Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2006

Le Merle

Je suis un abonné et j'ai une question :


« Pour ceux qui ne souhaitent pas s'exprimer, ou qui pensent quitter le groupe, n'oubliez pas, le Comité du Bureau de Libre Dissuasion a toutes vos adresses. »


Cathy, signifie-t-il que vous viendrez à Vancouver et me rechercherez ? Si oui, alors j'ai arrêté ! Si c'est le prix que je dois payer pour vous rencontrer en personne, je l'accepte avec la joie ! Venez et le jeu avec moi dans la neige canadienne !

Bonsoir,

Jay Black, A.K.A. Le Merle

medium_Jay_05.jpg

14/11/2006

Mima

abonnés

publiés
je ne vous 
connais pas
espérant vous
découvrir
famille?
Cathy
un simple regard
un mouvement
du coeur vers
tes écrits
tes élans  
tes révoltes
m'a suffi
pour me retrouver 
abonnée
à ta revue  
par quelle sortilège 
m'as tu ainsi ensorcelée?
potion magique?
Non toi
audace 
vérité
tendresse 
franc parler
juste distance
tutoiement
projets insensés
passion contagieuse
ambition démesurée:
                       construire des ponts
                       faire vibrer les couleurs
                       danser les mots
                       chanter le monde
avec pas un sou
pas de barrières
juste l'infini du ciel
Merci
                   Mima

03/11/2006

J'ai honte, de Serge Grah


J’AI HONTE

J’ai trouvé le mot
Oui honte est le mot
Honte occupe ma bouche
mon âme
mon cœur
mon souffle
J’ai honte, honte et honte
De cette bêtise érigée au rang d’esprit éclairé
Ces crues de poubelles mortelles déversées dans notre vie
Cette pollution que l’on respire aujourd’hui le mieux
Oui, chacun a son lot de bêtise
Au voisin bedonnant qui vous la passe
La contagion du temps
Quelle honte !
Oui j’ai terriblement honte
De ces politiciens du ventre qui marchent sur le peuple
Ces hommes qui n’ont appris à caresser que par strangulation
Ces intellectuels qui ne voient que pour leur chapelle
J’ai honte de la brise fétide de leur haleine irrespirable
J’ai honte de cette société si vile
Cette Côte d’Ivoire qu’on ridiculise à tout vent
Et qu’on déchiquette avec délectation
Ce beau pays qui se décompose
Ce pays dont on pille l’avenir
Mon Dieu ! Où allons-nous avec ces bêtises ?
Oui j’ai honte, honte et honte
De cette guerre qui perdure dans la bêtise
Ces combattants qu’on traîne sans âme
Ce chantage-désordre international éhonté
J’ai honte de ces morts sans nom qu’on brandit tel un trophée
Ces morts sans nombre qui hantent nos nuits
De ce sang qui partout coule
Sur l’injustice des morts à venger dans le sang
J’ai honte de cet océan d’infinies misères
J’ai honte et le dégoût me prend à la gorge
J’ai honte de ce temps de trahisons
temps de mensonges
temps de lâchetés
temps de haines
temps d’injustices
temps dégénéré
qui dégénère la vie jusque dans ses racines
Oui j’ai honte de cette lutte imbécile contre les meilleurs
Ah ! Quelle souffrance est donc la mienne !
Comment réprimer cette honte qui me meurtrit ?
Le peuple n’a plus pour pitance que souffrance et douleur
Dans le silence effrayant du matin endeuillé
Mais ce silence se taira-t-il toujours
Quand frappe bruyamment la mort ?
J’ai honte de moi-même
Oui, j’ai honte
honte de tout
Et Dieu m’est témoin

J’ai Honte

Serge Grah, Côte d’Ivoire
serge_grah(chez)yahoo.fr

NUMERO 20

Novembre 2006
L’édito n’est pas une réponse.
Juste une question :
comment sortir de l’impasse autrement que broyés menus en petites barquettes ?
Nous les sinistrés du sens, téléphones portables dotés de roues parfois motrices, un caddie à la place du ventre et des doigts extra-plats à débit différé.
Nous, la chair à statistiques,  fournisseurs crétinisés d’audimat, ressources humanoïdes à profils bas pour des profits toujours plus gros, travailleurs qui ne savent plus pourquoi, chômeurs qui savent…
L’édito n’est pas une réponse.
Juste une question :
accepterons-nous enfin cette aide humanitaire que nous offre depuis des siècles quelques peuples pas encore tout à fait disparus ?
Peuples gardiens de savoirs immémoriaux  grâce auxquels nous pourrions peut-être sauver ce qu’il reste de nous-mêmes. La petite part encore humaine.
 
 

Les jours sont nombreux
mais ils sont contrariés par un seul.
Proverbe vakaranga, Zimbabwe
medium_scorpion.jpg

 
AU SOMMAIRE
 
Mes complices du Délit de poésie : Philémon Le Guyader (sur la route) avec des fragments de Novembre à Prague et Cafés de la pleine lune, Roland Nadaus (Yvelines), Jay Black (Canada) et Serge Grah (Côte d’Ivoire) en quatrième de couverture.
 
Délit de vanité : Ludovic Kaspar (Yvelines) sous toutes ses dé-coutures
 
Vous pouvez encore abuser sans modération du Délit d’(in)citations et du Bulletin de complicité, les effets secondaires n’en seront toujours que meilleurs,  vous aimez les girafes ?
 
medium_girafe_1.jpg

Joaquim Hock
joaquimhock@brutele.be
Grand Illustrateur Attitré de Nouveaux Délits
medium_girafe_terre.jpg
La forme la plus élevée de la vie animale est la girafe.
Jean-Charles
In paroles d'élèves La Foire aux cancres

Nouveaux Délits est encore ouvert à tous courants d’air, d’idées, envies, propositions.  Jusqu’aux prochaines présidentielles… alors profitez-en.

16:25 Publié dans ÉDITOS & SOMMAIRES | Lien permanent