vieil homme près de lui l’a arrêté en lui saisissant l’épaule. Il lui a expliqué que tous les guerriers et les chamans présents dans le cercle connaissaient l’existence de ces deux corps et qu’ils avaient également de petits êtres qui vivaient en eux, au cœur de leurs poitrines, et qui s’envolaient eux aussi au moment de la mort. Cette nouvelle a réjoui le missionnaire, et l’a convaincu que les Indiens étaient désormais sur le même chemin spirituel que lui. Avec un zèle renouvelé, il a demandé au vieil homme où, selon son peuple, ces petits êtres intérieurs s’en allaient. Les Hurons ont tous recommencé à rire, et le vieil homme a désigné du doigt la cime d’un énorme cèdre millénaire dont la silhouette se dressait dans la lueur du feu. Il a dit au missionnaire que ces « petits êtres » allaient au sommet de cet arbre puis descendaient dans son tronc et ses branches, où ils vivaient pour l’éternité, et que c’était pour cela qu’il ne pouvait pas l’abattre pour construire sa petite chapelle.

Sam Shepard in Chroniques des jours enfuis

dorio sans art la rue.jpg

 

 

AU SOMMAIRE

 

 

Délit de poésie : Thomas Sohier, Patrick Devaux (Belgique) et Jean-Jacques Dorio

 

Délit de poèse : Paul Fréval

 

Délit de réponse : Pascale de Trazegnies & Cathy Garcia,

Poème  pour  deux  voix  ou  deux  mains

 

Délit de suite dans les idées : Cyril C. Sarot, Ces traces laissées dans le sable

 

Résonances : Chroniques du Diable consolateur de Yann Bourven

 

 

Les Délits d’(in)citations sont aux petits coins.

Vous trouverez le bulletin de complicité. Bien-sûr que vous trouverez le bulletin de complicité !!

 

 

Illustrateur : Jean-Louis Millet

 

Les illustrations ont été réalisées par détournements d’œuvres de van Gogh, Rodin, Schiele, Drakkar, van Malderghem, anonymes préhistorique, celte, hopi, internet, cg & jlmi.

 

 

Et si vous alliez faire un tour au Musée Improbable ?http://jlmi94.hautetfort.com/

 

 

féval réponds1small.jpg

 

 

Mon tragique à moi, c'est la vie quotidienne : la muflerie, la stupidité, le comportement de l'homme moyen, une sorte de méchanceté uniforme et institutionnelle.

 

Francis Blanche

 

Sohier3-4small.jpg