Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2009

Erreur dans le numéro 32

 

Pour les abonnés et autres lecteurs de ce numéro, la citation suivante

 

On oubliait surtout

Que le rêve est patience

Et noyaute le temps

 

Attribuée à Zohra el-Manssouri in Psalmodies

Est de Jean Gédéon in Crispations

 

Je vous prie d’excuser cette coquille.

27/04/2009

Emission les Poètes sur Radio Occitania

Chaque nouveau numéro de la revue est présenté par Christian Saint-Paul dans l'émission Les poètes sur Radio Occitania.


Dans l'émission du 22/01/2009 "Saint-Paul signale ensuite la parution du n° 31 de la revue de poésie vive et dérivés « Nouveaux Délits » (...). Un numéro impressionnant par sa diversité et sa puissance d’évocation d’une poésie jamais éthérée et ornementale mais en prise directe avec les forces vives et souterraines de la vie qui se veut accessible à l’Autre. Une fraternité à fleur de peau à chaque page. Il faut remonter aux années soixante, au tout début, pour retrouver ce souffle vital d’une poésie à hauteur d’homme et de femme. Saint-Paul lit un poème de Ludovic Kaspar."

21/04/2009

NUMERO 32

 
NOUVEAUX DELITS
Revue de poésie vive et dérivés
Numéro 32
 

A tous les déracinés.jpg


 

Ton nom small.jpg


Je n’aime
Pas les gens
Mais je vous aime
Mal et pleine d’exigences
Je fais une revue de poésie
Je fais une revue de
Je fais une revue
Je fais une
Je fais
Je
De poésie
Revue de poésie
Une revue de poésie
Nous faisons
Nous
 
Cg

 

Il faut rêver à haute voix, il faut chanter jusqu'à ce que le chant s'enracine, tronc, branches, oiseaux, astres,  chanter jusqu'à ce que le chant engendre et que sourde de la côte du dormeur l'épi rouge de la résurrection,  l'eau de la femme, la source pour boire et se voir et se reconnaître et se reprendre, la source pour se savoir homme, l'eau qui se parle à elle même dans la nuit et nous nomme de notre nom... la vie et la mort ne sont pas des mondes contraires, nous sommes une seule tige avec des fleurs jumelles, il faut désenterrer la parole perdue, rêver vers l'intérieur vers l'extérieur, déchiffrer le tatouage de la nuit et regarder midi dans les yeux, lui arracher son masque, se baigner dans le soleil et manger les fruits de la nuit,  épeler l'écriture de l'étoile et du fleuve, écouter ce que disent le sang et la marée,
la terre et le corps, revenir au point de départ...

Octavio Paz
in "La jarre cassée" dans "Liberté sur Parole"
 
 

AU SOMMAIRE
 
 
Délit du pied dans la porte : Renaud Marhic (Finistère), L’enfer un pied dans la porte.
 
Délit de poésie : Manuel Galaret (Lot), Frédéric Ohlen (Nouvelle- Calédonie)
 
Délit de racolage : Cathy Garcia (Lot), un nouveau recueil, Mystica perdita
 
Délit dedans les murs : Nathalie Riera, La parole derrière les verrous.


Délits d’(in)citations, boutures à disséminer.

Vous trouverez, c’est lassant,  le bulletin de complicité au fond en sortant.
 
 
Illustratrice de ce numéro* :
Cathy Garcia

MOTHERGODDESS 2.jpg


http://ledecompresseuratelierpictopoetiquedecathygarcia.h...



(*sauf pour les illustrations présentées avec Mystica Perdita : JL Millet)

 

 

Les charniers de Guillevic

Passez entre les fleurs et regardez :
Au bout du pré c’est le charnier.
 
Pas plus de cent, mais bien en tas,
Ventre d’insecte un peu géant
Avec des pieds à travers tout.
 
Le sexe est dit par les souliers,
Les regards ont coulé sans doute.
 
— Eux aussi
Préféraient des fleurs.


(…)
           
On va, autant qu’on peut,
Les séparer,
 
Mettre chacun d’eux
Dans un trou à lui,
 
Parce qu’ensemble
Ils font trop de silence contre le bruit.
 
(…)

Lequel de nous voudrait
Se coucher parmi eux
 
Une heure, une heure ou deux,
Simplement pour l’hommage.
 
(…)
           

Ici
Ne repose pas,
 
Ici ou là, jamais
Ne reposera
 
Ce qui reste,
Ce qui restera
De ces corps-là.
 
 
Eugène Guillevic
in Les charniers