Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2008

un peu de couleur

71fc4738d9c1e1cb38551cc394b25f69.jpg

Cathy Garcia

 

L'eau limpide
ni dedans
ni dehors

Chiyo Fukumasuya

 

 

 

02/11/2007

de l'art...

13ddc6589da023da7d85437bd60b91bc.jpg

©Cathy Garcia (recyclage de couverture ratée)
 
 
 
 
Victoire sur la mort, l’œuvre d'art s'identifie à la vie et il n'y a de vie connue qu'individuelle. Singulière. Originale. Solitaire. Entêtée. L’œuvre fait une espèce animale à soi seul, puisque son arbre, phylogénétique, produit des fruits ou des bourgeons individués, livres, musiques, films ou poèmes. Elle vient donc de la disposition unique des neurones et des vaisseaux sanguins. Jamais de la banalité collective. Inverse de la mode, opposée à ce qui se dit, elle résiste par définition aux médias, je veux dire à la moyenne.
Michel Serres
in Le Tiers-Instruit

01/09/2007

Ordre du Mistigri

RÈGLE DE L’ORDRE DU MISTIGRI
 
Article 1.  Le chevalier s’engage à secourir tout animal en détresse, et singulièrement les chats, autant qu’il sera en son pouvoir et en toute occasion qui se présentera, sans jamais oublier que l’être humain participe également de la nature animale.
 
Article 2.  Le chevalier sera adoubé  - il recevra ses armes symboliques (l’Acte) – dès qu’il aura accompli une première action notoire, une prouesse en faveur d’un animal, celle-ci devant être portée à la connaissance du Maître de l’Ordre [1].
 
Article 3.  Le chevalier aura à honneur d’accomplir autant de prouesses qu’il lui en sera donné occasion. Il agira avec largesse, c’est-à-dire sans mesurer son temps, son énergie et sa fortune. Il fera montre de courtoisie, ne s’attribuant point des prouesses qui seraient d’autrui ou imaginaires, et ne faisant valoir que ce qu’il aura accompli lui-même en faveur des animaux, la confiance étant en la parole de chacun.
 
*
*    *
 
La devise de l’Ordre est :   AD MAJOREM MISTIGRI GLORIAM
 
 
L’Ordre a été fondé le 22 juin 2000, à la suite du sauvetage d’une petite chatte prisonnière du jardin intérieur de la BN du quai François Mauriac, prouesse mémorable qui vit la victoire des premiers chevaliers sur l’entêtement et le silence administratifs. La chatte, appelée Feather, coule aujourd’hui des jours heureux aux Pays-Bas.
 
Chaque chevalier est invité à créer sa devise personnelle.
 
 
Le bulletin ENTRE-CHATS, qui paraît de 3 à 4 fois par an, est envoyé aux chevaliers à leur adresse internet, à charge pour eux de l’imprimer, et de le diffuser éventuellement autour d’eux. Tous les textes, articles, poèmes, récits, contes… des chevaliers ou de leurs proches et amis sont reçus avec plaisir à l’adresse internet ci-dessous, et publiés dans ENTRE-CHATS.
                                                                        Le Maître de l’Ordre : Michel HOST
 
 
[1] A la rédaction du bulletin ENTRE-CHATS :  michhost@club-internet.fr

 

02/07/2007

L'enfant nu, d'Esméralda Romanez

L'ENFANT NU
 
Au terrain vague des Tsiganes
Où papillonne l'enfant nu,
Aux marches froides des ghettos,
Aux usines où l'on enchaîne
Hommes et femmes pour la soupe,
Aux fonds des prisons politiques,
A la caserne " troisième âge "
Où l'on exile le vieillard,
A la réserve des indiens
Crevant au cœur d'un peuple " neuf "
Indifférents " civilisés ",
Aux trottoirs noirs des rues des ports,
Aux piloris nauséabonds
Où pourrissent des innocents,
A la braderie de l'amour,
Aux cris des chambres de torture,
Aux vieux bordels de Thaïlande
Où se consument des enfances,
A la merde des bouges noirs,
A la longue désespérance
De la putain de quatorze ans,
Il me faudrait gueuler l'espoir... !
Dans le bleu tendre du matin,
Au terrain vague des Tsiganes
Où papillonne l'enfant nu,
J'entends un orchestre d'oiseaux
... Ecoute ami, entends la vie,
Elle serait belle...
Respecte là !
 
Esméralda Romanez
 
 
« Fille de déporté, je ne peux oublier le regard que mon père posait sur l'humanité.
Il n'était jamais réellement revenu de là-bas. Il a connu les camps Français puis la déportation vers Dachau, Matahausen, Ebensee, Chelmno. Trop de Tsiganes (750.000) ne sont jamais revenus des camps de la mort pour permettre à notre gouvernement de ne pas reconnaître son implication directe dans l'internement  et la déportation de milliers de Tsiganes
»
 
Esméralda Romanez,  46 ans de voyage à l'ancienne (verdine, cheval) avec ses parents et grands-parents puis seule avec ses enfants alors que ses frères et sœurs ont tous choisi les attelages modernes. Caractère bien trempé. Avec ses fils aînés, elle brave les foudres familiales pour apprendre à lire et à écrire. Elle passe un diplôme d'état d'infirmière et pratique son métier en intérim puisque sa vie c'est le voyage.  En 1990, une sclérose en plaque l'oblige à se sédentariser. Elle choisit le petit village des Saintes Maries De la Mer dans les bouches du Rhône. Hélas - ce village n'a de "gipsyland"que sa renommée mondiale. Elle tient bon cinq ans puis choisit de s'établir: SAMUDARIPEN qui veut dire en langue Romani "Génocide Rom", l'autre est un coup de cœur : Le club des Poètes Arlésiens. Son site : http://gensduvoyage.oldiblog.com/


 
« Il n'y a pas de sous race... Personne ne choisit sa naissance mais nous avons le devoir de ne pas vivre à genoux.... »
 
 
 
 
 
 
 

07/05/2007

MANIFESTE "INSURRECTION POÉTIQUE !"


Dire que la poésie demeure une onde de choc, capable de secouer ce siècle désossé, dont les miracles mous ne créent que lassitude.

Entre les poètes académiques et la "poète academy", ne pas choisir : résister ! Prouver qu'il est d'autres voies que la "poésie éprouvette" pour laborantins du mot. Que la poésie constitue notre dernier espace de liberté, de rêve, de réflexion, où palpite encore le cœur de la nécessaire utopie … et sur lequel nul n'ait songé à installer un parcmètre !

Qu'elle est ce flux d'adrénaline qui nous rend démesurément vivants. Qu'elle soit dure ou douce, sucrée ou épicée, elle est à mille lieues de la fade tisane comme du migraineux pensum.

Clamée, scandée, incarnée, elle est la plus sûre arme contre la médiocrité.

 
Oser la subjectivité. Toute poésie ne se vaut pas. Certaines sentent même le faisandé ! Refuser de toutes ses forces les présentations-naphtaline, le culte du "tout se vaut" et les disséqueurs de la rime. La poésie se ressent, se respire. Elle ne s'analyse pas, pas plus que la musique.

Ceux qui la disent invendable sont souvent ceux-là même qui se complaisent dans un élitisme nombriliste et poussiéreux.

Rompre le cercle et rentrer dans l'arène, faire entendre des voix vivantes et vibrantes à ceux et celles qui disent ne pas aimer les poètes d'aujourd'hui sans pouvoir en citer un seul, parce que personne n'a su les leur faire connaître et aimer.

 
Investir les médias, ne reculer devant aucun support pour promouvoir une poésie libre, généreuse, populaire, exigeante ET jouissive. Griots ludiques qui propagent leurs rages et leurs émerveillements et proposent des voyages d'où l'on revient changés;

 

"Insurrection poétique !" est en marche … Rien ne pourra l'arrêter !





Pascal Perrot

05/03/2007

Appel à soutien des clowns sans frontières


«Les yeux ébahis d’une gamine de Gaza, l’éclat de rire d’une grand mère de Sarajevo, les cris de joie des enfants de Kaboul, c’est un peu de goût de vivre retrouvé, la dignité rendue.»
(P.A Grenier, écrivain)

Partout dans le monde, Clowns sans frontières organise des spectacles et des ateliers pour les populations victimes de la guerre et de la misère.

Depuis 13 ans, l’association a offert plus de 1 000 spectacles pour 300 000 enfants et a mis en place des projets de long terme (initiation artistique auprès d’enfants ou d’éducateurs, travail avec des artistes locaux...).

Aujourd’hui, l’équilibre financier de l’association est menacé.
Pour continuer d’agir, nous avons besoin de votre soutien.

Votre soutien est indispensable pour pérenniser 7 projets en 2007 pour plus de
30 000 enfants : en République Démocratique du Congo, en Moldavie, en Afghanistan, en Uruguay, en Birmanie, au Bangladesh et au Soudan.



NOUS COMPTONS SUR VOUS, MAINTENANT.




Pour offrir votre soutien

Clowns sans frontières - 70 bis rue de Romainville, 75019 PARIS
Tel 01 42 01 14 14
Email : clowns@wanadoo.fr
Site : www.clowns-sans-frontieres-france.org

31/12/2006

Utopies de Eduardo Galeano

UTOPIES

(extrait)

 

Nous allons porter les yeux au-delà de l’infamie, pour deviner un autre monde possible.

 

Un autre monde où :

 

* dans les rues, les automobiles seront écrasées par les chiens ;

 

* les gens ne seront pas conduits par l’automobile, ni programmés par l’ordinateur, ni achetés par le supermarché, ni regardés par la télé ;

 

* on introduira dans le code pénal le délit de stupidité, que commettent ceux qui vivent pour posséder ou pour gagner, au lieu de vivre tout simplement pour vivre, comme un oiseau chante sans savoir qu’il chante et comme un enfant joue sans savoir qu’il joue ;

 

* on n’emprisonnera plus les jeunes qui refusent de faire leur service militaire, mais ceux qui veulent le faire ;

 

* les économistes n’appelleront plus niveau de vie le niveau de consommation, et n’appelleront plus qualité de vie la quantité de choses ;

 

* les politiciens ne croiront pas que les pauvres sont enchantés de se nourrir de promesses ;

 

* la solennité cessera de croire qu’elle est une vertu, et personne ne prendra au sérieux l’individu incapable de rire de lui-même ;

 

* la mort et l’argent perdront leurs pouvoirs magiques, et le décès ou la fortune ne feront pas d’une canaille un homme vertueux ;

 

* le monde ne sera plus en guerre contre les pauvres, mais contre la pauvreté, et l’industrie de l’armement n’aura plus d’autre solution que de se déclarer en faillite ;

 

* la nourriture ne sera pas une marchandise, ni la communication un commerce, parce que la nourriture et la communication sont des droits humains ;

 

* nul ne mourra de faim, car nul ne mourra d’indigestion ;

 

* les enfants de la rue ne seront plus traités comme s’ils étaient de l’ordure, car il n’y aura pas d’enfants de la rue ;

 

* les enfants riches ne seront plus traités comme s’ils étaient de l’argent, car il n’y aura pas d’enfants riches ;

 

* l’éducation ne sera pas le privilège de ceux qui peuvent la payer ;

 

* la police ne sera pas la malédiction de ceux qui ne peuvent l’acheter ;

 

* la justice et la liberté, sœurs siamoises condamnées à vivre séparées, seront à nouveau réunies, épaule contre épaule ;

 

* une femme noire sera présidente du Brésil et une autre femme, noire, présidente des Etats-Unis ; une Indienne gouvernera le Guatemala et une autre le Pérou ;

 

* en Argentine, les folles de la place de Mai – las locas de la plaza de Mayo – seront un exemple de santé mentale, car elles refusèrent d’oublier à l’époque de l’amnésie obligatoire ;

 

* les déserts du monde et les déserts de l’âme seront reboisés ;

 

* les désespérés seront espérés et les égarés seront retrouvés, car ce sont eux qui se désespérèrent à force d’espérer et qui s’égarèrent à force de chercher ;

 

* nous serons les compatriotes et les contemporains de tous ceux qui voudront la justice et qui voudront la beauté, quels que soient l’endroit où ils seront nés et l’époque où ils auront vécu, sans accorder aucune importance aux frontières de la géographie ou du temps ;

 

 * la perfection restera l’ennuyeux privilège des dieux, mais, dans ce monde fou et foutu, chaque nuit sera vécue comme si elle était la dernière et chaque jour comme s’il était le premier.

 

Eduardo Galeano in Sens dessus dessous, Ed. Homnisphère

03/11/2006

J'ai honte, de Serge Grah


J’AI HONTE

J’ai trouvé le mot
Oui honte est le mot
Honte occupe ma bouche
mon âme
mon cœur
mon souffle
J’ai honte, honte et honte
De cette bêtise érigée au rang d’esprit éclairé
Ces crues de poubelles mortelles déversées dans notre vie
Cette pollution que l’on respire aujourd’hui le mieux
Oui, chacun a son lot de bêtise
Au voisin bedonnant qui vous la passe
La contagion du temps
Quelle honte !
Oui j’ai terriblement honte
De ces politiciens du ventre qui marchent sur le peuple
Ces hommes qui n’ont appris à caresser que par strangulation
Ces intellectuels qui ne voient que pour leur chapelle
J’ai honte de la brise fétide de leur haleine irrespirable
J’ai honte de cette société si vile
Cette Côte d’Ivoire qu’on ridiculise à tout vent
Et qu’on déchiquette avec délectation
Ce beau pays qui se décompose
Ce pays dont on pille l’avenir
Mon Dieu ! Où allons-nous avec ces bêtises ?
Oui j’ai honte, honte et honte
De cette guerre qui perdure dans la bêtise
Ces combattants qu’on traîne sans âme
Ce chantage-désordre international éhonté
J’ai honte de ces morts sans nom qu’on brandit tel un trophée
Ces morts sans nombre qui hantent nos nuits
De ce sang qui partout coule
Sur l’injustice des morts à venger dans le sang
J’ai honte de cet océan d’infinies misères
J’ai honte et le dégoût me prend à la gorge
J’ai honte de ce temps de trahisons
temps de mensonges
temps de lâchetés
temps de haines
temps d’injustices
temps dégénéré
qui dégénère la vie jusque dans ses racines
Oui j’ai honte de cette lutte imbécile contre les meilleurs
Ah ! Quelle souffrance est donc la mienne !
Comment réprimer cette honte qui me meurtrit ?
Le peuple n’a plus pour pitance que souffrance et douleur
Dans le silence effrayant du matin endeuillé
Mais ce silence se taira-t-il toujours
Quand frappe bruyamment la mort ?
J’ai honte de moi-même
Oui, j’ai honte
honte de tout
Et Dieu m’est témoin

J’ai Honte

Serge Grah, Côte d’Ivoire
serge_grah(chez)yahoo.fr

17/09/2006

Une fleur sous la pluie de Mohamed Ksibet à Joumana Haddad*

Une fleur sous la pluie
à Joumana Haddad*
Par le temps du printemps
Je voulais te dire
Comme Akhmanova
Toi et moi
Deux montagnes qui jamais
Ne se rencontrent
Et entre elles un pont si long
Un pont de mots et de poèmes jamais trahis
Mais voici qu’il pleut
Et voici
Qu’ « il pleut sans cesse sur Beyrouth »
Mais c’est une pluie à Prévert
Pluie de haine
De gravas et de fer
 
Que vois-tu sur la rade
Mon amie ?
Combien de fillettes vois-tu dans cette nuit sombre
Pleurant les conneries des hommes
Et voici qu’il pleut mais
C’est une pluie à Dylan
Pluie drue, sombre
Et de cendre
Pluie qui dresse
La mort de ces nuits d’été
Qu’entends-tu
Mon amie ?
Entends-tu ces cris
Des oiseaux qu’on blesse ?
Entends-tu ce bruit
De l’herbe étouffée ?
Oui mon amie
Dit aux enfants sur la rade
De crier leur colère
De crier
De crier …
Tisse leur une voile
Pour que ce  navire inconnu
Avance dans les eaux
Pourpres de la mer
Pour que la mémoire des hommes
Se réveille
Avant que ces pluies
Ne deviennent
Celles d’Ibuse
Mohamed Ksibet
mgus2000@yahoo.fr
Brest, 31 Juillet 2006
*poète libanaise qui a préféré rester sous le bombardement israélien sur Beyrouth au lieu de partir dans le premier navire mis a sa disposition

 

"Sur le collier de ton chien..." de Pierre Deprosges

Sur le collier du chien que tu laisses au mois d’août
Sur la vulgarité de tes concours de pets
Sur l’étendard nazi et sur le drapeau rouge
Sur la rosette au coin du vieillard officiel
Sur les blousons kaki, sur les képis dorés
Sur le cul blanc des féministes
Sur le mandrin des misogynes
Sur le béret obtus des chauvins aveuglés
Sur la croix des cathos, le croâ des athées
Sur tous les bulletins et sur toutes les urnes
Où les crétins votants vont se faire entuber
Sur l’espoir en la gauche
Sur la gourmette en or de mon coiffeur de droite
Sur la couenne des connes aplaties sur les plages
Sur l’asphalte encombré de cercueils à roulettes
Sur les flancs blanc d’acier des bombes à neutron
Que tu t’offres à prix d’or sur tes impôts forcés
Sur la sébile humiliante et dérisoire
Qu’il faut tendre pourtant à tous les carrefours
Pour aider à freiner l’ardeur des métastases
Sur le mur de la honte et sur les barbelés
Sur les fronts dégarnis des commémorateurs
Pleurant au cimetière qu’ils ont eux-même empli
Sur le petit écran qui bave encore plus blanc
Sur l’encéphalogramme éternellement plat
Des Musclés, des Miss France et des publicitaires
Sur l’étendard vainqueur de la médiocrité
Qui flotte sur les ondes hélas abandonnées
Aux moins méritants des handicapés mentaux
Sur la Bible et sur Mein Kampf
Sur le Coran frénétique
Sur le missel des marxistes
Sur les choux-fleurs en trop balancés aux ordures
Quand les enfants d’Afrique écartelés de faim
Savent que tu t’empiffres à mourir éclaté
Sur le nuage
Sur la lune
Sur le soleil atomique
Sur le cahier d’écolier de mes enfants irradiés
J’écris ton nom
HOMME

Pierre Desproges
in Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis

Baisse du chômage, hantise de la Bourse ?

1er mai, fête du chagrin…

Baisse du chômage, hantise de la Bourse ?

« Nous vivons au sein d'un leurre magistral, d'un monde disparu que des politiques artificielles prétendent perpétuer. Nos concepts du travail et par là du chômage, autour desquels la politique se joue (ou prétend se jouer) n'ont plus de substance : des millions de vies sont ravagées, des destins sont anéantis par cet anachronisme. L'imposture générale continue d'imposer les systèmes d'une société périmée afin que passe inaperçue une nouvelle forme de civilisation qui déjà pointe, où seul un très faible pourcentage de la population terrestre trouvera des fonctions. L'extinction du travail passe pour une simple éclipse alors que, pour la première fois dans l'Histoire, l'ensemble des êtres humains est de moins en moins nécessaire au petit nombre qui façonne l'économie et détient le pouvoir.
[...] De l'exploitation à l'exclusion, de l'exclusion à l'élimination... ? »

« On ne sait s'il est risible ou bien sinistre, lors d'une perpétuelle, indéracinable et croissante pénurie d'emplois, d'imposer à chacun des chômeurs décomptés par millions – et ce, chaque jour ouvrable de chaque semaine, chaque mois, chaque année – la recherche " effective et permanente " de ce travail qu'il n'y a pas. »

« La pente suivie est bien celle-là, néanmoins. Une quantité majeure d'êtres humains n'est déjà plus nécessaire au petit nombre qui, façonnant l'économie, détient le pouvoir. Des êtres humains en foules se retrouvent ainsi, selon les logiques régnantes, sans raison raisonnable de vivre en ce monde où pourtant ils sont advenus à la vie. »

« Un détail presque anecdotique. Alors que tous les politiciens s'égosillent à nous confier leur ardeur à lutter contre le chômage, l'annonce d'une baisse de celui-ci aux Etats-Unis a fait s'effondrer, très récemment, les cours de la Bourse dans le monde entier. On pouvait lire dans Le Monde du 12 mars 1996 : " Le vendredi 8 mars laissera sur les marchés financiers la trace d'une journée noire. La publication des chiffres excellents, mais inattendus sur l'Emploi aux Etats-Unis a été reçue comme une douche froide [...] A Wall Street, l'indice Dow Jones, qui avait battu encore un record mardi, a terminé sur une dégringolade de plus de 3% ; il s'agit de la plus forte baisse en pourcentage depuis le 15 novembre 1991. Les places européennes ont aussi lourdement chuté... Les places financières semblent particulièrement vulnérables à toutes mauvaises nouvelles... »

« Autre détail : les mêmes cours montaient en flèche, il y a quelques années, à l'annonce d'un licenciement monstre par Xerox de dizaines de milliers de travailleurs. »

« Cette baisse de la Bourse dictée par celle du chômage a-t-elle frappé l'opinion ? On ne l'a guère soulignée. [...] N'y avait-il pas là quelque signe, quelque indice ? Eh bien non ! Il n'a pas semblé. Même si la contradiction était radicale avec les lyrismes du discours général, avec les sempiternelles déclarations des politiques, celles aussi des chefs d'entreprise. Même si c'était un aveu des puissances financières reconnaissant là leurs intérêts véritables . »

« Voici donc l'économie privée lâchée comme jamais en toute liberté – cette liberté qu'elle a tant revendiquée et qui se traduit en déréglementations légalisées, en anarchie officielle. Liberté assortie de tous les droits, de toutes les permissivités. Débridée, elle sature de ses logiques une civilisation qui s'achève et dont elle active le naufrage. »

« Reste au grand nombre un dernier rôle à remplir, éminent : celui de consommateurs. Il convient à chacun : n'arrive-t-il pas, même aux plus défavorisés de manger, par exemple, des nouilles aux noms célèbres, plus honorés que leurs propres noms ? Des nouilles cotées en Bourse ? [...] Consommer, notre dernier recours. Notre dernière utilité. »

Extraits de L'horreur économique de Viviane Forrester paru chez Fayard en 1996…



Les Shipibos-Conibos et l'association SHANE

 

medium_lever_de_soleil.jpg

En langue Shipibo, shane désigne un oiseau dont le chant est si mélodieux et distinct de tout autre que la légende prétend que tous les autres oiseaux se taisent pour l'écouter.

A pour objectif de permettre aux populations des communautés indiennes shipibo-conibo de l'Ucayali en Amazonie péruvienne de préserver et valoriser leur patrimoine culturel et spirituel qui fait partie des trésors de l'humanité, d'accéder à une vie matérielle décente et de se maintenir et se développer sur leurs lieux d'existence. Les savoirs ancestraux du peuple Shipibo nous offrent une mine de connaissances originales, acquises au cours des siècles de leur expérience humaine, dans de nombreux domaines. L’identité culturelle de ce peuple est appelée à disparaître car elle est de tradition orale, non écrite d’où l’urgence d’une sauvegarde. C’est toute l’âme d’un peuple qui transparaît à travers ses modes d’expression artistique. Cette richesse de l’humain nous concerne tous et mérite d’être gardée vivante.

 

medium_Shipibos_2.jpg

.

Réalisations depuis 2003 :
· Expéditions dans les communautés indiennes shipibo de l'Ucayali en 2003 et 2004 pour le collectage des chants traditionnels
· Expositions de photos et d'artisanat
· Réalisation du site de l'association
· Animations scolaires à l'école de Villedoux (17) dans le cadre des échanges culturels avec l'école de la forêt de Shambo Porvenir
· Réalisation de deux documentaires vidéo (disponibles sur DVD) sur l'art et la culture des shipibos : "A l'écoute du peuple Shipibo" - "Ucayali, entre terre et eau… le chant"
· Vidéo conférences
· Parrainages, bourses d'études
· Octrois de micro-crédits à quinze familles

 medium_Shipibos.jpg



Projets :
· Recueil de chants traditionnels shipibo (pour les écoles de la forêt)
· Réalisation d'un livre d'art avec photos et textes incluant un CD-Rom
· Réalisation d'un film de docu-fiction sur un mythe shipibo
· Aide à la scolarisation d'orphelins, matériel scolaire (récupération ou financement sur place )
· Octroi de bourses d'études universitaires
· Aide à la mise en place d'infrastructures dans certaines communautés : puits, postes de santé fixes ou mobiles, postes de radiophonie.
· Envoi de formateurs (santé, agriculture, maintenance)
· Création d’un laboratoire shipibo pour le conditionnement des plantes médicinales d’Amazonie pour la phytothérapie, les huiles essentielles… (matériel + formation du personnel)

 

medium_Shipibo_peinture_Arnulfo_Arevalo.jpg

Arnulfo Arevalo

 

Pour se procurer les DVD "A l'écoute du peuple Shipibo" et "Ucayali, entre terre et eau… le chant" et soutenir l’asso :

Association Shane
12 rue Etienne Cabet
17000 La Rochelle
http://www.ethno-botanic.com/Association-Shane/Associatio...

mail: pierre.urban@tiscali.fr Tél.0546 440 895

 

medium_Shipibos_coucher_soleil.jpg




 

ASSOCIATION BANCS PUBLICS


« L’uniformité n’est pas l’unité. Seuls peuvent s’unir ceux qui ne se ressemblent pas »
Rabindranath Tagore, poète indien


Non, les sans-abri ne viennent pas d’une autre planète !

Et c’est bien pour cela que nous avons eu envie, il y a presque 5 ans maintenant, de partager avec eux des moments de complicité en leur facilitant l’accès à la culture qui, à nos yeux, est un magnifique outil pour se réapproprier une place dans la société. Bien sûr, certains en ont oublié l’accès mais ils ne demandent bien souvent qu’à réapprendre.

Partis d’une bibliothèque de rue, nous avons développé une activité d’accompagnement des sans-abri. Nous les accueillons le samedi après-midi pour partager un moment de vie autour d’une animation, qui peut être la découverte d’un pays, d’un jeu autour de l’écriture ou de la lecture, de la musique ou de la cuisine. Nous échangeons des idées, nous jouons et nous rions ensemble ! Comme cela nous fait du bien à tous de rire !

Ceux qui ne viennent pas au centre d’hébergement ne sont pas oubliés pour autant ! Nous passons les voir, régulièrement. Et puis, pour d’autres, c’est une rencontre un jour de la semaine, de préférence, toujours le même et à une certaine heure. Nous tissons du lien.

Et pour que ce lien se resserre chaque jour davantage, nous effectuons des opérations de sensibilisation auprès des jeunes dans les établissements scolaires et avons lancé le projet « De l’un à l’autre – Changer de regard », projet placé sous le signe d'une fraternité renouvelée entre citoyens insérés et personnes exclues. Nous ne prétendons pas changer la société mais permettre à ceux qui ont la chance d’y être insérés et à ceux qui en sont exclus, de se rencontrer. Accompagner une personne sans abri dans ses démarches, dans ses projets, s’investir davantage auprès d’elle, tisser des liens dans le respect absolu de son indépendance et dans la mesure des possibilités de chacun, voilà les objectifs de cette nouvelle démarche des Bancs Publics.

De bavardages légers en confidences consenties, l’objectif serait d’aider la personne à reconstituer doucement son identité, de l’amener lentement à croire qu’un lendemain différent de la veille est possible et d’améliorer son quotidien.


Vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre site www.lesbancspublics.fr, à nous écrire au 28 rue Nungesser et Coli, 75016 Paris ou info@lesbancspublics.fr ou à nous téléphoner : 06 61 37 92 52



Histoire chimique d'une tarte aux cerises de supermarché

(Extrait du livre Le sol, la terre et les champs, de Claude Bourguignon Ed. Sang de la Terre)

I Histoire de la pâte

La farine : Les grains de blé ont été enrobés d'un fongicide avant semis. Pendant sa culture, le blé a reçu de deux à six traitements de pesticides selon les années, un traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afin d'éviter la verse et une dose importante d'engrais : 240 kg d'azote, 100 kg de phosphore et 100 kg de potassium à l'hectare. Dans le silo, après récolte, les grains sont fumigés au tétrachlorure de carbone et au bisulfide de carbone puis arrosés au chlopyriphosmethyl. Pour la mouture, la farine reçoit du chlorure de nitrosyle puis de l'acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de l'amylase.

La poudre levante : Elle est traitée au silicate de calcium et l'amidon est blanchi au permanganate de potassium.

Les corps gras : Ils reçoivent un antioxydant comme l'hydroxytoluêne de butyl et un émulsifiant type lécithine.


II Histoire de la crème

Les œufs : Ils proviennent d'un élevage industriel où les poules sont nourries aux granulés contenant des antioxydants (E300 à E311), des arômes, des émulsifiants comme l'alginate de calcium, des conservateurs comme l'acide formique, des colorants comme la capsanthéine, des agents liants comme le lignosulfate et enfin des appétants pour qu'elles puissent avaler tout ça comme le glutamate de sodium. Elles reçoivent en plus des antibiotiques et en particulier des anticoccidiens. Les oeufs avant séchage reçoivent des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l'acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.

Le lait : Il provient d'un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques : des antibiotiques comme le flavophospholipol (F712) ou le monensin-sodium (F714), des antioxydants comme l'ascorbate de sodium (F301), l'alpha-tocophérol de synthèse (F307), le buthyl-hydrox-toluène (F321) ou l'ethoxyquine (E324), des émulsifiants comme l'alginate de propylène-glycol (F405) ou le polyéthylène glycol F496), des conservateurs comme l'acide acétique, l'acide tartrique (E334), l'acide propionique (F280) et ses dérivés (F281 à E284), des composés azotés chimiques comme l'urée (F801) ou le diurédo-isobutane (F803), des agents liants comme le stéarate de sodium, des colorants comme F131 ou F142 et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout cela comme le glutamate de sodium.

Les huiles : Elles ont été extraites par des solvants comme l'acétone puis raffinées par action de l'acide sulfurique, puis lavage à chaud, neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium et désodorisées à 160 0C avec du chlorure de zinc. Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.

La crème : Une fois obtenue, elle reçoit des arômes et des stabilisants comme l'acide alginique (E400).


III Histoire des cerises

Les cerisiers ont reçu pendant la saison entre dix et quarante traitements de pesticides selon les années.
Les cerises sont décolorées à l'anhydride sulfureux et recolorées de façon uniforme à l'acide carminique ou à l'érythrosine. Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d'aluminium et à la sortie elles reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202).
Elles sont enfin enduites d'un sucre qui provient de betteraves qui, comme les blés, ont reçu leur dose d'engrais et de pesticides. Le sucre extrait par défécation à la chaux et à l'anhydride sulfureux puis décoloré au sulfoxylate de sodium, puis raffiné au norite et à l'alcool isopropylique. Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique.



Peut-être même chez votre pâtissier du coin.... Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter bon appétit !

LE PRINCIPE DE LA GRENOUILLE CHAUFFEE de Olivier Clerc

medium_grenouille.jpg


« Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.
L'eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.
La température continue à monter jusqu 'au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais avoir fait quelque chose pour s'extraire de la marmite.
Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite...
Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte ».


Olivier Clerc, écrivain et philosophe

Si j'étais Dieu... de René Barjavel

« Si je mets dix hommes sur une île déserte, la loi d'attraction va les rassembler en deux groupes, et la loi d'opposition leur inspirer des idées absolument contraires sur la façon d'organiser l'île. Si un groupe pense "nord", l'autre groupe, par réflexe immédiat, pensera "sud". Et ils commenceront à ramasser des cailloux pour se convaincre réciproquement en se les envoyant sur la figure. Si un des deux groupes se montre plus fort et absorbe l'autre, une force d'opposition va naître en lui, grandir et le couper de nouveau en deux ou en plusieurs morceaux. C'est la loi!
Ce n'est pas cela qui fait le malheur des hommes. Ils pourraient entre l'attraction et l'opposition, trouver un équilibre et vivre en paix, comme le soleil et les planètes. Ce qui les rend malheureux, c'est le bonheur. L'idée qu'ils s'en font, et le besoin de l'attraper. Ils s'imaginent qu'ils sont malheureux aujourd'hui, mais qu'ils pourront être heureux demain, s'ils adoptent certaine forme d'organisation. Chaque groupe a une idée d'organisation différente. Non seulement il se l'impose à lui-même, à grande souffrance, mais il cherche à l'imposer à l'autre groupe, qui n'en veut absolument pas, et qui essaie au contraire de lui faire avaler de force sa propre cuisine.
Et chaque individu croit qu'il sera heureux demain, s'il est plus riche, plus considéré, plus aimé, s'il change de partenaire sexuel, de voiture, de cravate ou de soutien-gorge. Chacun, chacune attend de l'avenir des conditions meilleures, qui lui permettront, enfin, d'atteindre le bonheur. Cette conviction, cette attente, ou le combat que l'homme mène pour un bonheur futur, l'empêchent d'être heureux aujourd'hui. Le bonheur de demain n'existe pas. Le bonheur, c'est tout de suite ou jamais. Ce n'est pas organiser, enrichir, dorer, capitonner la vie, mais savoir la goûter à tout instant. C'est la joie de vivre, quelles que soient l'organisation et les circonstances. C'est la joie de boire l'univers par tous ses sens, de goûter, sentir, entendre, le soleil et la pluie, le vent et le sang, l'air dans les poumons, le sein dans la main, l'outil dans le poing, dans l’œil le ciel et la marguerite.
Si tu ne sais pas que tu es vivant, tout cela tourne autour de toi sans que tu y goûtes, la vie te traverse sans que tu retiennes rien des joies ininterrompues qu'elle t'offre.
»


René Barjavel
in Si j'étais Dieu...

Les Indiens Kogis et l'asso TCHENDUKUA

Les Indiens Kogis et l’association Tchendukua
http://www.tchendukua.com/



medium_Kogis_general.jpgGéographe français, Eric JULIEN est à l'origine de la démarche. Sauvé d'un oedème pulmonaire par les Kogis, alors qu'il découvrait leur territoire, il s'est mis dans la tête de les aider à récupérer leurs terres. Ces terres sans lesquelles, coupés de leurs racines, les Kogis deviennent des êtres flottants, des êtres morts. En 1997, il fonde l'Association Tchendukua - Ici et Ailleurs. En février 1998, une première terre est achetée (50 ha), une seconde en avril 1999 (70 ha) … une troisième en mai 2000 (50 ha) et enfin une quatrième en décembre 2000 (60 ha).
Repliés dans les hautes vallées de la Sierra, pendant plusieurs siècles les Kogis resteront coupés du monde. De la Sierra Nevada de Santa Marta, ceux qui l'ont connue disent qu'elle est étrange, mystérieuse, attachante. Sans doute est-elle un peu tout cela. Sa localisation à seulement 45 km de la mer, sa forme, une pyramide aux parois vertigineuses, la variété de ses climats, font de cette île montagneuse, cernée par la mer et les déserts, un monde à part.
Les Kogis, les Aruacos et les Arsarios, sont les derniers héritiers de l'une des plus brillantes civilisations du continent sud-américain, les Tayronas. Des 500.000 habitants approximativement dénombrés au XVIème siècle, on ne compte plus aujourd'hui que 25.000 représentants. Plus qu'une simple montagne, la Sierra Nevada représente à leurs yeux, le centre du monde, la mère terre qui leur a transmis le code moral et spirituel qui régit leur civilisation. Peuple de sages et de philosophes, ils connaissent une vie spirituelle intense. Privilégiant les choses de l'esprit, très tôt, ils initient certains de leurs enfants aux mystères de leur religion, selon un rite et une éthique particulièrement rigoureuse. L'acquisition de ce savoir n'a qu'un but, s'efforcer d'être en harmonie avec soi-même et avec le monde. Au centre de cet univers, les Mamus- prêtres et philosophes - règlent l'ordre social et spirituel de la communauté. Grands observateurs des phénomènes naturels, assurant les fonctions de juges et de médecins, ils veillent au bien-être de leur communauté et à l'équilibre de l'univers.

medium_mamu_Antonino.jpg
Mamu Antonino

Le problème majeur des Indiens en général, des Kogis en particulier, c'est la terre. Leur vision du monde ne leur permet pas de faire la distinction que nous faisons, nous occidentaux, entre, d'un côté, la terre, sa propriété, son usage, et l'homme, considéré comme ne faisant pas partie du monde naturel. Pour les Kogis, la terre ne peut être réduite à un simple espace géophysique capable de supporter tous les outrages. Pour une raison simple, ils en font partie, ils en sont une composante aussi importante ou insignifiante qu'un arbre, une rivière, un animal ou une montagne. C'est de cette terre qu'ils sont nés, c'est grâce à elle qu'ils vivent et c'est vers elle qu'ils retournent au moment de leur mort. La terre est pour eux, comme une mémoire qui garde inscrite en elle, leur histoire, l'histoire du monde et les clés de leur avenir. En préserver l'équilibre et l'harmonie est une question de survie. Or aujourd'hui, cet équilibre ils ne peuvent plus le maintenir. Sous la pression de tous les paysans sans terre qui escaladent les contreforts de la Sierra, de la guérilla, des narcotrafiquants, les Kogis se trouvent repoussés vers les terres froides du massif où leur survie devient difficile. Face à ces changements, ces ruptures, ces menaces qui pèsent sur leur univers, Aruacos, Kogis, et Arsarios veulent prendre en charge leur destin. Dépositaires d'une sagesse, basée sur le respect, l'équilibre et la responsabilité, ils veulent prendre la parole et être écoutés. Ils voudraient nous enseigner à se soucier du monde, à prendre soin des autres et de l'environnement. Surtout, ils voudraient nous amener à explorer les voies de l'harmonie avec le monde et avec nous-mêmes. 

 medium_Sukua_Kogi.jpg

 Sukua



Pour en savoir plus, chez Albin Michel :
Le chemin des neuf mondes Eric Julien (il existe aussi une vidéo du même nom à voir absolument)
Le réveil d'une civilisation précolombienne Eric Julien avec Gentil Cruz (ce dernier a été assassiné en 2005 par les paramilitaires)

medium_Duanama_culture_ancestrale_Kogis_tayronas.jpg

Pour agir : Tchendukua - Ici et Ailleurs - 11 rue de la Jarry 94300 Vincennes


CAMPAGNE NATIONALE POUR LA DECROISSANCE

medium__2003affdecroi.jpg
 Mes chers compatriotes, l’heure est grave, très grave. C’est aujourd’hui l’existence même de la nation qui est en péril. Vous le savez, la croissance économique mène notre monde au suicide écologique. En effet, plus de croissance, c’est inéluctablement plus de pollutions et moins de ressources naturelles. Aujourd'hui, la pollution a atteint un seuil critique pour notre planète. Evidemment, la planète détruite, ce serait la fin de la France ! Il faut donc sauver le monde pour sauver la France. Le niveau moyen de consommation des Français est devenu insupportable pour la Terre et seule la décroissance économique permettra de réduire la pression que nous exerçons sur la nature. Ainsi, fidèle à sa vocation universelle et humaniste, la France, qui a éclairé le monde avec les Lumières, sera de nouveau exemplaire : elle montrera aux pays riches le chemin de la justice en réduisant de manière drastique sa consommation, ceci afin de partager avec les bientôt 7 milliards de Terriens des ressources planétaires qui ne sont pas extensibles. Aussi, je vous engage dès aujourd’hui, solennellement, à réduire, et ceci de la façon la plus radicale qui soit, votre consommation. Chers compatriotes, gageons que nous serons plus épanouis, dans une France et sur une planète qui ne verra plus jamais l’Humain seulement dans sa dimension marchande, c’est-à-dire de consommateur.


Vive la République, Vive la France, vive la Terre et vive la décroissance !
Le Président

"Au camp de Gurs...", témoignage de Matéo Maximoff

« Au camp de Gurs, quand nous voulions aller en Espagne et que les Français nous ont pris et mis dans le camp - c’était en 1936, pendant la guerre d’Espagne à Séville. À l’époque où moi j’y étais, il y avait peut-être vingt mille espagnols. Il y avait bien deux mille juifs. Il y avait des homosexuels. Il y avait une quarantaine de tsiganes dont je me rappelle bien, c’était ma famille. Et dans le camp de Lannemezan qui est un camp entre Tarbes et Toulouse, il y avait quatre cent vingt tsiganes. Il n’y en avait pas d’autres, il n’y avait que des tsiganes. Il y avait en France, pendant la période d’occupation, cent dix camps d’internement, sous le régime de Vichy dont onze, c’est-à-dire 11 pour cent, uniquement pour les tsiganes. Mais le gouvernement actuel français ne veux pas le reconnaître. Une autre chose aussi que je peux vous dire et que je répète, j’ai écrit plusieurs livres sur les camps, dont un où la moitié du livre se passe à Lannemezan; j’ai envoyé un exemplaire au maire de Lannemezan actuel. Il n’a même pas osé me répondre. Alors que le maire de l’époque m’a écrit une lettre que je suis le seul à avoir dans laquelle il reconnaît que j’étais dans les camps. J’ai écrit au camp de Gurs; ils ont écrit un article où il y avait le nombre d’internés dont quarante gitans. J’ai écrit au comité en disant que j’ai été un des quarante, avec ma famille, et ils ne m’ont pas répondu. Par contre, un prêtre de Lourdes m’a envoyé des photos de Gurs sur lesquelles il y avait les pancartes où il figurait le nombre des internés. Et il y avait quarante tsiganes. Vous voyez, ce n’est pas seulement Vichy qui ne veut pas reconnaître, il y a aussi ceux qui sont au pouvoir actuellement. Pourquoi ? On ne nous demande pas, rien. Quand, moi j’ai reçu une somme, j’ai remercié la Suisse de me l’avoir envoyé, parce qu’en Suisse, ce n’est pas l’argent qui compte. Et pour les juifs, d’accord. Il y avait des millions et des millions. Mais pas les tsiganes. Par contre nous avions déclaré que nous n’avions pas d’argent, mais nos femmes avaient beaucoup de bijoux. C’était ça notre fortune. Nous les tsiganes, nous n’avons pas de maisons, nous n’avons pas de terrains, nous avons rien de spécial, mais nous avions des bijoux, beaucoup. Quand on avait un mariage, chaque femme portait des kilos de bijoux sur elle. On avait des bagues, des colliers, des boucles d’oreille. On peut pas savoir le nombre, c’est impossible. Et que les Suisses m’ont envoyé deux mille francs suisses, c’est pas grand chose, mais c’est l’acte qui compte parce que j’ai la lettre dans la poche et je peux vous la montrer. Pour moi c’est plus important que la somme que l’on envoie. Donc que la France fasse un geste. S’ils nous avaient donné seulement ne serait-ce que le franc symbolique, on aurait dit merci à la France. »
Extrait de propos recueillis par Valerian Lallement et Philippe Krebs  le 12 décembre 1998, à Romainville, publiés par la revue Hermaphrodite http://sitehermaphrodite.free.fr
medium_bouquin_Mateo.jpg

Matéo Maximoff, né en 1917 à Barcelone d'un père Rom kaldérash venu de Russie et d'une mère Manouche de France, Matéo Maximoff est incontestablement le plus connu des écrivains tsiganes de langue française. Au cours de ses 82 années d'existence, il a cumulé des fonctions aussi variées que chaudronnier, journaliste, conférencier, conteur, pasteur, photographe...Il vivait en France où ses aïeuls, chaudronniers de Russie, étaient venus vers la fin du siècle écoulé. Il a écrit en rom (dialecte kalderash) et en français. Sa première oeuvre Les Ursitory (Les Parques) fut traduite en 14 langues. Parmi ses autres oeuvres citons: La Septième Fille, Condamnés à survivre, Ce monde qui n'est pas le mien. Il travailla aussi sur la traduction en dialecte kalderash du Nouveau Testament, parue en 1994.

HISTOIRES DE CUL

Par Cathy Garcia 

Eh oui ! On trouve des histoires de cul même dans les dictionnaires, aussi j’espère que vous ne vous êtes pas levés le cul devant, autrement dit que vous êtes de bonne humeur afin de ne pas lire ce qui suit à l'écorche-cul, c’est à dire au regret, en rechignant. L’idéal serait d’y aller de cul et de tête, avec ardeur, sans précaution et sans mesure. De toute façon vous voilà mis à cul, il est trop tard pour…reculer.
Si vous montrez le cul., c’est que vous avez peur et dans ce cas il ne vous reste plus qu’à prendre votre cul à deux mains et courir… Pour vous aider à courir plus vite, je peux aussi vous bonder le cul, une autre façon de dire un bon coup de pied au derrière, mais vous pourriez m’avoir dans le cul si je fais ça… me détester quoi !

Vous êtes toujours là ? C’est que nous sommes d’accord, bon, de là à dire que nous sommes comme cul et chemise … mais enfin, parlons bien, parlons cul.

Les culs terreux sont aux champs et les culs bénis à l’église mais en hiver, à l’église comme aux champs, c’est cul gelé. Si c’est cul nu c’est qu’on n’a rien dans les poches et qu’on est tellement mal vêtu qu’on nous voit le cul de tous côtés, pas comme ces coquettes qui se mettent tout sur leur cul, dépensières au possible, élégance oblige… Et puis elles en font des manières, bouches en cul de poule ! Quant à leurs maris ce sont dit-on des peigne-cul qui de plus, veulent peta plus aut que soun cuou, comme on dit en Provence. Vous m’avez compris…
M’enfin l’argent fait pas le bonheur et paraît que la nuit chez ceux-là, c’est plutôt l'hôtel du cul tourné… C’est pas souvent que les coquettes se retrouvent cul par dessus tête !

Mais revenons à ceux qui sont à cul, les pauvres, le cul sur la paille, qui l’ont dans le cul : tout ça pour dire sans ressource, perdus, vaincus et plein le cul du coup ! Tout ce qui leur reste c’est de faire beau cul, prendre philosophiquement parti de leur malheur, l'accepter...
C’est la vie, il y en a qui gagnent et d’autres qui baisent le cul de la vieille…
Les chanceux, parait qu’ils ont le cul bordé de nouilles quoiqu’en Provence on dit avé lou cuou borda d'anchoio, nouilles ou anchois, au choix ! Et puisqu’on est en Provence, savez-vous ce que c’est que le papier pour écrire au pape ?
Le papier-cul bien-sûr puisque écrire au pape c’est caguer (pisser c’est chanja l'aigo dis óulivo, changer l’eau des olives). C’est à tomber sur le cul !
De vrais poètes ces Provençaux !
Quant à nos amis du Québec, s’ils ont le feu au cul c’est qu’ils sont en colère, et s’ils aiment se pogner le cul, autant dire qu’ils aiment se les rouler, s’évacher* sur le canapé… voire même y cogner des clous**.

Voilà, ça suffit comme ça et celui qui n'est pas content n'a qu'à tourner son cul au vent.
CG


* s’étendre, se reposer ** s’endormir


L’explosion en chaîne de la créativité clandestine doit renverser la perspective du pouvoir

C’est une révolution sans nom, comme tout ce qui ressortit du vécu, préparant dans la clandestinité quotidienne des gestes & des rêves sa cohérence explosive :

Nous ne voulons pas travailler au spectacle de la fin du monde
mais à la fin du monde du spectacle

La question de la culture, c’est à dire en dernière analyse, de l’organisation de la vie, est arrêtée devant la nécessité d’une rupture qualitative inséparable du renversement de la société actuelle. Il faut dès maintenant s’atteler à la révolution permanente des esprits, frapper les imaginations, détourner les attentions des psychoses & de l’art jaune, être en somme des agents provocateurs. Il existe les foyers d’une internationale souterraine, réunis sur la notion de la fin ou de l’absence de l’art, & qui ne vise plus explicitement une production artistique quelconque.

Notre tâche est d’élargir les failles dans le pseudo-monolithe du discours social, en découvrant graduellement des morceaux du vide du spectacle, en étiquetant les formes subtiles du contrôle des esprits, en ouvrant des routes d’évasion, en s’éloignant de la suffocation, de la cristallisation de l’image, en frappant sur des casseroles pour réveiller quelques citoyens de leurs transes médiatiques, en utilisant le média intime. Il convient ici de se référer à la propagande par le fait, qui est un mode d’action non concertée ne visant pas à des bouleversements définitifs, mais pouvant utilement ponctuer les prises de conscience qui se feront jour.
Le caractère immuable de l’art, ou de tout autre chose, n’entre pas dans nos considérations, qui sont sérieuses. L’idée d’éternité est la plus grossière qu’un-e humain-e puisse concevoir à propos de ses actes.

Partout des groupes d’une guérilla qui ne vise d’autre pouvoir que celui que des exaspéré-e-s sans étendard entendent exercer sur leurs propres existences. Un désordre déambulatoire qui apprend à esquiver les pièges du combat frontal & sa moisson de martyrs. Une communauté de l’instant qui se donne un malin plaisir à dire non, à manifester son existence. Un être ensemble qui ne s’inspire que de ses propres expériences, si furtives soient-elles. Un virus de vie qui résiste à l’individualisme désemparé & qui se propage sur la charogne d’un mouvement ouvrier en putrescence depuis qu’il s’est réalisé dans le salariat généralisé & son cortège d’allocations diverses mais toujours insuffisantes.
L’activité de tels groupes finira par remplacer l’art. La créativité gratuite & l’échange de dons provoqueront le dépérissement de l’art en tant que reproductions de marchandises.


NOUS NE CHERCHONS PAS A VOUS CONVAINCRE
MAIS A VOUS PREPARER


Une production du bureau du PUNC, section mexicaine de la subterranean internaçional (http://querencias.free.fr/)

Lettre d’un chef aztèque aux gouvernements européens

Publié dans CARTA A LAS IGLESIAS San Salvador, mai 2000

Eh bien me voici, moi, Guaipuro Cuauhtémoc, descendant des peuples qui, il y a 40 000 ans, peuplaient l'Amérique. Je suis venu à la rencontre de ceux qui l'ont "découverte" il y a 500 ans. Voici donc que nous nous rencontrons tous : nous savons qui nous sommes.
Mon frère douanier européen me réclame un papier écrit avec un visa pour pouvoir découvrir ceux qui m'ont découvert autrefois. Mon frère usurier européen me réclame le paiement d'une dette contractée par Judas - quelqu'un que je n'ai, en vérité, jamais mandaté. Mon frère usurier européen m'explique que toute dette se paie avec des intérêts, quand bien même il faudrait pour cela vendre des êtres humains et des pays entiers sans leur demander leur consentement. Et voilà, moi je les découvre. Moi aussi je peux réclamer mon dû, moi aussi je peux réclamer des intérêts. Les Archives des Indes font état, avec force papiers, force reçus et force signatures, de ce que, entre les seules années 1503 et 1660, sont arrivés à San Lùcar de Barrameda (Espagne), 185 000 kgs d'or et 16 millions de kgs d'argent, en provenance d'Amérique. Pillage ? Cela ne me viendrait pas à l'idée ! Ce serait penser que nos frères chrétiens ne respectent pas leur septième commandement. Spoliation ? Dieu me garde d'aller imaginer que les Européens, à l'image de Caïn, tuent puis dissimulent le sang de leur frère ! Génocide ? Ce serait là accorder du crédit à des calomniateurs comme Bartolomé de Las Casas et tous ceux qui ont qualifié la rencontre de "destruction des Indes" ou à des extrémistes comme le Dr Arturo Pietri, qui affirme que l'essor du capitalisme et de la civilisation européenne actuelle est le fruit de l'inondation en métaux précieux que vous, mes frères européens, avez arrachés des mains de ceux qui, en Amérique, sont aussi mes frères ! Non ! Ces 185 000 kilos d'or et ces 16 millions de kilos d'argent doivent être considérés comme le premier d'entre les divers prêts à l'amiable consentis par l'Amérique en faveur du développement de l'Europe. Penser le contraire reviendrait à établir l'existence de crimes de guerre, ce qui ouvrirait un droit à exiger non seulement le remboursement immédiat, mais même une indemnisation pour dommages et préjudices.
Moi, Guaipuro Cuauhtémoc, je préfère croire en l'hypothèse la moins offensante à l'égard de mes frères européens. Des exportations de capitaux aussi fabuleuses n'ont été rien d'autre que la mise en place d'un plan Marshall-tezuma pour garantir la reconstruction de la barbare Europe ruinée par ses guerres déplorables contre les Musulmans cultivés, défenseurs de l'algèbre, de l'architecture, du bain quotidien et autres apports supérieurs de la civilisation. Voilà pourquoi, passé ce cinquième centenaire du "Prêt", nous sommes en droit de nous poser des questions : nos frères européens ont-ils fait une utilisation rationnelle, responsable ou tout au moins productive des ressources si généreusement avancées par le Fonds indo-américain international ?
Nous sommes au regret de répondre non. Du point de vue stratégique, ils les ont dilapidées en batailles de Lépante, Invincible Armada, IIIè Reich et autres formes d'extermination mutuelle. Du point de vue financier, au terme d'un moratoire de 500 ans, ils se sont montrés tout aussi incapables de régler capital et intérêts que de se passer des rentes monétaires, des matières premières et de l'énergie bon marché en provenance du tiers-monde.
L’affirmation de Milton Friedman, selon laquelle une économie assistée ne pourra jamais fonctionner, vient corroborer ce tableau déplorable et nous oblige à leur réclamer – pour leur propre bien - le paiement du capital et des intérêts, généreusement repoussé de siècle en siècle. Il est bien clair, toutefois, que nous ne nous abaisserons pas à réclamer à nos frères européens les taux - odieux et cruels - de 20 % et jusqu'à 30 %, que nos frères européens font payer aux peuples du tiers- monde. Nous nous limiterons à exiger la restitution des métaux précieux avancés, plus un modique intérêt fixe de 10 % par an, intérêt calculé sur les 300 dernières années. Sur cette base, et en application de la formule européenne de l'intérêt cumulé, nous informons nos découvreurs qu'ils ne nous doivent, au titre d'un premier paiement de leur dette, qu'une quantité de 185 000 kilos d'or et 16 millions de kilos d'argent, chacune d'elle élevée à la puissance 300. C'est-à-dire un nombre qui, s'il fallait l'exprimer, ferait appel à plus de 300 chiffres et dont le poids dépasserait largement celui de la Terre. Comme elles pèsent, ces masses d'or et d'argent ! Que pèseraient-elles si on calculait leur équivalent en sang ? Alléguer que l'Europe, en un demi-millénaire, n'est pas parvenue à générer des richesses suffisantes pour régler ce modique intérêt reviendrait à admettre son échec financier absolu et/ou 1'irrationalité démentielle des pré-supposés du capitalisme.
Il est vrai que nous ne nous soucions pas, nous les Indo-Américains, de telles questions métaphysiques. Mais, ça oui, nous exigeons la signature immédiate d'une lettre d'intention qui impose une discipline aux peuples endettés du Vieux Continent et les oblige à remplir leurs engagements par une privatisation ou une reconversion rapide de l'Europe, afin que cette Europe nous soit livrée tout entière au titre du premier règlement d'une dette historique.
Les pessimistes du Vieux Monde affirment que leur civilisation est en plein banqueroute et que cela les empêche de remplir leurs engagements financiers ou moraux. Si tel était le cas, nous nous contenterions de recevoir en paiement la balle avec laquelle ils ont tué le poète. Mais ce ne sera pas possible : cette balle est le cœur de l'Europe.


(Traduit et publié par DIAL, Diffusion de l’information sur l’Amérique Latine, bimensuel, Lyon)



LA SOCIETE CANCERIGENE (extraits)

(…) En s’interrogeant sur la question de la santé en France, on pourrait tout aussi bien se demander si le devoir d’un citoyen français ne serait pas de souffrir ou de mourir du cancer pour participer à la prospérité économique nationale, à l’essor industriel et aux progrès de la recherche, de sorte qu’on mourrait presque avec autant de gloire et de misère dans les hôpitaux aseptisés que nos ancêtres dans la boue des tranchées. Le cancer deviendra t-il, lui aussi, patriotique ? La question peut choquer, mais elle a sa raison d’être. La France industrielle envoie chaque année sur le front du cancer près de 300 000 soldats, dont la moitié ne revient pas.

(…) C’est ainsi que les produits de synthèse inexistants ou très rares dans la nature gagnent aujourd’hui tous les points du globe avec la course des eaux et le souffle des vents et que tous les hommes, tous les animaux, tous les milieux, terrestre, marin, aérien, tropical, arctique, urbain ou rural, sont contaminés. Le « progrès » auquel on les associe ne connaît pas de sanctuaire. Aucun être vivant n’est hors de leur portée. Transcendant les peuples, les continents, les classes, les âges, les sexes, le cancer, comme le bon sens, est en passe de devenir la chose du monde la mieux partagée.

(…) Les chiffres du cancer sont en constante augmentation et les courbes d’incidence présentent une accélération à partir des années 60, qui atteint 63 % entre 1980 et 2000. Non seulement la croissance du mal est proportionnelle aux taux d’industrialisation, qu’on préfère appeler chez nous un facteur de développement, mais l’OMS, en 1994, a même pu établir une corrélation entre le produit national brut et le nombre des cancéreux, comme si le cancer était le prix à payer pour une vie à la fois plus longue et plus facile.

(…) Vivre dans un monde cancérigène n’est pas une fatalité. Nul besoin d’attendre des recommandations ou des interdictions : cesser dès aujourd’hui d’acheter les aliments suspects et tous les produits inutiles limiteraient déjà le pouvoir de ceux qui les vendent.
Enfin à ne voir que les polluants, on en oublierait l’organisation générale qui autorise, légitime et maintient les toxiques comme l’inévitable rançon du progrès. Toute comptabilité qui tend à évaluer la production sans allusion à la destruction qu’elle implique est mensongère, car les énormes dégâts en termes de santé ou d’environnement sont incalculables. Les 150 000 morts par cancer chaque année sont bien les pertes civiles de notre guerre économique, acceptés par tous mais supportés plus lourdement par quelques uns, au nom d’un confort par ailleurs bien mal réparti. Comment croire encore à une croissance infinie, à un développement sans limite, à une conquête et une expansion de marchés qu’il faudrait bientôt aller chercher sur d’autres planètes ?



Extraits de La société cancérigène – Lutte-t-on vraiment contre le cancer ?

Geneviève Barbier, Armand Farachi Ed. de La Martinière 2004



LA REVOLUTION DES SILENCIEUX

Nous paraissons bien petits face à la puissance gigantesque des multinationales, face aux pouvoirs politiques, économiques et financiers qui dirigent ce monde, face à tous ceux qui font et défont les choses pour leurs propres profits.
Et pourtant... Et pourtant... Nous, petits consommateurs, qui sommes si insignifiants, avons un pouvoir extraordinaire :
· celui d’acheter ou non tel ou tel produit,
· celui de nourrir de notre argent ou non telle ou telle entreprise,
· celui de cautionner ou non tel ou tel entrepreneur.
Nous avons la possibilité de choisir à qui nous donnons notre argent... et de là, à qui nous donnons du pouvoir économique et financier... qui nous pérennisons.
ENSEMBLE, CHACUN DANS SON COIN, SANS TAMBOUR NI TROMPETTE, SANS FOURCHE NI CANON, FAISONS LA REVOLUTION DES SILENCIEUX
1) Si nous voulons une terre saine et dépolluée, donnons notre argent-pouvoir à ceux qui respectent la planète et voient les choses à long terme, dans une dynamique de développement durable, à ceux dont on sait ce qu’ils font, et comment ils le font.
2) Si nous ne voulons plus de drogues, de mafias et d’argent sale, donnons notre argent-pouvoir aux gens, aux entreprises, aux banques et aux institutions financières qui fonctionnent avec des choix éthiques, dans la transparence et le respect reconnus.
3) Si nous ne voulons plus des guerres, cessons d’engrosser de notre argent les gens et les entreprises qui directement ou indirectement travaillent pour l’industrie des armes.
4) etc. etc. Chaque centime compte, chaque euro qui sort du système des pouvoirs sans lendemains, pour nourrir les entreprises, les paysans ou les artisans qui respectent les Hommes et la Nature, est important.
Ensemble, comme les gouttes qui, se réunissant, finissent par faire les rivières et les fleuves, puis les océans, faisons la REVOLUTION DES SILENCIEUX ! !
Devenons des consommateurs conscients et attentifs, informés et informants, et surtout, prêts à perdre du pouvoir d’achat pour cette cause noble et juste ! Le pouvoir d’achat est le piège par lequel nous devenons dépendants des systèmes de pouvoirs pour qui le seul profit à court terme compte... sans autre considération. Servons-nous de l’expérience de ceux qui payent en milliers de morts les conséquences des cascades d’actions, à tous les niveaux, où les seules visions sont les profits uniquement personnels. N’attendons pas pour devenir conscients.


L’HISTOIRE DE DEMITRI AIPIN, éleveur de rennes khanty

L’HISTOIRE DE DEMITRI
(Telle qu’elle a été rapportée à Survival*, 2000)


« Je suis née en 1963, là où se tient aujourd’hui la ville de Pokachi. Quand j’ai eu 11 ans, une compagnie est venue chez nous pour prospecter le pétrole, puis elle a construit la ville. Personne n’est venu nous parler ou nous demander notre avis. De nombreuse machines sont arrivées sur nos terres, des travailleurs aussi. Avant qu’ils ne s’installent, un grand nombre de familles vivaient sur cette terre, et toutes élevaient des rennes. Mais les ouvriers du pétrole ont mangé nos rennes. nous n’avons reçu aucun dédommagement pour nos rennes et notre terre. Ils ont aussi apporté de la vodka pour l’échanger contre du poisson, de la viande ou de la fourrure. Avant cela nous n’avions de la vodka qu’une seule fois par an.

Mon père est mort et nous avons dû partir. D’autres familles nous ont accueillis – les relations entre nous étaient alors bien meilleures – il y avait plus de terre à partager et cette terre était belle. Nous vivions dans des chums (tentes en peau de rennes) et parfois, en hiver, nous vivions dans des maisons de bois qui étaient plus chaudes.

J’ai dû quitter ma famille et ma communauté pour aller dans un pensionnat. Nous devions tous y aller. Sur les 27 élèves de ma classe, seuls 6 ou 7 sont encore en vie aujourd’hui. Au moins deux d’entre eux se sont pendus, et beaucoup d’autres sont morts dans des incidents liés à l’alcool. Aujourd’hui j’ai 37 ans.

Je vis sur une terre qui abonde de pétrole, et pourtant, je n’ai même pas assez d’essence pour mon motoneige. On dit souvent de très belles choses sur la richesse de cette région, mais en réalité les Khanty sont très pauvres. Les compagnies pétrolières ne nous donnent rien, rien de positif. Elles affirment avoir apporté la civilisation aux Khanty, l’énergie etc. Mais si les ouvriers n’étaient pas là, nous pourrions nous passer de toute cette modernité.

C’est difficile de parler au directeur de la compagnie pétrolière dans son bureau, ce doit être plus facile de rencontrer un roi que les employés des compagnies.
»

Demitri Aipin, éleveur de rennes khanty

medium_khanty_Siberie.jpg

Fondée en 1969, Survival International* (45 rue du Faubourg du Temple 75010 PARIS) est une organisation mondiale de soutien aux peuples indigènes. Elle défend leur volonté de décider de leur propre avenir et les aides à garantir leur vie, leur terres et leurs droits fondamentaux..

www.survival-international.org 



HORREUR DE LA GENTILLESSE


La gentillesse est une des premières vertus du commerce, une des règles de base dans la représentation : pour gagner le portefeuille, calmer les cœurs, flatter les enfants et les chiens et tout ce qui passe à portée de main.
La bonté est l’inverse de cette politique-là. On n’y vend rien, on n’y achète rien. On apprend à y nommer ce qui est réel dans cette vie et à résister au nom de cette chose là, réelle. On n’y parle pas de SDF, on y parle des pauvres – et mieux encore : on ne parle pas des pauvres en général, on n’est pas encore dans l’attendrissement sociologiques des catégories, on parle de celui-ci, puis de celui-là, puis de cet autre encore.
Ce qui est « exclu » de nos sociétés, c’est ce qui en est le centre, le meilleur : les rires des enfants, les songes des amants, la patience des misérables, le génie des mères. Parler d’exclus c’est donc se tromper de mot. Quand ce qui est « exclu » est au centre, au cœur, alors il ne faut pas parler d’exclusion, terme bien trop flou pour décrire un cœur qui a cessé de battre. Il ne s’agit pas d’inclure les pauvres dans une société morte. Il s’agit de faire revenir le sang dans le tout de cette société. Il faut un « traitement » non seulement « social » mais politique et spirituel : quelque chose entre résurrection et insurrection.


Christian Bobin

SI LE MONDE ETAIT UN VILLAGE DE 100 PERSONNES

Si on pouvait réduire la population du monde en un village de 100 personnes tout en maintenant les proportions de tous les peuples existants sur la terre, ce village serait ainsi composé :
- 57 asiatiques
- 21 européens
- 14 américains (Nord, Centre et Sud)
- 8 africains
Il y aurait :
- 52 femmes et 48 hommes
- 30 blancs et 70 non blancs
- 30 chrétiens et 70 non chrétiens
- 89 hétérosexuels et 11 homosexuels
- 6 personnes posséderaient 59% de la richesse totale et tous les 6 seraient originaires des USA
- 80 vivraient dans des mauvaises maisons
- 70 seraient analphabètes
- 50 souffriraient de malnutrition
- 1 serait en train de mourir
- 1 serait en train de naître
- 1 posséderait un ordinateur
- 1 (oui, un seulement) aurait un diplôme universitaire
Prenez en considération aussi ceci :
- Si vous vous êtes levé ce matin avec plus de santé que de maladie, vous êtes plus chanceux que le million de personnes qui ne verra pas la semaine prochaine..
- Si vous n'avez jamais été dans le danger d'une bataille, la solitude de l'emprisonnement, l'agonie de la torture, l'étau de la faim, vous êtes mieux que 500 millions de personnes.
- Si vous pouvez aller à l'église sans peur d'être menacé, torturé ou tué, vous avez une meilleure chance que 3 milliards de personnes.
- Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que 75% des habitants de la terre.
- Si vous avez de l'argent à la banque, dans votre portefeuille et de la monnaie dans une petite boite, vous faite partie des 8% les plus privilégiés du monde.
- Si vos parents sont encore vivants et toujours mariés, vous êtes des personnes réellement rares.
- Si vous lisez ce message, vous ne faites pas partie des deux milliards de personnes qui ne savent pas lire.

"Ce que je recommande en définitif, sur le plan du comportement c'est un mélange de résistance..." de Kenneth White

 

medium_kenneth-white.jpg

"Ce que je recommande en définitif, sur le plan du comportement, c'est un mélange de résistance, d'indifférence et de rire. Résistance à la bêtise, au système de crétinisation mis en place par une grande partie des médias. Indifférence à tant de discours qui, au nom du Progrès, de l'Avenir, de l'Humanité invitent à une participation sentimentale et aveugle à des mouvements de foule. Rire (sans en faire une profession) devant le faux sérieux, le prétentieux creux, la guimauve sentimentale. Ensuite, je propose d'entrer dans le champ du grand travail, par la porte d'un questionnement radical et par l'intermédiaire de la littérature mondiale. Pour la première fois dans l'histoire du monde, les ressources de pratiquement toutes les cultures sont là, à notre disposition. A l'individu de chercher, en utilisant les institutions. On pourrait aussi envisager la création de groupes, des groupes d'amis, d'esprits chercheurs, pour la discussion de textes radicaux et séminaux, pour l'échange d'informations, pour veiller sur la biosphère, sur l'éco-région. De tels groupes formeraient comme un archipel de vie à l'intérieur de la masse amorphe (ou régimentée) de notre civilisation. Il faut surtout être sur le qui-vive pour tout signe de métamorphose de cette civilisation. Et puis, le plus souvent possible, l'œil et l'esprit ouverts, emprunter n'importe quel sentier dans le bois, suivre n'importe quel ruisseau jusqu'à la mer"


Kenneth White (poète, écrivain écossais)