Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2018

Soliflore 73 - Philippe Martinez

 

 

800px-Pieter_Bruegel_the_Elder-_The_Seven_Deadly_Sins_or_the_Seven_Vices_-_Pride.JPG

Pieter Brueghel dit l'Ancien

 

 

 

deuxième des lyres

 

                                     

                                        j’ai égaré des émotions

                                        que tu trouverais nécessaires

                                        je ne sais plus à quoi ça sert

                                        ce paquet de vaines passions

                             j’ai abandonné même la FIERTÉ

                             je dois dire que j’en ai presque honte

                             au dernier soupir  je ferai le compte

                             être fier de quoi ?   qui peut m’expliquer ?

                                              se sentir content     ça ne suffit pas ? 

                                              la fierté   c’est la médaille inutile

                                              l’expansion du soi  - orgueil imbécile !

                                              manquer de confiance aggrave son cas

                  j’ai plongé dans un lac par un hiver très rude

                  pour sauver ces gens qui coulaient dans leur voiture

                  j’ai pu les ramener     gratifiante aventure

                  -    mais pas question de célébrer mon attitude 

                  j’ai fait ce que j’ai fait   un secours immédiat

                  il faudrait des lauriers      une couronne d’or ?

                  un simple sourire est le plus charmant trésor

                  ce serait largement assez  -  restons-en là !

                                        une histoire de réussite

                                        et la fatuité du vainqueur

                                        arborer de nobles couleurs

                                        jouer le paon     plein de « mérite »

                                        est-ce vraiment ce que l’on veut ?

                                        où avez-vous mis la tendresse ?

                                        nous aider est notre richesse

                                        nous aimer est notre seul vœu

                           certains sont fiers    dit-on    d’être nés quelque part

                           mais ils n’y sont pour rien !     qui pourra le leur dire ?

                           d’autres    de leur projet  -  s’ils ont pu l’accomplir

                           c’est que leur santé leur a offert ce pouvoir

                           ou peut-être la chance  -  on peut les applaudir

                           c’est leur son favori    bravo pour leurs efforts

                                                   ils veulent notre accord

                                                      tout cela fait sourire

                                       être fier de ce que tu as réalisé

                                       c’est d’abord t’occuper des choses du passé

                                       mais pas de celui-ci   -   du passé répété

                                       qui tourne sans arrêt dans son éternité

                                  ça a commencé quand ?   il n’y a pas de date

                                  les faits ont bossué un parcours infini

                                  que tu ne peux que suivre     au soleil    dans la nuit

                                  maintenant ou avant  -  la frontière est étroite

                                             et tu vas te vanter d’une splendeur antique ?

                                             ça semble dérisoire     on n’y comprendrait rien

                                             il faudrait accepter cet incroyable point :

                                             être fier mille fois  pour une chose unique

                                                             ce serait trop

                                                             dédain stupide

                                                             mépris sordide

                                                             qui sonnent faux

                                                        si tu joues ce jeu

                                                        avançant dans l’ombre

                                                        calculant ton nombre

                                                        de gestes glorieux

                                                        tu vas t’aveugler

                                                        sans t’en rendre compte

                                                        et même la honte

                                                        devra te laisser

                      il faut que tu te reconnaisses

                      que tu poses sur la balance

                      l’image de ton excellence

                      ET tes faiblesses  -  tes prouesses

                      les plateaux cherchent l’équilibre

                      aide-les  -  tu en es capable

                      jette tes cartes sur la table

                      il ne tient qu’à toi d’être libre

                                non      je ne suis pas fier    je suis parfois content

                                où donc est mon pouvoir ?    il a dû disparaître

                                je ne le cherche pas    je refuse tout maître

                                respirer calmement me semble suffisant

                                                vivre profondément

                                             toujours prêt à renaître

 

extrait de l'ensemble "Le son des lyres"

 

 

 

 

 

 

Commentaires

C'est chouette .
L'auteur semble savoir de quoi il parle .
L'ensemble est correctement rythmé .
Peut-on acheter le recueil " le son des lyres " ?

Écrit par : lina tonton | 24/12/2018

Les commentaires sont fermés.