Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2021

Soliflore 96 - Romain Richard

spilliaert-6623-l.jpg

Léon Spilliaert, "Arbres, blanc et noir" (1941)

 

 

Il y a trop

  

Il y a trop

Il y a ces arbres monstrueux

Qui m’observent la nuit

De leurs yeux grands ouverts

Qui m’observent de haut

L’air sévère

Et moi qui suis petit

Si petit

Ramassé

Tête au sol

Interdit

Étranger 

Importun

Déplacé

 

Moi tout seul dans le noir

Où les formes enfouies

De l’esprit

Me découpent un monde

Inhumain

Moi de trop comme humain

A l’heure où sont les choses

Où l’être n’est personne

Où gagne la matière

Où je ne suis plus moi

Où rien n’est plus que masse

Insignifiante masse

Au regard impérieux

De ce qui n’a pas d’yeux

Et l’esprit

Quand le noir le libère

De ce qu’il reconnaît

S’abandonne à ses affres

Tenté par l’ombre d’y plonger vers le grand fond

Son propre fond qu’il craint

Son fond qu’il réalise 

A mesure

Qu’il n’ose le trouver

 

Mais aussi

Il y a la lumière

Qui grouille de matière où le regard s’épuise

De ne pouvoir l’épuiser elle

Il y a ses grands yeux si perdus

Qui me jouent me délaissent

Et puis m’aiment

Et son cou frêle au point que paraît lui peser

Une tête elle-même si frêle

Un visage si fin si joliment tourné

Un petit nez troussé

Puis sa bouche au dessin plus parfait

Que celui des grands Maîtres

Une lèvre infinie que pourtant

Un menton délicieux

Ponctue de sa virgule

Mais il y a trop encore

 

Un constant sentiment d’être pauvre

Le savoir humilié

L’esprit insuffisant

Faillant toujours à ses amours

L’harmonie du présent

Déborde tous mes sens

A plus forte raison mon esprit qui l’admire

Perdant de l’impression tout ce qu’il veut en dire

L’harmonie du présent

Excède la caresse

Que lui portent mes mots

Jamais ils ne pourront

L’aborder que de loin

Jamais ils ne sauront

L’embrasser tout entier

 

Alors mes yeux s’épuiseront à voir

Mon nez à respirer

Mon oreille à entendre

Tout mon sens à sentir

Ce que rien ne peut dire.

 

 

 

Écrire un commentaire