Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2006

Les Indiens Kogis et l'asso TCHENDUKUA

Les Indiens Kogis et l’association Tchendukua
http://www.tchendukua.com/



medium_Kogis_general.jpgGéographe français, Eric JULIEN est à l'origine de la démarche. Sauvé d'un oedème pulmonaire par les Kogis, alors qu'il découvrait leur territoire, il s'est mis dans la tête de les aider à récupérer leurs terres. Ces terres sans lesquelles, coupés de leurs racines, les Kogis deviennent des êtres flottants, des êtres morts. En 1997, il fonde l'Association Tchendukua - Ici et Ailleurs. En février 1998, une première terre est achetée (50 ha), une seconde en avril 1999 (70 ha) … une troisième en mai 2000 (50 ha) et enfin une quatrième en décembre 2000 (60 ha).
Repliés dans les hautes vallées de la Sierra, pendant plusieurs siècles les Kogis resteront coupés du monde. De la Sierra Nevada de Santa Marta, ceux qui l'ont connue disent qu'elle est étrange, mystérieuse, attachante. Sans doute est-elle un peu tout cela. Sa localisation à seulement 45 km de la mer, sa forme, une pyramide aux parois vertigineuses, la variété de ses climats, font de cette île montagneuse, cernée par la mer et les déserts, un monde à part.
Les Kogis, les Aruacos et les Arsarios, sont les derniers héritiers de l'une des plus brillantes civilisations du continent sud-américain, les Tayronas. Des 500.000 habitants approximativement dénombrés au XVIème siècle, on ne compte plus aujourd'hui que 25.000 représentants. Plus qu'une simple montagne, la Sierra Nevada représente à leurs yeux, le centre du monde, la mère terre qui leur a transmis le code moral et spirituel qui régit leur civilisation. Peuple de sages et de philosophes, ils connaissent une vie spirituelle intense. Privilégiant les choses de l'esprit, très tôt, ils initient certains de leurs enfants aux mystères de leur religion, selon un rite et une éthique particulièrement rigoureuse. L'acquisition de ce savoir n'a qu'un but, s'efforcer d'être en harmonie avec soi-même et avec le monde. Au centre de cet univers, les Mamus- prêtres et philosophes - règlent l'ordre social et spirituel de la communauté. Grands observateurs des phénomènes naturels, assurant les fonctions de juges et de médecins, ils veillent au bien-être de leur communauté et à l'équilibre de l'univers.

medium_mamu_Antonino.jpg
Mamu Antonino

Le problème majeur des Indiens en général, des Kogis en particulier, c'est la terre. Leur vision du monde ne leur permet pas de faire la distinction que nous faisons, nous occidentaux, entre, d'un côté, la terre, sa propriété, son usage, et l'homme, considéré comme ne faisant pas partie du monde naturel. Pour les Kogis, la terre ne peut être réduite à un simple espace géophysique capable de supporter tous les outrages. Pour une raison simple, ils en font partie, ils en sont une composante aussi importante ou insignifiante qu'un arbre, une rivière, un animal ou une montagne. C'est de cette terre qu'ils sont nés, c'est grâce à elle qu'ils vivent et c'est vers elle qu'ils retournent au moment de leur mort. La terre est pour eux, comme une mémoire qui garde inscrite en elle, leur histoire, l'histoire du monde et les clés de leur avenir. En préserver l'équilibre et l'harmonie est une question de survie. Or aujourd'hui, cet équilibre ils ne peuvent plus le maintenir. Sous la pression de tous les paysans sans terre qui escaladent les contreforts de la Sierra, de la guérilla, des narcotrafiquants, les Kogis se trouvent repoussés vers les terres froides du massif où leur survie devient difficile. Face à ces changements, ces ruptures, ces menaces qui pèsent sur leur univers, Aruacos, Kogis, et Arsarios veulent prendre en charge leur destin. Dépositaires d'une sagesse, basée sur le respect, l'équilibre et la responsabilité, ils veulent prendre la parole et être écoutés. Ils voudraient nous enseigner à se soucier du monde, à prendre soin des autres et de l'environnement. Surtout, ils voudraient nous amener à explorer les voies de l'harmonie avec le monde et avec nous-mêmes. 

 medium_Sukua_Kogi.jpg

 Sukua



Pour en savoir plus, chez Albin Michel :
Le chemin des neuf mondes Eric Julien (il existe aussi une vidéo du même nom à voir absolument)
Le réveil d'une civilisation précolombienne Eric Julien avec Gentil Cruz (ce dernier a été assassiné en 2005 par les paramilitaires)

medium_Duanama_culture_ancestrale_Kogis_tayronas.jpg

Pour agir : Tchendukua - Ici et Ailleurs - 11 rue de la Jarry 94300 Vincennes


Les commentaires sont fermés.