Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2016

Soliflore 41 - Olivier Robert

 

2496149222.jpg

 Stallman - paper art

 

 

Abrités sous une pluie qui ne nous mouillera plus

Ou bien que nous ne sentirons plus battre, ni dans le heurt de nos peaux

Ni dans le remous de nos tympans

C’est sans crainte alors que nous jetterons nos pensées en direction du soleil

En cela seulement guidés par sa jaune et chaude attache

Depuis longtemps par cœur apprise au rebours de nos dessins d’enfants

Où sa rondeur complice peu à peu entraîna nos mains à se défaire de leurs trop brusques empoignes

Pour du plus pauvre des mouvements savoir en cueillir le plus fragile des rayons

Soit, celui perçant au centre de la nuée, au bout de tout déluge

Jailli d’entre les cieux, un sourire promis à son heure prochaine

Quand d’instinct nos yeux s’ébahiront, et comme deux temples grecs

Conduiront nos prières jusqu’au rêve de ce dieu qui toujours s’y cache.

 

auxpoemesperdus.wordpress.com

 

 

 

Écrire un commentaire