Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2006

HORREUR DE LA GENTILLESSE


La gentillesse est une des premières vertus du commerce, une des règles de base dans la représentation : pour gagner le portefeuille, calmer les cœurs, flatter les enfants et les chiens et tout ce qui passe à portée de main.
La bonté est l’inverse de cette politique-là. On n’y vend rien, on n’y achète rien. On apprend à y nommer ce qui est réel dans cette vie et à résister au nom de cette chose là, réelle. On n’y parle pas de SDF, on y parle des pauvres – et mieux encore : on ne parle pas des pauvres en général, on n’est pas encore dans l’attendrissement sociologiques des catégories, on parle de celui-ci, puis de celui-là, puis de cet autre encore.
Ce qui est « exclu » de nos sociétés, c’est ce qui en est le centre, le meilleur : les rires des enfants, les songes des amants, la patience des misérables, le génie des mères. Parler d’exclus c’est donc se tromper de mot. Quand ce qui est « exclu » est au centre, au cœur, alors il ne faut pas parler d’exclusion, terme bien trop flou pour décrire un cœur qui a cessé de battre. Il ne s’agit pas d’inclure les pauvres dans une société morte. Il s’agit de faire revenir le sang dans le tout de cette société. Il faut un « traitement » non seulement « social » mais politique et spirituel : quelque chose entre résurrection et insurrection.


Christian Bobin

Les commentaires sont fermés.