Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2015

NUMÉRO 51

 

 

Scan.jpg

 

C’est un numéro qui sent l’anisette, non ? Et pourtant l’été est loin, le printemps encore frileux, faut dire que ce n’est pas jojo l’ambiance, on s’attendrait presque à ne voir fleurir que des rosettes tricolores … La peur est depuis toujours une arme de persuasion massive. Il y a de la confusion, beaucoup de confusion dans l’air en ce moment, de menteries et de récupérations, tellement que ça donne envie de se taire pour ne pas en rajouter, se taire et prendre suffisamment de recul pour être capable de sourire encore à l’inconnu, de lui faire confiance, de lui ouvrir sa porte et l’inviter à boire un café bien noir ou un thé bien à la menthe, ou un coup de rouge bien biodynamique, ou une anisette tiens, pourquoi pas ? Même si l’été n’est pas encore là, que le printemps retient sa sève, sachant que même le vert, ça ne plait pas, au point qu’on lui fout du lisier plein la face à ce pialut* avec ses clochettes et ses fleurettes et toutes ces couleurs éclatantes, prêtes à s’exhiber sans pudeur. Donc, se taire oui, fermer sa bouche et déployer sa plume, car il y a bien « trop de chefs et pas assez d’Indiens », alors déployer sa plume, son art, sa syntaxe, sa différence et l’afficher bien haut, paf dans la cible-ciel, qu’il en pleure de joie pour arroser tout le monde, même les cons qui eux aussi ont la plume haute, la plume au fion.

c.g.

 

*un pialut est un terme dérivé de l’occitan pelut « poilu » utilisé dans le Quercy (pelut dans le Tarn) depuis les années 70 pour qualifier sans grande sympathie les babos à barbe et cheveux longs et aujourd’hui les néo-ruraux à tendance écolo quel que soit leur degré de pilosité… et sans forcément plus de sympathie.

 

 

 

L'ennemi est con, il croit que c'est nous l'ennemi

alors que c'est lui.

Pierre Desproges

 

illustration 13.jpg

 

AU SOMMAIRE

 

 

Délit de poésie :

 

Hommage aux Ombres Vives d’Enrico Bertoncini

Blue star de Nicole Barromé

Jean-Louis Llorca

Annabelle Verhaeghe

Sang d’encre (extraits) de Sadoun Nakib

 

Délit piquant : Épingler les papillons de Louise Sullivan

 

Délit salant : L’océan par la vitre de Jean-Baptiste Pedini

 

Délit d’homo bellicus : Les appâts rances de Jean Gédéon

 

 Mots sur les mots du poème de Michel Host en écho à l’édito du n°50

 

 

Résonance : Le mémo d’Amiens de Jean-Louis Rambour, éd. Henry et Pieds nus dans R. de Perrine Le Querrec– Ed. Les Carnets du Dessert de Lune

 

 

Délits d’(in)citations fleurissent, fleurissent…  Vous trouverez au fond en sortant le bulletin de complicité dans une posture très aguicheuse mais pas encore vulgaire, malgré que ses propositions qui se veulent toujours honnêtes soient contraintes de s’aligner sur la hausse des tarifs postaux.

 

illustration 2.jpg

 

Illustratrice : Corinne Pluchart

 

Vit en Bretagne. De mer, de vent et d'ouest.

Parce qu'un jour il y eut  rencontre,

fulgurance abrupte,

un temps de vent et de lumière vive.

Traces, signes, empreintes et tout ce qui fait chemin.

Pas de vie ni de sens sans poésie.

 

http://corinne.pluchart.over-blog.com/

 

illustration 12.jpg

 

 

Oui, la vie porte l'absolu et il revient à l'homme de l'incarner ici, qui ne l'atteindra jamais.

 

Oui, la beauté, la poésie, l'amour, l'éros, la joie, la subversion, l'autonomie, l'indépendance sont des valeurs contemporaines qu'il reste à défendre.

 

Oui, le but de l'homme est l'amour, toujours plus d'amour. Oui, n'en déplaise aux marchands, aux esthètes, aux cyniques, aux épargnants, aux religieux et aux athées, la vie se conjugue dans la dépense, le don, l'ouverture, l'acceptation, la perte. Ceux qui l'osent ont appris que l'écriture est habitée de sexualité comme le ventre, et qu'il faut s'y enfoncer avec la même ardeur que les consonnes masculines fouaillent la béance des voyelles dans la phrase. C'est au prix de cette conscience-là, et de l'enjeu qu'elle représente, que l'esprit circule entre les lettres et porte le souffle.

 

Les poètes le savent, les prophètes et les saints : que les mots sont aussi sexuels que le corps des femmes et que le souffle les fécondent s'ils se laissent épouser.

 

 Lorette Nobécou

 

in La clôture des merveilles: Une vie d'Hildegarde de Bingen

 

illustration 3.jpg

 

 

 

 

 

Vient de paraître aux Ed. Gros Textes

 

garcia.jpg

 

30 essais de décollage du réel

1993-2013

 

Il y avait au fond de ma valise, un vieux brouillon, une veste d’homme, une bouteille, quelques fantômes et leurs bleus désirs de méharées. C’est de bon cœur que je m’apprêtais à les suivre, hélas, monsieur, en guise de départ, j’entendis pleurer les bombes et je vis l’automne passer sous les rails. Oui Monsieur ! J’ai donc ôté mes souliers et j’ai même ôté mes pieds avant de me glisser, sans rien de plus à dire, sous cet atome de soupir où vous m’avez trouvée.

 

 

  

40 pages au format 14 x 21

orné de 12 pleines pages couleur avec des illustrations de l’auteur

imprimé sur papier bouffant munken 90 g

ISBN : 978-2-35082-273-0

 

9 € (+ 2 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

 

Commande à :

Gros Textes

Fontfourane

05380 Châteauroux-les-Alpes

(Chèques à l’ordre de Gros Textes)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soliflore n°31 : Khalid EL Morabethi, Maroc

 

Hier

Le ciel a été vert,

Il est jaune, aujourd’hui,

Hier, la pluie n’a pas voulu tomber,

Même si les nuages l'ont priée,

Même si la terre vendue, l’a suppliée

Et Le soleil bleu, le roi ne parle plus

Depuis  longtemps déjà,

Les étoiles qui apparaissaient pendant le jour,

Savaient pourquoi,

Ils savaient.

Hier

La lune rouge, vêtue d’une longue robe blanche,

Déambula dans la ville sombre et silencieuse,

Chercha tout ce qui pouvait lui permettre de continuer d’être lumineuse,

Tout ce qui pouvait lui permettre d’être merveilleuse.

Hier soir,

L’oublié ivre avec un sourire charmeur,

A regardé la lune et le peu de magie et sa douceur,

Il a pu lui dire qu’elle brille encore,

Il a eu le courage de lui dire qu’elle pouvait briller plus fort,

Il a mis sa main sur son cœur, sans perdre l’équilibre,

Et il est parti.

Hier,

Plus loin des explosions et des cimetières,

Plus loin des soldats zombie et leurs cris qui polluent l’air,

Loin des pressions qui s’accentuent,

Loin des maisons ou les frères s’entretuent,

Trop loin,

Derrière,

Le vend était taiseux,

Les arbres à feuille caduques se regardaient,

L’espoir essayait d’ouvrir ses yeux,

Derrière les montagnes,

Gavroche,

A enfin vu, la Pureté,

Elle a perdu la mémoire, jusqu'à oublier sa perfection,

Jusqu'à oublier, que son cœur violet, avait des sentiments,

Mais la présence d’une âme naïve,

Lui a donné la force de prendre son oud,

Et pour  la première fois, le rythme se joue,

Et pour la première fois,

L’homme entend à part la colère de la terre, un chant doux.

 

 

 

 

19/03/2015

LES JEUNES SOLIFLORES POUR LES (très) JEUNES AUTEURS

         

Le projet s'élargit :

 

Il s'adresse désormais à tous les jeunes  auteurs (poésie & textes courts),

Le but est d'encourager l'inspiration et pourquoi pas de provoquer quelques vocations. Des projets papiers sont envisageables à long terme.

Pour participer, il faut avoir au maximum 16 ans et l'accord de vos parents. Vous pouvez envoyer plusieurs textes, mais un seul texte sera publié à la fois.

 

 Envoyez vos textes par mail avec vos noms, prénoms, âge et adresse à  : nouveauxdelits arobase orange point fr

Seuls votre prénom, âge et département seront visibles en ligne.

 

Bienvenue également aux classes d'écoles, collège et lycées

qui voudraient participer.

 

Faites passer l'info

Nous avons hâte de vous lire !

                            

06/03/2015

"Mon sublime ordinaire" à Théminettes

                                        

Les textes de Fanny Sheper ont été publiés pour la première fois dans le numéro 44 (janvier 2013) de la revue Nouveaux Délits et par la suite un spectacle est né de la rencontre de la poète et une danseuse.

Aussi j'ai le grand plaisir de me joindre à La compagnie Ligne Mouvante pour vous inviter à découvrir son spectacle "Mon sublime ordinaire" le samedi 14 mars à 19h dans la salle de spectacle de Théminettes (Les Bourg, 46120 Théminettes).

Réservation : lignemouvante@gmail.com

 

 

Interview par Jean-Pierre Riu à écouter sur Antenne d'Oc - Figeac : http://www.antenne-d-oc.fr/article.php?id=129

 

 

1614517_358963090963197_5575766078843404825_o.jpg

       
"Mon sublime ordinaire" est une création pluridisciplinaire mêlant danse et poésie, dans une mise en scène théâtrale originale où la poésie du mouvement s'entremêle au rythme des mots. Ce spectacle donne ainsi reliefs et saveurs aux émotions de deux personnages ordinaires...et sublimes à la fois.
 
 
 Nous vous invitons à découvrir la compagnie via son site:
       www.lignemouvante.wordpress.com.
 
 
 

09/02/2015

Soliflore n°30 : Raphaël Fèvre

 Adamantis



« je bois dans ta déchirure…. »  G.B.

 

Rase ta foune
de l’impureté ambiante
dessine lui
moustaches, sourcils,
une broussaille quoi ;
à ton image.
Et déchire ta jupe
de tissu fleuri
barde là de trous
violents et de coups
de famine
que je puisse voir
entre tes souillures fumées
parer de ma licorne d’or
le centre de tes idées.

 

 

08/02/2015

Numéro 50 lu par Didier Trumeau

Je viens d’absorber la demie centaine de la revue de poésie vive et j’ai aimé. J’ai d’abord pensé que c’était un n° spécial poétesses et vu le niveau des dames je me frottais les mains des neurones puis j’ai continué la lecture et donc des poètes qui n’ont pas démérité  ont pris la suite et je n’ai rien regretté. La poésie comme la liberté n’a ni sexe, ni couleur, ni appartenance à un quelconque modèle, la poésie c’est une vague qui sans cesse recommence, semblable et différente à la fois. Et puis tes citations qui renvoient sans cesse à l’éternité et à l’universalité de la poésie sont l’illustration parfaite qui complète les superbes dessins de Joaquim Hock. Et toujours la conclusion éclairée de dernière de couve qui clôt ce moment de bonheur partagé. Bravo.

 

 

 

 

26/01/2015

Nouveaux délits N°49 (2014) lu par Georges Cathalo

 

Guidée par un instinct très sûr, Cathy Garcia excelle dans l’art du revuiste d’investigation pour dénicher des poètes rares et originaux. Ici, avec Thomas Sohier peu lu mais déjà maître d’une écriture assurée, Patrick Devaux, poète belge dont la poésie s’apparente à celle de Guillevic et Jean-Jacques Dorio dans une écriture « à sauts et à gambades » dans le sillage d’un Montaigne finalement très actuel. Plus surprenants encore, les écrits du jeune Paul Fréval (né en 1978) où l’on devine le penchant prononcé pour une oralité où le poème s’accomplit. Suit encore une expérience d’écriture de poèmes « pour deux voix et deux mains » entre Pascale de Trazegnies et Cathy Garcia dans une originale recherche poétique qui mériterait d’être poursuivie. Enfin, avec Cyril C. Sarot, on se trouve face à quelqu’un qui d’emblée déclare ne pas se considérer comme un écrivain. Précaution bien inutile car les neuf pages ici proposées nous prouvent le contraire. Comme toujours, Cathy Garcia parsème chacun de ses numéros de citations diverses ; cela va d’Anouilh à Werner Lambersy, et de Borgès à Noël Godin l’entarteur. Belle palette éclectique à l’image d’une revuiste de haut-vol.

 

 

 

17/01/2015

La Patagonie de Perrine Le Querrec

 

49848.jpg

 

Préface de Jean-Marc Flahaut, Ed. Les Carnets du Dessert de Lune, novembre 2014.

  

Lire Perrine Le Querrec c’est prendre un risque, prendre le risque de se faire engloutir. Les mots ici deviennent matière, tantôt gluante, paralysante, tantôt rêche, étrangleuse, tantôt lourde, étouffante, tantôt acérée, tranchante, de la matière sombre, grouillante et tremblante, puis soudain ils ont des ailes et tentent de s’échapper vers la lumière. Vers la Patagonie.

 

Ou bien ils s’écrasent. La pâte-agonie.

 

Il y est question d’enfance, de violence, de peur et de désespoir ravalés, d’extrême solitude. « Son enfance sent toujours le carnage ». Quelque chose qui ne se voit pas de l’extérieur, quelque chose que l’on peut trimballer en soi toute une vie, qui nous dévore de l’intérieur et personne ne s’en aperçoit. Personne ne s’en est jamais aperçu. Alors les mots tentent de donner consistance à cette grande béance, de faire apparaître l’indicible, l’invisible, tentative qui elle-même écartèle : faire à la fois apparaître et disparaître à jamais. Fuir.  « Il ne faut pas fermer la porte mais la claquer derrière soi et partir pour toujours ».

 

Les mots deviennent des encres à colorer le silence pour y faire apparaitre les non-dits, « la parole interdite embusquée derrière la porte close/la parole refusée bâillonnée en-dedans au dehors », des acides pour dissoudre ces murs qui retiennent les secrets qui rongent l’âme, des chimies diverses et variées pour que remontent de sous la terre tous les cadavres enterrés, les vers dissimulés. Toute la saleté enfouie.

 

On n’est pas dans l’écriture, on est dans l’alchimie, pour dégager la pierre passée au cou de celle qui se noie sans eau, pour dégager la pierre à écrabouiller le cœur. On ne lit pas Perrine Le Querrec, on avale, on mâche une réalité qu’elle nous enfourne, bouchée après bouchée, une réalité figée comme « sauce froide sur les tripes abandonnées dans l’assiette. »

 

De la douleur brute, interdite, non autorisée, non accueillie, à laquelle les mots ont ordre de donner forme, pour avoir prise sur elle, pouvoir la saisir à pleines mains et la briser, la détruire, l’achever en pleine tête.

 

Être fillette, puis femme, puis mère, la fillette enfermée dedans. Les nœuds gordiens de la famille. Le passé, le présent et le futur «l’effort du restant de sa vie ». Et ce sentiment de décalage permanent avec le dehors, avec l’autre. Incompréhensible. Alors il ne faut pas que ça se voit : « Tu es dehors. La tête haute. Les gens te saluent. Tu es des leurs. »

 

C’est cette chose avec laquelle on ne peut pas tricher qui donne tant de consistance, de densité, de force et de beauté, de magnificence même, à la langue de Perrine Le Querrec et la lire fait du bien. Peut-être pas à tout le monde, peut-être faut-il ce quelque chose en soi qui fait écho et que personne ne voit, dont personne ne s’est jamais aperçu. Un bien fou pour un mal fou. 

  

Ce petit quelque chose qui remonte à la genèse de l’être et qui fait que l’on est toujours au bord et « pas de cou autour duquel elle pourrait jeter ses bras pour s’accrocher, comme en a droit toute personne qui se noie. »

  

Toujours « trop près du bord. » et au loin pourtant, l’espoir encore d’une libre et vaste Patagonie.

 

Cathy Garcia

 

 

 

perrine le querrec.jpgPerrine Le Querrec est née à Paris en 1968. Ses rencontres avec de nombreux artistes et sa passion pour l’art nourrissent ses propres créations littéraires et photographiques. Elle a publié chez le même éditeur Coups de ciseaux, Bec & Ongles (adapté pour le théâtre par la Compagnie Patte Blanche) et Traverser le parc. Elle vit et travaille à Paris comme recherchiste indépendante.

 http://entre-sort.blogspot.be/

 

 

 

 

Patrice Maltaverne à propos du n°50

 

C'est ici :

http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/2015/01/revue...

 

 

 

 

14/01/2015

Soliflore n°29 : Patrick Beaucamps

 

 

 

La clé

 

La clé de la maison.

La clé que j’ai reçue pour mes onze ans.

La clé qu’il ne fallait pas perdre.

La clé qui devait pendre au crochet.

La clé que j’ai bien cru avoir perdue.

La clé que les locataires m’empruntaient.

La clé qui m’accompagnait jusque l’internat.

La clé de leur maison.

La clé qui ne demandait qu’à s’échapper.

La clé salvatrice de mes nuits d’ivresse.

La clé dont je ne voulais plus entendre parler.

La clé qui n’entre plus dans la serrure.

La clé que je n’ai jamais perdue.

La clé qui ne pend plus.

La clé sans maison.

 

 

07/01/2015

Bad niouze

 

ATTENTION L'AUGMENTATION DES TARIFS POSTAUX FONT QUE -hélas-

LES TARIFS DES ABONNEMENTS ET DU PORT POUR LES EXEMPLAIRES UNIQUES AUGMENTENT A

PARTIR DU 15 JANVIER 2015

 

voir : http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/s-abonner/

 

 

 

08:39 Publié dans S'ABONNER | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2014

NUMÉRO 50



Scan small.jpg


 


J’ai trop lu de poésie. Combien de fois le mot étoile, le mot lumière, le mot liberté ? Combien de fois l’amour, l’automne et la beauté ? Le souffle, la source et la vérité. Ces mots qui tournent dans une ronde folle, passent de bouche en bouche, de feuille en feuille. Combien de fois le feu et la fumée ? Les mots sont vains. Ce qui reste de la poésie quand on se tait, voilà sans doute, une question qui mériterait d’être posée. Que serait le poète sans les mots ? Un cœur palpitant arraché d’une poitrine, un sexe turgescent, une fontaine au creux d’une ravine ? Un soleil plongeant dans l’obscur des océans ? Que serait le poète sans ses mots, le peintre sans sa peinture ? Voilà ce qui m’intéresse aujourd’hui.


Cg, extrait de À la loupe

 

 

 

Évoquée par Basarab Nicolescu dans Nous, la particule et le monde, l'observation faite par le mathématicien français Jacques Hadamard sur la genèse de la création scientifique n'est pas sans évoquer la genèse de la création poétique. "Les mots, dit-il, sont totalement absents de mon esprit quand je pense réellement". Il est soudainement habité par une intuition sans mots. De son côté, Einstein dit ceci : "Les mots et le langage, écrits ou parlés, ne semblent pas jouer le moindre rôle dans le mécanisme de ma pensée". (…) La poésie ne travaille pas dans un champ clos, même si le langage est en lui-même un champ clos indéfini. Que sait-on de l'origine du langage ? Rien. La poésie est d'abord vécue dans une sorte de perception sans forme, silencieuse, mais illuminative. Ce n'est pas un savoir, c'est autre chose, c'est l'intuition donatrice originaire que l'espace de la poésie est infini, sans nom et sans fond, donc bien plus "fondamental" que n'importe quel niveau de réalité. Le paradoxe de la poésie c'est de faire allusion à la transparence de l'infini dans le fini avec-et-contre les mots de la tribu. Le champ de conscience de la poésie, c'est l'infiniment ouvert à l'intérieur de la langue comme un "trou" dans la langue.

Michel Camus

in Transpoétique. La main cachée entre poésie et science

 

alkekange.jpg


AU SOMMAIRE

 

 

Délits de poésie, plein !Colette Daviles-Estinès, Murielle Compère-Demarcy, Perrin Langda, Olivier Ragasol-Barbey, Marc Tison, Joël Jacquet, Ludovic Micheau, Gauthier Nabavian.

 

Résonance : La Patagonie de Perrine Le Querrec

 

Délits d’(in)citations, saupoudrage.

 

Vous trouverez un bulletin de complicité au fond en sortant, très sociable. Il se multiplie très facilement et adore les nouvelles rencontres.

 

 

Illustrateur, l’illustre : Joaquim Hock


Peintre, dessinateur et écrivain wallon est né le Mardi 17 Phalle 101 du calendrier pataphysique (Ste Gallinacée, cocotte) fête suprême quarte. Au-delà de ses illustrations néo-délictueuses, il expose ses œuvres en Pologne, parfois ailleurs, et souvent chez lui. Il est l'auteur du roman L'intrus et du recueil de nouvelles Le grand Borborichon et autres coquecigrues parus aux éditions Durand-Peyroles et, ô miracle, toujours disponibles partout où on les trouve. Il est recommandé de visiter son blog :

 

http://joaquimhock.blogspot.com

 

img107.jpg


 

 

Vous trouverez entre les lignes de ce numéro 2015 vœux blancs à remplir de vos souhaits, rêves, désirs, terreaux, listes de courses, demandes en mariage, en divorce, panneaux publicitaires, prières, cacahuètes, couchers de soleil, cures thermales, antidépresseurs, élans solidaires, lancers de poids, coupons gratuits, musiques et utopies en tout genre, à vous d’en faire bon usage !


 


  

du00E9cote.jpg

 

Il y a sur cette terre des gens qui s'entretuent ; c'est pas gai, je sais.
Il y a aussi des gens qui s'entrevivent. J'irai les rejoindre.



Jacques Prévert

 

 

Nouveaux Délits  - Janvier 2015  -  ISSN : 1761-6530  -  Dépôt légal : à parution  -  Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits Coupable responsable et correctrice pour ce numéro : Cathy Garcia Illustrateur : Joaquim Hock.


img121.jpg

Chacun appelle “idées claires” celles qui sont au même degré
de confusion que les siennes propres.
Marcel Proust


 

 

 

   

Je vous salue névrosés !

 

img126.jpg

 

Parce que vous êtes sensibles dans un monde insensible, n’avez aucune certitude dans un monde pétri de certitudes

Parce que vous ressentez les autres comme si ils étaient vous-mêmes

Parce que vous ressentez l’anxiété du monde et son étroitesse sans fond et sa suffisance

Parce vous refusez de vous laver les mains de toutes les saletés du monde, parce que vous craignez d’être prisonniers des limites du monde

 

Pour votre peur de l’absurdité de l’existence

Pour votre subtilité à ne pas dire aux autres ce que vous voyez en eux

Pour votre difficulté à gérer les choses pratiques et pour votre pragmatisme à gérer l’inconnu, pour votre réalisme transcendantal et votre manque de réalisme au quotidien

Pour votre sens de l’exclusivité et votre peur de perdre vos amis proches, pour votre créativité et votre capacité à vous extasier

Pour votre inadaptation à « ce qui est » et votre capacité d’adaptation à « ce qui devrait être », pour toutes vos capacités inutilisées

Pour la reconnaissance tardive de la vraie valeur de votre grandeur qui ne permettra jamais l’appréciation de la grandeur de ceux qui viendront après vous

Parce que vous êtes humiliés alors que vous veillez à ne pas humilier les autres, parce que votre pouvoir immense est toujours mis à bas par une force brutale; et pour tout ce que vous êtes capable de deviner, tout ce que vous n’exprimez pas, et tout ce qui est infini en vous

Pour la solitude et l’étrangeté de vos vies

Soyez salués !



Kazimierz Dabrowski(1902 - 1980)

psychologue, psychiatre, physicien, écrivain et  poète polonais

 

 


09/12/2014

Soliflore n°28 : Miguel Coelho

 

 

                    cou          arrêté

 corps de tête
 où je me sais
 où je m'écris
  
me tâte et ne me tais
 mais sais que j'existe
 mais sentir sans taire
 

   l'enterré vif

 la peau mise
 par incise
 

   corps de texte

 écrit dans la chair
 le nœud du temps
 bandant autour
 

 

                                   jusqu'au degré zéro de la sexualité

 

 

extrait de Part de tête 

http://www.ram05.fr/spip.php?rubrique115

 

 

 

 

 
 

05/12/2014

REVUE NOUVEAUX DÉLITS, QUÈSACO ?

 

La revue Nouveaux Délits est née dans le Lot en juillet 2003, bimestrielle jusqu’en janvier 2008, elle sort aujourd'hui 3 numéros par an. C'est une revue de poésie vive, ce qui signifie qu’elle publie beaucoup de poésie contemporaine mais pas seulement. Elle publie aussi d’autres genres de textes, y compris des coups de gueule. C'est une revue sans frontière, incisive, subversive, tendre, grave, légère et qui aime passer de main en main. Chaque numéro a des illustrations originales, réalisées par un artiste. Elle offre une belle place aux écritures marginales, non formatées. Y sont publiés des auteurs du monde entier (en version bilingue pour les auteurs non francophones), aussi bien connus que jamais encore publiés et tout le monde y est accueilli de la même chaleureuse façon.

 

Scan.jpg

 

52 pages agrafées, couverture kraft

imprimée sur papier recyclé, cohérence oblige

elle est entièrement conçue et réalisée à la maison

par Cathy Garcia, poète & artiste

installée dans le Lot depuis 2001.

 

6 euros l'exemplaire

+ 1 euro de port

 

Pour s'abonner voir ici :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/s-abonner/

 

Offrir un abonnement à une revue poétique est un cadeau très original et sans aucun doute d'utilité publique.

En cette fin d'année, pensez-y !

 

 

 

 

07/11/2014

Numéro 49, la revue du mois par Jacmo

Novembre, c’est… 100ème revue du mois !

NOUVEAUX DÉLITS n° 49

La revue de poésie vive dirigée par Cathy Garcia touche à son numéro 50. Ce qui est un événement pour toute revue. Une raison de la saluer un rien à l’avance. 52 pages, papier recyclé, une couverture kraft, une présentation sobre… voilà qui en fait un trimestriel régulier et pas cher. Et qui se donne les moyens de durer. Nouveaux délits est repérable en particulier par le fait qu’elle soit truffée de citations en bas de page, qui font comme une respiration parallèle avec les textes principaux, un peu comme quand on lit, mais qu’on a en tête une pensée par ailleurs qui se balade et se combine avec le texte lu. Dans le même ordre d’idée, Cathy Garcia n’hésite pas à emprunter aussi une page complète chez un auteur connu, ainsi Sam Shepard pour l’édito ou Fred Vargas pour la quatrième de couverture. Voire une citation de Francis Blanche pour la dernière page. C’est cette liberté et cette ouverture qui font l’intérêt de cette revue originale. Au sommaire : Thomas Sohler, qui s’occupe des éditions Contre-Ciel, écrit dans la note qui est consacrée à chaque auteur : « J’aime la poésie qui prend aux tripes, celle qui va chercher ce qu’on a de plus profond en nous afin de le mettre face à notre conscience. » Il donne une écriture serrée et fervente. La pluie est dans nos vies / L’insecte dans nos veines // J’ai chaussé la pensée de l’imbécile / Et la mémoire du vieux… Ensuite Patrick Devaux qui présente une poésie lapidaire et verticale ouvrir / à nouveau / les volets / de bois // qui / scient / la lumière Jean-Jacques Dorio qui multiplie les références et les citations : Gaston Puel, Garcia Lorca, Octavio Paz, Borges… un peu comme ce que je disais à propos de la revue, en abyme. Paul Fréval ensuite, qui enregistre et retranscrit, ce qu’il appelle « Postpoèse ». Le deuxième exemple est trop répétitif et assommant, mais le premier, autour du rêve, avec deux angles ou deux versions différentes est très réussi. Puis un « poème pour deux voix et deux mains » signé par Pascale de Trazegnies et Cathy Garcia. Il est indiqué qu’il s’agit « d’une sorte de dialogue hypothétique avec une voix imaginaire. Et que la deuxième voix s’incarne et vient se glisser dans un nouveau jeu de miroir »… Chacune garde sa graphie. Cela donne curieusement un texte vif et nerveux à deux niveaux comme stichomythie au théâtre. Enfin Cyril C. Sarot qui donne des réflexions un peu tout azimut, comme dans un journal. Celle-ci : Il y a des mots que je trouve beaux esthétiquement, pour des questions de pure sonorité. Aruspice, anachorète, coquecigrue, picrocholine, épithalame… Une belle note critique de l’animatrice pour clore, et on peut remplir le « bulletin de complicité » !

25 € / 4 n°. Létou – 46330 St-Cirq-Lapopie.

 

http://www.dechargelarevue.com/revue_du_mois.htm

25/10/2014

Numéro 49 lu par Patrice Maltaverne

Un chouette retour sur le numéro 49 de Patrice Mataverne via son nouveau blog intitulé C'est vous parce que c'est bien, une très belle idée que ce blog essentiellement consacré aux revues de poésie !

à lire et à découvrir ici : http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/2014/10/revue...

 

 

24/10/2014

Soliflore n°27 : Ana Minski

 

obstinément
la tête
battements jugulaire
tendons et nerfs
implosion

sur le visage de métal et de silice
plus de cercles et de chutes
la bouche
échappée des marges

 

Ana Minsky Le ciel renversé, huile sur toile.jpg

Le ciel renversé, huile sur toile



humaine encore
aveuglée, éperdue...
assaillie
dévorée par des ciels sans lune
dans des paysages d'ogre
affamé de nuits
de tempêtes et de déluges

 

http://anaminski.eklablog.com/

 

 

 

 

 

 

21/10/2014

Soliflore n°26 : Christophe Bregaint

 
 S’écoule
De ta main
Un flux
De sable
Rugueux
Il ira
Caresser
Le vent
Ce même
Qui surgit
Pour bousculer
Tes os
Tout au long
De ton errance
 
 
 
 

 

18/10/2014

Résonance 49

  

Ed. Sulliver, septembre 2013

chroniques-du-diable-consolateur-9782351221433_0.gif

 

110 pages, 11 €.

 

  

Les Chroniques du Diable consolateur est un monologue du Bourven, l’auteur, qui s’adresse ici à sa compagne de malfortune : « Je nous vois cernés et haletant dans ce grand lit, Inhès ». Inhès aux adorables petites fesses. Un monologue poétique tout sauf monotone, qui prend sa source dans la chambre et le quotidien d’un couple, artiste, rsa, taf alimentaire, galère… dans Paris, or si la poésie a souvent pour fonction de transfigurer, ici c’est une transfiguration inversée, vers la face obscure. En effet, ce récit se place sous le signe des Ombres et de la lune avorteuse, des nuits insomniaques et des sommeils bavards. Les Chroniques du Diable consolateur sont le livre des terreurs nocturnes mais aussi celui de la fureur, où l’auteur enchaîne des textes-spasmes, oniriques et hallucinés qui parlent de la Réalité-nuit (saturée d’Ombres perverses), entre bad-trip et delirium tremens, pour exorciser une Réalité-jour, bien pire encore. Réalité-jour que l’on me tend et que l’on voudrait m’imposer par la force où même les campagnes sont tristes, jonchées de cadavres de chevaux, de vaches et de vieillards aux dos tout tordus. C’est donc et surtout aussi un livre-colère contre une société et une époque qui ne savent procurer qu’angoisses destructrices et impuissance désespérée et même si l’auteur s’enfonce dans la nuit-foutre-fugue-nuit, cela ne suffit pas pour apaiser la colère et la trouille. Voyage entre deux mondes, « Voyageant d’une douleur à l’autre ! D’une jouissance à l’autre !  Avec au bout du Fleuve Noir, quand la Seine devient Styx, Pluton et Proserpine fornicateurs, faisant cargaison de chair fraîche à bord de leur sombre péniche.

 

Yann Bourven dans la lignée des écrivains-poètes que l’on disait maudits, les visionnaires torturés, les mystiques contrariés, le regard exorbité sur l’invisible sans pour autant échapper à la merditude du réel, nous évoque des Baudelaire, Burroughs « J’étais là, une barre au crâne, comme nu, et les passants ressemblaient à des limaces géantes qui défilaient en rampant et en grognant dans la boue, survolées par des hiboux klaxonnant. » ou Lautréamont, Artaud, qui auraient longuement macéré à la sauce punk. « Non, je ne suis pas un ado attardé, merde !... ».

  

« C’est l’avenir qui nous torture ».

 

Le lit, le couple, le radeau de survie, le couple solaire malgré tout par opposition au couple maudit infernal et dévorateur, mais comment échapper aux cauchemars de la Réalité-jour sinon en se maudissant pour y échapper par la Réalité-nuit. « Caresse-moi et je te dirai comment je vomirai cette société et cette Europe mal famée. Je t’expliquerai ma politique sanglante, tu verras ! »  La Vraie-Vie ou le désert au bout du Fleuve Noir ? Lequel des deux est le pire ? Faut-il écouter Proserpine ?

 

- Cette Vraie-Vie est un leurre ! Si tu restes ici je te prédis une vie bête et sans saveur ! Une vie de routine et d’asservissement, d’ennui et de surconsommation ! Sois mignon, reviens ! Allez ! Au pied ! Tu feras partie de ma légende putréfiée ! »

 

Puisque Vie et Beauté sont tant malmenées dans la Réalité-jour aux écrans de nausée sexuelle, où l’amour balancé sur les trottoirs est dévoré par des chiensqui le chient quelques heures plus tard dans les jardins d’enfants,

 

« C’est la nuit (pilotée par la lune avorteuse) qui nous intéresse ! La nuit qui nous hurle ses poèmes épileptiques ! »

 

Et les amants s’accrochent l’un à l’autre. « Tes caresses sont précises et elles me lisent à tombeau ouvert. La mort, c’est ma peau que tu tends comme un voile dans la nuit. »

 

Ce sont des enfants en « folles virées dans Tragédie City. Enfants dépourvus d’innocence qui partent en vrille ».

 

« Nos noms s’affichent sur les murs de la ville froide. Avis de recherche. Perdus à jamais. Dans des nids de frelons. Dans la Réalité-nuit. On nous oubliera vite, tu sais. On nous oubliera. »

 

Et les amants baisent et baisent encore, le sexe comme flambeau d’amour rédempteur, « Je ne débande plus, regarde-là, elle est dure comme du bois ! Tâte ces veines diurnes qui surgissent une à une gonflées à mort ! De vraies racines qui palpitent ! ». Sexe défonce, antidote au venin de la trouille, au feu dévorant de la rage, mais pas assez puissant puisque « L’homme tourne en rond dans la pièce, marche autour du lit en se grattant le menton, en se claquant les joues et en se grondant la bite. Puis il se jette par la fenêtre. »

 

« Ci-gît l’espoir, ils ont assassiné la poésie-vérité ! me disais-je enfiévré. Ils m’ont eu, mais qui ? Qui tire les ficelles de la résignation ».

 

Portrait sous acide-vitriol et paradoxalement extralucide de notre époque, où « des vigiles métalliques nous expliquent qu’ils lacèreront nos enfants si jamais nous en faisons », ne passez pas à côté de ces Chroniques du Diable consolateur qui sonnent comme une alarme salutaire de poésie-vérité.

 

  

Cathy Garcia

 

 

 

sans-titre.pngYann Bourven est un écrivain français né le 17 octobre 1978 à Rennes. Il a déjà publié Face à la Mer (2001), Mon Héroïne (2003), La Course Éperdue du Gosse Enflammé (2004) et Les Fantômes te détestent (2006), parus aux éditions Diabase. Puis : Le Dérèglement (2009), Maclow, Ville-Fièvre (2011) et Chroniques du Diable consolateur (2013), parus aux éditions Sulliver.

 

05/10/2014

Numéro 49, délit de coquilles récidivistes !

Décidément, un des auteurs publiés dans ce numéro Paul Fréval, a un quasi homonyme : Paul Féval, auteur également, défunt celui-là, qui a semé bien malgré lui la confusion.... et pas qu'une fois, c'est la multiplication des coquilles là ! L'auteur publié dans ce numéro donc est bien Paul Fréval et non pas un hommage à l'écrivain de cape et d'épées qui semble pourtant vouloir faire parler de lui...

Le blog de Paul Fréval est donc bien http://frevalites.blogspot.fr/

Pour me faire pardonner, je vous invite à aller voir les vidéos de Paul FRÉVAL que vous trouverez sur viméo et youtube, comme celle-ci :

 

 

ou celle-là

 

 

 

 

 

29/09/2014

NUMÉRO 49

 

Scan.jpg

Oct. nov. déc. 2014

 

 

En guise d’édito :

 

Le missionnaire européen était assis accroupi avec les Indiens Hurons en grand cercle autour d’un feu de camp. C’était une position à laquelle il n’était pas habitué, et il avait le sentiment qu’elle ne l’aiderait pas à convaincre les Indiens de partager son point de vue. Néanmoins il leur a exposé courageusement l’idée selon laquelle il n’était pas un mais deux. En l’entendant les guerriers ont éclaté de rire et ont commencé à jeter de gros bâtons et de la poussière dans le feu. Un étrange mélange de terreur et de ressentiment a alors envahi le cœur du missionnaire. Lorsque les rires ont cessé, il a poursuivi son exposé. Avec patience, il a expliqué aux sauvages que ce corps fait de chair et de sang qu’ils voyaient assis devant eux n’était qu’une coquille extérieure, et qu’en lui un corps invisible plus petit habitait, qui un jour s’envolerait pour vivre dans les cieux. Les Hurons ont gloussé de plus belle, en se faisant des signes de tête entendus tout en vidant les cendres de leurs pipes en pierre dans le feu crépitant. Le missionnaire avait le sentiment d’être profondément incompris, et était sur le point de se lever pour regagner sa tente, vexé, lorsqu’un vieil homme près de lui l’a arrêté en lui saisissant l’épaule. Il lui a expliqué que tous les guerriers et les chamans présents dans le cercle connaissaient l’existence de ces deux corps et qu’ils avaient également de petits êtres qui vivaient en eux, au cœur de leurs poitrines, et qui s’envolaient eux aussi au moment de la mort. Cette nouvelle a réjoui le missionnaire, et l’a convaincu que les Indiens étaient désormais sur le même chemin spirituel que lui. Avec un zèle renouvelé, il a demandé au vieil homme où, selon son peuple, ces petits êtres intérieurs s’en allaient. Les Hurons ont tous recommencé à rire, et le vieil homme a désigné du doigt la cime d’un énorme cèdre millénaire dont la silhouette se dressait dans la lueur du feu. Il a dit au missionnaire que ces « petits êtres » allaient au sommet de cet arbre puis descendaient dans son tronc et ses branches, où ils vivaient pour l’éternité, et que c’était pour cela qu’il ne pouvait pas l’abattre pour construire sa petite chapelle.

Sam Shepard in Chroniques des jours enfuis

dorio sans art la rue.jpg

 

 

AU SOMMAIRE

 

 

Délit de poésie : Thomas Sohier, Patrick Devaux (Belgique) et Jean-Jacques Dorio

 

Délit de poèse : Paul Fréval

 

Délit de réponse : Pascale de Trazegnies & Cathy Garcia,

Poème  pour  deux  voix  ou  deux  mains

 

Délit de suite dans les idées : Cyril C. Sarot, Ces traces laissées dans le sable

 

Résonances : Chroniques du Diable consolateur de Yann Bourven

 

 

Les Délits d’(in)citations sont aux petits coins.

Vous trouverez le bulletin de complicité. Bien-sûr que vous trouverez le bulletin de complicité !!

 

 

Illustrateur : Jean-Louis Millet

 

Les illustrations ont été réalisées par détournements d’œuvres de van Gogh, Rodin, Schiele, Drakkar, van Malderghem, anonymes préhistorique, celte, hopi, internet, cg & jlmi.

 

 

Et si vous alliez faire un tour au Musée Improbable ?http://jlmi94.hautetfort.com/

 

 

féval réponds1small.jpg

 

 

Mon tragique à moi, c'est la vie quotidienne : la muflerie, la stupidité, le comportement de l'homme moyen, une sorte de méchanceté uniforme et institutionnelle.

 

Francis Blanche

 

Sohier3-4small.jpg

 

 

 

 

Fred Vargas - Nous y voilà, nous y sommes (2007)

Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance.

Nous avons chanté, dansé.

Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout du monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusé.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s’est marré. Franchement on a bien profité.  Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre. Certes.

Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution.  Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie. « On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.  C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.  De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).  Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Évidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.

D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance. Peine perdue. Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, - attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille - récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même.  Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.  Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.  Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.  Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.  Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.  A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie - une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.  A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.  A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

 

 

 

 

Soliflore n°25 : Evelyne Charasse

 

J'ai voulu

 

 

J’ai voulu

 Faire

Un bouquet

De

Papillons

 

Il s’est

Tout

Envolé

 

 

       

http://www.ipagination.com/communaute/profil/charasse-eve...    

 

 

 

 

 

24/09/2014

Soliflore n°24 : Fabrice Farre

  

 Fabrique



 Tu me parles :
 c’est le bruit
 de tes talons sur
 le carrelage. A chaque
 rainure du sol que je
 fixe par le carré de l’habitude
 je dialogue avec
 la nervure du dessin
 issu d’une usine lointaine,
 respire avec le fabriquant
 haletant et reste de faïence jusqu’à
 ce que cède le carreau cuit
 quand tu claques la porte et
 que je te suis des yeux
  à travers les murs.

 

In Le chasseur immobile,

éditions Le Citron Gare, 2014

 

disponible ici : http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/2014/06/le-chasse...

 

 

 

 

16/09/2014

Soliflore n°23 : Nicole Barromé

 

Travelling arrière

 

Parfum fortuit de papier d'Arménie

Les ombres ressuscitent

S'emparent du corps

 

Éclats de voix, paradoxes, comédies

Afin d'influencer la narration

Rendre au perfide vécu

Sa patine

 

La chaumière chaulée de blanc

Brillant sur le ru

Les rideaux à grosses fleurs bleues

Côté orée de la forêt de Crécy

 

Quand les rhubarbes colonisent les fonds

Matent les haies de chèvrefeuilles

 

Le crépitement du feu devant le lit de camp

Où, nues, sous les duvets réunis

Les blessures de l'enfance se referment

Au claquement des bouchons de cidre

 

Le génie d'une vie à dérouler

Scintillante de bocage

De fulgurantes latitudes

 

Nulle ombre si ce n'est la voisine, sorcière

La qualité d'une femme, dit-elle en picard

C'est la propreté des carreaux

 

Chaque barrière franchie met le cœur

Jusqu'à lâcher

Ouvre un champ d'ivresses et succincts griefs

 

L'éducation pendue au porte-manteau

Offrandes toutes entamées

L'entraide au moindre bout d'être

 

Courbes emboîtées hérissant le poil

On grelotte de postillons, de sucs

Les gorges prises par des bonheurs rauques

 

Pénultième empathie

 

Déboussolés par les possibles

Les sens se bousculent

Pour entrer dans les flammes

 

D'une cheminée ancienne

Qui en a déjà assez vu

Pour geindre aux étreintes des bûches

À périr, à jouir

 

Car tout est bandé,

Les hêtres, les charmes, les pierres, les nerfs

La croyance au Chevalier de la longue borne

L'aventure enivrante sous la futaie

Si apparaît un sanglier

 

Les relents de coupe

Champ de bataille ancien et nouveau

Sur lequel s'empilent les fougères

 

Son haleine d'humus et de corydrane

Sur le visage

Au pied du Revenant, un chêne vénérable

Qui irrigue de ses nœuds ignobles et protecteurs

 

Les performances où l'on ne dort plus

De peur de laisser filer le temps

De peur de se perdre

Dans la pesanteur de la vie toc

 

Au lieu du tapis d'anémones

 

 

13/09/2014

Festival de Lectures et Poésie à Maurs (15)

 

                              10347424_1460304100923577_4975254285347148625_n.jpg
 
                               

Festival de Lectures et Poésie à Maurs (15).jpg

Cathy Garcia a le plaisir d'y faire l'auteur

avec bouquins et d'y exposer des gribouglyphes... 

mais aussi la revue et les publications de Nouveaux Délits.

Rendez-vous samedi après-midi au salon ?

 

 

Renseignements :
Les Encantades, Pradeyrols, 15600 Boisset
Contacts : 06 79 61 65 06 (Luc Guérant)
06 29 91 50 57/ 04 71 45 10 75 (Arnaud Péan)
encantades@free.fr

 

 

30/07/2014

Zorah Mignot - Brumes (haiku) - 11 ans

 

Des brumes, il y'en a,

Même l'oiseau ne voit pas 

l'arbre à deux pattes de là.

 

 

 

 

Lisa Agenjo - Guernica - 13 ans

Guernika-Lisa Agenjo 13 ans.jpg