Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LA REVUE NOUVEAUX DÉLITS - Page 7

  • Il ne se passe rien mais je ne m’ennuie pas d’Heptanes Fraxion

     

     

    postface de Grégoire Damon

    Ed. Cormor en nuptial, 2018

     

    39846654_448630258994216_5674982855625670656_n.jpg

    110 pages, 16 €.


    Il en a fallu du temps pour qu’enfin ce livre naisse, ce livre qui ne pouvait pas ne pas naître, quoique… Dans un monde à l’envers, quoi de plus normal, finalement, qu’un poète ne trouve pas d’éditeur — poète au sens le plus sincère et authentique du mot ? Un poète qui ne fait pas de concessions pour arrondir les arêtes, lisser les recoins, cacher les taches et la bouteille mais qui colle depuis des années des post-it de poésie partout où il passe. Une bave poétique qui fait scintiller les murs, les vitrines menteuses, les poteaux, les portes closes, les poubelles, les panneaux tristes. Heptanes Fraxion, nous sommes pourtant nombreux à le connaître, lui qui balance sur le net ses textes à qui veut et dont quelques revues de poésie pas trop connes ont su se faire l’écho. Mais les éditeurs ?!

    Ce livre devenait une nécessité et le voilà enfin ! Première publication d’une toute jeune édition belge lancée par Gaël Pietquin et il est beau ! Un bel objet à la hauteur de ce qu’il accueille : de purs morceaux de poésie pêchés à même le caniveau de la vie, de la poésie compulsive, boire, écrire, pisser, pleurer, jouir, échapper encore et toujours à ce qui nous broie, nous concasse en cube. Et sous ses airs de poésie qui n’en serait pas, non seulement elle vous saute à la gueule et vous saisit le cœur comme s’il était un steak, mais elle vous envoie un shoot de sagesse, de celle de ces moines qui se font passer pour des fous, des clochards, dotés de tous les vices. La vraie sagesse, celle qui ne s’affiche pas comme telle.

    Le titre se suffit à lui-même: Il ne se passe rien mais je ne m’ennuie pas.

    Difficile cependant de tirer des citations de ce recueil, il faudrait tout citer ou rien, donc vous n’y couperez pas, il faut le lire et puis vu le temps qu’il a fallu pour qu’enfin il existe, à vous de le mériter un peu, de faire ce petit effort de rien du tout : être curieux des autres.

    Cela dit, s’il fallait définir l’auteur en une seule de ses propres phrases, ce serait celle-ci et elle nous définit tous, qui que nous soyons, quoi que nous en pensions : « le système est une erreur qui me transforme en anomalie ».

    Après ce sont juste de petites mais essentielles différences de conscience :

    historiquement personne ne sait grand-chose
    alors autant rester disponible au merveilleux


    Certains seront tentés de chercher des filiations à l’auteur, mais Heptanes Fraxion c’est du Heptanes Fraxion et vous ne le rentrerez dans aucune case, aucune famille, aucun style. Chez lui la poésie coule toute seule, même quand il pisse, se mouche ou éjacule et ça ne plaira pas à tout le monde et heureusement. C’est juste dommage pour ceux qui passeront à côté, ils rateront la chance d’avoir un petit post-it sur le cœur qui fera briller leurs yeux quelques secondes, le temps de VOIR, voir avec des yeux de voyant qui éclairent le monde et projettent leur propre lumière pour et sur les autres.

    Ces autres qui sont très importants dans la poésie d’Heptanes Fraxion, omniprésents ces autres, qui l’emmerdent, qu’il emmerde « mais avec une putain de tendresse ». Et oui c’est un tendre le poète, sa chair est tendre, son cœur est tendre, normal, comme tous les écorchés vifs, alors il faut bien un peu de poésie dure pour faire la carapace, mais c’est une bonne dope la poésie !

    douceur qui transperce
    douleur qui transporte
    livres qui consolent

    Celui-ci vous consolera soyez-en sûrs, ce sera un bon ami, de ces flacons de secours que l’on garde pas loin, pour pouvoir boire une gorgée ou deux dans les mauvaises descentes, les crashs sentimentaux, les coups de crasse, les coups de froid, les licenciements, les burn-out, le goudron des jours et tenir bon. Notez bien cette phrase, elle un a sens littéral : tenir bon.

    Et de la moindre goutte de lumière sur une joue, du moindre brin d’herbe, du moindre trou dans le grillage, savoir profiter.

    Il ne se passe rien mais je ne m’ennuie pas
    Le soleil va vers le vide
    Je suis bien là


    Cathy Garcia

     


    IMG_20180306_215234.jpg« Poète obscur rasta chauve chien de métal parasite pédé Heptanes Fraxion fils d’une prostituée et d’un ecclésiastique vit à Toulouse où il ne s’occupe ni de ses enfants ni de ses deux chiens ».

    Son blog : http://heptanesfraxion.blogspot.com/
    Ses albums avec le musicien Jim Floyd : https://soundcloud.com/jim_floyd/albums

    La Maison (à compte d'éditeur) Cormor en nuptial, anagramme de « L'amen-corruption », publie essentiellement de la prose poétique, percutante, originale et sans tabou. Les auteurs qui la représentent sont des individus viandés, couillus-décousus, des crapauds, des crocs, des persécutés. Contact pour commander : cormorennuptial@gmail.com

     

     

     

     

     

     

     

  • Soliflore 74 - Adrien Braganti

     

     

     andrew_wyeth_winter_carnival.jpg

    © Andrew Wieth

     

     

     

    Chambre avec vue

     

    Les marmots se défoulaient près des chaudières

    Et se roulaient dans les poussières du dernier cercle.

    Leur dos déjà voûté supportait leurs ascendants

    Dont un pied s'engouffrait en enfer,

    L'embonpoint aidant.

    La poésie respirait dans le souffle

    Des quelques épouvantails encore debout

    Et l'hiver esquissait des mots étranges

    Dans les couches des premières neiges.

    La beauté du songe et l'amour pour l'amour

    Surplombaient l'arrière boutique de nos carrières.

     

     

     

    Extrait de son premier recueil, Le Ventre de l'hiver, Editions Prem'Edit, à paraître en 2019

      D'autres textes disponibles sur la revue en ligne Le Capital des mots

    http://www.le-capital-des-mots.fr/2018/05/le-capital-des-mots.html

     

     

     

     

     

     

     

  • Numéro 62

     

     

    couv 1 small.jpg

    Janvier 2019

     

    À nous toutes et tous, convives parmi d’autres formes de vie dont aucune n’est quantité négligeable, de cette toute petite planète de plus en plus abimée et qui ne pas tarder à nous envoyer bouler, à nous toutes et tous, humains, bons vivants, survivants, gavés, affamés, élus, exclus, exploitants, exploités, avec ou sans terre, avec ou sans papier, avec ou sans droit, maltraitants, maltraités et toute la palette de plus en plus mince des entre-deux, je nous souhaite, à toutes et tous, une surprenante année d’évolution, aussi improbable que magnifique, une année où les consciences se mettront à briller tellement fort que nul ne pourra les ignorer, aussi perché, aussi borné soit-il ! Une année 2019, avec du vrai neuf qui ne soit pas pure pacotille. Que l’ouverture de l’esprit — laquelle n’est pas, nous rappelait ce cher Desproges, une fracture du crâne — et celle du cœur deviennent pandémiques. Souhaitons-nous un truc dingue, incroyable, une fulgurance empathique, un éclair de lucidité universelle qui foudroie d’un coup l’arrogance et la cupidité, le mensonge, les peurs et vieilles rengaines encrassées, un truc qui déculotte d’un coup tous ceux qui confondent pouvoir et intelligence et leur remette l’humilité en place. Un virus de sagesse et de générosité que rien ne puisse arrêter afin que le principe d’équité devienne partout et en tout, une évidence, car voyez-vous « le monde est nous tous, ou rien ».

     


    Haïssez celui qui n’est pas de votre race.
    Haïssez celui qui n’a pas votre foi.
    Haïssez celui qui n’est pas de votre rang social.
    Haïssez, haïssez, vous serez haï.
    De la haine, on passera à la croisade,
    Vous tuerez ou vous serez tué.
    Quoi qu’il en soit,
    vous serez les victimes de votre haine.
    La loi est ainsi :
    Vous ne pouvez être heureux seul.
    Si l’autre n’est pas heureux,
    vous ne le serez pas non plus,
    Si l’autre n’a pas d’avenir,
    vous n’en aurez pas non plus,
    Si l’autre vit d’amertume,
    vous en vivrez aussi,
    Si l’autre est sans amour,
    vous le serez aussi.
    Le monde est nous tous, ou rien.
    L’abri de votre égoïsme est sans effet dans l’éternité.
    Si l’autre n’existe pas, vous n’existez pas non plus.

    Louis Calaferte

     

     

    Homme couché II.jpg

     

    AU SOMMAIRE

     

     

    Délit de poésie : Florentine Rey, Guénane, Patrick Boutin, Guillaume Simon

     

    Délit d’évasion : extrait de La Rumeur Sourde du Récif de Xavier Combres, récit d’un séjour aux Iles Loyauté, Nouvelle-Calédonie

     

    Délit de poésie brésilienne : Nilton Resende, Regina Alonso, Tereza Du'Zai  et Itamar Vieira Junior, traduits par Stéphane Chao

     

    Résonances : Il ne se passe rien mais je ne m’ennuie pas d’Heptanes Fraxion & Je danse encore après minuit de Florentine Rey.

     

    Délits d’(in)citations en flocons au coin des pages mènent au bulletin de complicité à la patience légendaire, qui sifflote au fond en sortant.

     

     

    CHAIZ 7.jpg

    Illustrateur : Michel Vautier

    http://www.michelvautier.fr

     

    « MV, on retrouve ce signe cryptogrammé parfois dans quelques recoins des peintures de Michel Vautier, comme un souvenir de lui-même, tant il aime s’effacer …/… Certains utilisent la photographie pour peindre (ils sont nombreux), d’autres (beaucoup moins nombreux) utilisent la peinture pour photographier, et c’est bien là me semble-t-il que la tournure du travail de MV prend tout son sens. Comme si MV utilisait la peinture en toile de fond pour faire de la photographie (ou l’inverse)… MV décline avec énormément d’enthousiasme et de clarté tous ces composants qui font de la photographie non plus un modèle mais une substance, une matière à part entière. »  j.f. Yorobietchik, septembre 2018.

     

     

     

    big_PAYS_20G_270.jpg

    J'ai vu que ce n'était pas l'homme qui était impuissant dans sa lutte contre le mal, j'ai vu que c'était le mal qui était impuissant dans sa lutte contre l'homme. Le secret de l'immortalité de la bonté est dans son impuissance. Elle est invincible.

    Vassili Grossman

     

     

    GDE PIERRE 1.jpg

     

    Jeûnez de la méchanceté !

     

     Empédocle (485-440 av. J.-C. environ)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Il devrait y avoir encore une heure avant l’aube

      

    Ce premier livre édité par BUzo, l’association qui porte la Nuit de la Poésie de Crest, est un ouvrage collectif, un livre de solidarité vendu au profit du collectif allexois de solidarité avec les réfugié.e.s.

     

     

    il devrait y avoir une heure.jpg

     

    Parution 8 janvier 2019

    56 pages
    15 € (+ 2,10 de port)

     

    Préface d’Emily Loizeau

     

    Textes de : Cathy Garcia, Grégoire Damon, Colette Daviles-Estinès, Abdellatif Laâbi, Julie Rossello-Rochet, Alissa Thor, Chloé Landriot, David Myriam, Claire Rengade, Marlène Tissot, Stéphanie Quérité, Samuel Gallet, Claire Audhuy, Julio Serrano Echeverría, Rafael Cuevas Molina, Rodrigo Arenas Carter, Alberto Blanco, Laurence Loutre-Barbier, Serge Pey, Snayder Pierre Louis, Baptiste Cogitore, Laura Tirandaz.

     

    Traductions : Laurent Bouisset / Illustrations : Julien Sibert, Simon Fuste et Noémie Ségala / Graphisme : Noémie Ségala / Ouvrage collectif rassemblé par Samaël Steiner

     

    À commander à BUzo  9 rue Gustave André, 26400 CREST

      

    https://www.nuitdelapoesie-crest.fr/edition/

     

     

     

     

  • Soliflore 73 - Philippe Martinez

     

     

    800px-Pieter_Bruegel_the_Elder-_The_Seven_Deadly_Sins_or_the_Seven_Vices_-_Pride.JPG

    Pieter Brueghel dit l'Ancien

     

     

     

    deuxième des lyres

     

                                         

                                            j’ai égaré des émotions

                                            que tu trouverais nécessaires

                                            je ne sais plus à quoi ça sert

                                            ce paquet de vaines passions

                                 j’ai abandonné même la FIERTÉ

                                 je dois dire que j’en ai presque honte

                                 au dernier soupir  je ferai le compte

                                 être fier de quoi ?   qui peut m’expliquer ?

                                                  se sentir content     ça ne suffit pas ? 

                                                  la fierté   c’est la médaille inutile

                                                  l’expansion du soi  - orgueil imbécile !

                                                  manquer de confiance aggrave son cas

                      j’ai plongé dans un lac par un hiver très rude

                      pour sauver ces gens qui coulaient dans leur voiture

                      j’ai pu les ramener     gratifiante aventure

                      -    mais pas question de célébrer mon attitude 

                      j’ai fait ce que j’ai fait   un secours immédiat

                      il faudrait des lauriers      une couronne d’or ?

                      un simple sourire est le plus charmant trésor

                      ce serait largement assez  -  restons-en là !

                                            une histoire de réussite

                                            et la fatuité du vainqueur

                                            arborer de nobles couleurs

                                            jouer le paon     plein de « mérite »

                                            est-ce vraiment ce que l’on veut ?

                                            où avez-vous mis la tendresse ?

                                            nous aider est notre richesse

                                            nous aimer est notre seul vœu

                               certains sont fiers    dit-on    d’être nés quelque part

                               mais ils n’y sont pour rien !     qui pourra le leur dire ?

                               d’autres    de leur projet  -  s’ils ont pu l’accomplir

                               c’est que leur santé leur a offert ce pouvoir

                               ou peut-être la chance  -  on peut les applaudir

                               c’est leur son favori    bravo pour leurs efforts

                                                       ils veulent notre accord

                                                          tout cela fait sourire

                                           être fier de ce que tu as réalisé

                                           c’est d’abord t’occuper des choses du passé

                                           mais pas de celui-ci   -   du passé répété

                                           qui tourne sans arrêt dans son éternité

                                      ça a commencé quand ?   il n’y a pas de date

                                      les faits ont bossué un parcours infini

                                      que tu ne peux que suivre     au soleil    dans la nuit

                                      maintenant ou avant  -  la frontière est étroite

                                                 et tu vas te vanter d’une splendeur antique ?

                                                 ça semble dérisoire     on n’y comprendrait rien

                                                 il faudrait accepter cet incroyable point :

                                                 être fier mille fois  pour une chose unique

                                                                 ce serait trop

                                                                 dédain stupide

                                                                 mépris sordide

                                                                 qui sonnent faux

                                                            si tu joues ce jeu

                                                            avançant dans l’ombre

                                                            calculant ton nombre

                                                            de gestes glorieux

                                                            tu vas t’aveugler

                                                            sans t’en rendre compte

                                                            et même la honte

                                                            devra te laisser

                          il faut que tu te reconnaisses

                          que tu poses sur la balance

                          l’image de ton excellence

                          ET tes faiblesses  -  tes prouesses

                          les plateaux cherchent l’équilibre

                          aide-les  -  tu en es capable

                          jette tes cartes sur la table

                          il ne tient qu’à toi d’être libre

                                    non      je ne suis pas fier    je suis parfois content

                                    où donc est mon pouvoir ?    il a dû disparaître

                                    je ne le cherche pas    je refuse tout maître

                                    respirer calmement me semble suffisant

                                                    vivre profondément

                                                 toujours prêt à renaître

     

    extrait de l'ensemble "Le son des lyres"

     

     

     

     

     

     

  • Lame de fond de Marlène Tissot

     

    La Boucherie littéraire

    coll. Sur le billot, 2016, réimpression 2017

    AdiHehcyl1cD5o4_gp3lJmXF5ok@500x762.jpg

    74 pages, 12 €.

     

    « Rien ne dure éternellement, mais tout continue à continuer »

     

    Lame de fond a quelque chose du carnet intime que l’on emporte partout avec soi pour y noter nos météos intérieures, sauf que dans Lame de fond, le besoin d’écrire est motivé par un évènement précis : la perte. La perte et l’absence définitive d’un être cher et ce besoin soudain, cette urgence de tout plaquer, pour aller le retrouver sur les lieux qui rallumeront la mémoire. Partir les mains vides avec cette part de soi plus ou moins enfouie que la douleur vient raviver.

    Ici l’être cher — mais l’auteur ne le dit pas, on le devine au fil des pages — c’est un grand-père, un grand-père vieux loup des mers adoré, un homme des grands espaces, un homme libre.

    « Avec toi, tout est permis. Avec toi, on chahute l’apparence des choses ordinaires, on colorie le monde. »

    Mais il ne s’agit surtout pas de rendre un hommage édulcoré au disparu.

    « Non, tu n’étais pas parfait. Mais c’est ainsi que je veux me rappeler de toi. Avec chacun des fils dont ta peau d’homme était tissée, les rêches comme les soyeux. »

    Et le lieu vers lequel le deuil renvoie l’auteur est un espace-temps, celui de Cancale en Bretagne et celui de l’enfance. Car avec les êtres chers qui nous quittent, ce sont comme des parts de nous qui s’en vont et que seule la mémoire peut convoquer. L’écriture sert alors de catalyseur et de fixateur.

    « Des détails en forme de graines semées dans le terreau de l’enfance. Giboulée de souvenirs. Tout cela me semble tellement loin et si présent pourtant. Comme un paysage miniature dans une boule à neige. »

    L’écriture de Marlène a toujours été juste, précise, percutante. Dans  Lame de fondelle se polit comme un galet roulé par la mer dans le sable. La douleur non seulement ramène à l’essentiel, mais dénude aussi ce qu’on pourrait appeler l’âme. Il est impossible de tricher avec la mort, elle met le doigt sur toute notre fragilité, met en relief tout ce qui est creux, vide et artificiel en nous et dans nos vies.

    « Quel contrat tacite nous oblige à penser en terme d’avenir professionnel, de confort matériel, en termes de consommation, de concurrence, d’efficacité, de sacrifices, en termes de famille à fonder, d’enfants à éduquer, de vacances à planifier ? Doit-on nécessairement être raisonnable, responsable, capable d’adapter sa ligne de conduite à la société, se fondre dans la masse ? (…) Est-ce qu’on se laisse décolorer l’âme sans même le remarquer ? »

    Dans toute famille, on peut espérer qu’il y ait au moins une personne qui nous transmette quelque chose qui a à voir avec l’essentiel, c’est le cadeau le plus précieux que l’on puisse faire à quelqu’un, c’est comme un nécessaire de survie. Le grand-père que Marlène évoque est de ceux-là, aussi son absence a la capacité de la rendre à elle-même avec une force et une acuité telle que la douleur de la perte devient une leçon de vie, intense.

    « Cours ma belle ! Nage dans le ciel. »

    La douleur anesthésie mais l’amour qui transcende la perte exacerbe au contraire tous nos sens, nous rend plus vivants que jamais. Et la mort du grand-père fait germer, dans le cœur de celle qui écrit, le noyau de l’enfance.

    « Je marche à reculons, à rebrousse-temps et j’ai enfin l’impression d’avancer dans la bonne direction. »

    Marlène nous offre un très beau livre, sensible, il ne peut laisser indifférent, il vient nous toucher, nous bouleverser, au plus secret de nous-mêmes, là où nous planquons nos plus grandes joies et nos plus grandes peines. Comme une lame de fond, il nous prend et nous retourne.

    « Je trinque à ton éternité en buvant l’horizon, d’un trait. »

    « Tu m’avais prévenue : “tout n’est que commencement.” »

     

    Cathy Garcia

     

     

    SDFS.jpgMarlène Tissot est venue au monde inopinément. A cherché un bon bout de temps avant de découvrir qu'il n'y avait pas de mode d'emploi. Sait dorénavant que c'est normal si elle n'y comprend rien à rien. Raconte des histoires depuis qu'elle a dix ans et demi et capture des images depuis qu'elle a eu de quoi s'acheter un appareil. Ne croit en rien, surtout pas en elle, mais sait mettre un pied devant l'autre et se brosser les dents. Écrira un jour l'odyssée du joueur de loto sur fond de crise monétaire (en trois mille vers) mais préfère pour l'instant se consacrer à des sujets un peu moins osés.

     

     

     

     

     

  • Ma Patagonie de Guénane

     

     

    La sirène étoilée, novembre 2017

    guenane_patagonie_200px.jpg

    47 pages, 12 €.

     

     

     

    « le bout du monde ressemble au début du monde »

     

    Ce recueil est un hommage, un magnifique et poignant hommage à une terre et à ses habitants disparus.

     

    « L’horizon   les dents du vent

    aimantent les solitaires

    les rêveurs de rupture

    ceux qui ne craignent de se rencontrer »

     

    C’est ainsi qu’il faut comprendre le « ma » devant Patagonie : non pas une appropriation conquérante des lieux, pas comme un adjectif possessif donc, mais comme la perception très personnelle de l’auteur au-delà de ce qui se donne à voir aujourd’hui.

     

    Devant l’immensité des paysages, la puissance de leur mémoire et leur beauté qui raconte ce qui fut, elle s’incline avec humilité et une grande sensibilité.

     

    « savoir se taire quand on écrit »

     

    Ce n’est pas le premier recueil de Guénane qui évoque la Patagonie, mais ici elle s’attache avec les maigres outils du poète — « en poésie aucun mot n’est cloué/ il n’a aucune prise » — à rendre âme et justice aux premiers habitants de ces terres :

     

    « Indiens Tehuelche

    nomades aux empreintes géantes

    onze mille ans de présence

     

    (…)

    civilisation Évangiles tourments

    hommes blancs qu’ils voyaient roses

    les Yámana s’éteignirent en 15 ans

     

    (…)

    1839 « Créatures abjectes et misérables »

    Darwin écrit dans son Journal

     

    (…)

    Indiens Ona

    (…) 1880   carnage

    Ona tous traqués  immolés

    Aucun exil possible sur une île

     

    Toutes ces vies horriblement massacrées et l’arrogante bêtise des « découvreurs ».

     

    (…)

    Je voyage en silence

    Dans la témérité des traces

    Une main posée sur la grotte du cœur. »

     

    Rendre justice aussi aux animaux en péril :

     

    « je regarde cabrioler les baleines

     dans un golfe - maternité

    (…)

    elles sombrent  jaillissent

    trente tonnes de graisse

    de grâce

    saluent le ciel  replongent »

     

    et à la nature défigurée :

     

    « espérer que son souffle survive

    sous les talons du tourisme 

     

    (…)

     

    Lointain Sud engagé

    dans la prolifération assassine

    de nos inutilités ».

     

     

    Ainsi l’auteur a su capter, non seulement les paysages, mais leur essence même, visions d’un monde disparu. Elle parvient à transmettre au lecteur tout le respect qu’ils lui inspirent, sans tomber dans l’aveuglement d’un romantisme exacerbé, bien au contraire, sa lucidité est vive et aiguisée comme le vent d’été austral « qui garde trace des sauvageries polaires ».

     

    « la Patagonie épineuse érafle

    les images faciles

    mais elle attire

    ses dix millions d’années apaisent

    les esprits trop griffés

    rassurent les insatiables

    les soiffards d’horizon

     

    (…)

    La Patagonie c’est elle qui vous explore

    ouvre vos brèches fouille votre cœur. »

     

     

    Ma Patagonie a clairement une dimension écologique et politique engagée. Tout territoire a une histoire, celle de cette « Terre des feux éteints/des rêves consumés » est particulièrement cruelle.

     

    « la colère du vent vient de loin

    dans sa voix mugissent des ombres. »

     

    Histoire d’un monde disparu :

     

    « si aujourd’hui les chevaux fiscaux

    hennissent sur la piste

    la mémoire agrippe les cavaliers du passé

    soudés à leur monture   ponchos au vent

    ils avaient des ailes. »

     

    Et d’un monde sur le point de disparaître sous l’avancée d’un prétendu progrès :

     

    « Le vent happe les dépotoirs sauvages

    plaque les plastiques aux buissons

    nos indestructibles macromolécules»

     

    et d’un tourisme de masse, « paisible ravage ».

     

    « si tu prononces

    Humains

    pourquoi cette impression toujours

    que s’annonce un déclin ? »

     

    (…)

     

    comment fait-elle l’Histoire

    avec ce perpétuel goût de l’échec en bouche

    d’où tient-elle cet estomac d’acier ? »

     

    Notre propre histoire finalement, à toutes et tous.

     

    « Si ta mémoire mesure le temps

    évite la dangereuse nostalgie

    se pencher à la portière de sa vie

    c’est déjà la Patagonie »

     

    (…)

    Nous gardons tous en nous des lieux que jamais

    Nous ne foulerons le cœur tiède »

     

    Ma Patagonie, incontournable.

     

    Cathy Garcia

     

     

    GUENANE_IMG.jpgGuénane est née le 26 juillet 1943 à Pontivy (Morbihan), sa famille ayant quitté la ville de Lorient bombardée par les Alliés. Elle ne se souvient pas avoir appris à lire et à écrire. Elle a commencé à étudier le violon à 7 ans. Elle a grandi au bord du Blavet, un fleuve marin, et a vite compris que chacun porte en lui ses propres marées. Dans les années 1960, elle fait des études de lettres à Rennes ; elle fait aussi partie de la petite troupe de théâtre du Cercle-Paul-Bert et déclame avec le groupe Poésie Vivante de Gilles Fournel, le mot Résistance avait alors son sens fort. Le 24 juillet 1964, avec le poète avignonnais Gil Jouanard, elle rencontre René Char, chez lui, à L'Isle-sur-la-Sorgue, une rencontre intense. Son premier recueil, paru aux éditions Rougerie en 1969, s'intitule Résurgences, un mot emprunté à René Char. Resurgere / renaître ; insurgere / s'insurger : toute sa démarche d'écriture est contenue dans ces mots. Renaître toute la vie à sa manière. Elle a enseigné à Rennes puis elle a longtemps vécu en Amérique du Sud. Années de dictature mais aussi avec la sensation d'avoir foulé les derniers arpents du paradis originel avant l'emballement économique mondial. Elle vit là où le fleuve d'origine qui lui enseigna le large se jette dans l'océan. Dans Un Fleuve en fer forgé (Rougerie), elle évoque son enfance auprès du Blavet en termes durs et implacables. "On ne repeint pas ses lieux d'enfance" dit-elle. Dans La Ville secrète (Rougerie) et La Guerre secrète (Apogée), elle évoque Lorient sous les bombes. Son roman Dans la gorge du diable (Apogée) se déroule dans les dictatures sud-américaines des années 1970-80. Demain 17 heures Copacabana (Apogée) se situe au Brésil dans les années 1970-80. L'Intruse, roman historique (Chemin Faisant) plonge dans le 19 e siècle, du second Empire à la guerre de la Triple-Alliance, l'épopée la plus sanglante de toute l'Amérique du Sud. Le titre de son recueil Couleur femme a été pris comme thème du Printemps des Poètes 20101.

    Dernières publications poétiques : Tangerine éclatée, livret, collection La Porte, 2017 ;  En Rade 4, brèves de cale illustrées par Pascal Demo et Killian Duviard, édition associative Chemin Faisant, 2017 ; Atacama, éditions La Sirène étoilée, illustrations Gilles Plazy, 2016 ; Le Détroit des Dieux, livret, collection La Porte, 2016 ; La Sagesse est toujours en retard, Éditions Rougerie, 2016 ;  Au-delà du bout du monde, livret, collection La Porte , 2015 ;  En Rade 3, brèves de cale, illustré par NicoB, édition associative Chemin Faisant, 2015 ;  L'Approche de Minorque, livret, collection La Porte, 2014 ;  Un rendez-vous avec la dune, Éditions Rougerie, 2014.

     

     

     

  • Numéro 61

    001 small.jpg

    octobre 2018

     

    Quand j’ai commencé la revue, dans les premiers numéros, j’étais systématiquement au sommaire. C’était une façon de faire connaître mon travail en même temps que celui des autres auteurs que j’accueillais. Puis devant leur nombre sans cesse croissant et lassée aussi de ma présence, j’ai libéré la place avec joie. Mais le problème des poètes revuistes, comme ces cordonniers (quand il y en avait) mal chaussés, c’est qu’à force de se mettre au service de l’écriture des autres, ils n’ont plus beaucoup, voire plus du tout de temps pour la leur. Il y a aussi un fait : la réciprocité chez les êtres humains — et les poètes ne font pas exception — ne coule pas de source, c’est pourquoi le proverbial « jamais aussi bien servi que par soi-même » prend au final tout son sens.

     

    Alors pour une fois, je reprends un bout de territoire ici, juste le temps de mettre un coup de projecteur entre autre sur la sortie d’un livre à lente maturation auquel je tiens et que publient les éditions Cardère, qui hébergent déjà trois autres de mes bébés. La bonne maison Cardère publie avant tout des ouvrages sur le pastoralisme, la poésie c’est en plus et elle n’a jamais eu l’imbécile idée de choper la grosse tête ou de s’illusionner sur un quelconque pouvoir d’éditeur, pas plus qu’elle ne s’illusionne sur les auteurs eux-mêmes. Une chose est essentielle en poésie — et qui dit poésie, dit vie — : une forme d’humilité. Pas une posture humble non, juste quelque chose de très naturel, humus, humilité, humain, cette racine plantée dans la terre qui nous nourrit et qu’il ne faut jamais oublier, quelle que soit la force et l’envolée de notre imaginaire ou de nos prétentions.

     

    Écrire est une chose, être lu en est une autre. Entre les deux se tissent de fragiles et éphémères passerelles dans lesquelles se prend la rosée de l’aube, trésor qui scintille un instant — précieux instant — avant que le jour ne vienne le boire.

     

    CG

     

    monde de rosée
    rien qu'un monde de rosée
    pourtant et pourtant

    Issa

     

    Illustration8 small.jpg

     

    AU SOMMAIRE

     

     

    Délit de poésie : Arnaud Martin, Didier Trumeau, Jérémie Tholomé (Belgique) et Cathy Garcia Canalès

     

    Délit  de table : « Aujourd’hui c’est raviolis » extrait d’une pièce de théâtre de Marcel Moratal,

     

    Délit de vagabondage : « Une vie de carton », récit nomade de Julien Amillard

     

    Illustration 10 small.jpg

     

    Résonance :

    Ma Patagonie de Guénane, La sirène étoilée, 2017

    Lame de fond de Marlène Tissot, La Boucherie littéraire, 2017

     

    Et un flash spécial sur Calepin paisible d’une pâtresse de poules, le n°2 de la série Délits vrais – poésie postale, qui est passé en format livre en septembre.

     

    C’est aussi la rentrée des Délits d’(in)citation sagement installés au coin des pages et vous trouverez un bulletin de complicité qui n’a pas pris la grosse tête, toujours au fond en sortant.

     

    Illustratrice : Muriel Dorembus

     

    Présentation.jpg

    http://www.murieldorembus.fr

     

     

     

     

    je balaie le sol, allume de l'encens et ferme la porte pour dormir
    la natte, comme des rides dans l'eau, la tenture comme de la fumée
    ici en étranger, je me réveille, où suis-je ?
    je soulève le store de la fenêtre à l'ouest, les vagues rejoignent le ciel

    Han Shan

     

     

    Illustration 1-2 small.jpg

     

    Nouveaux Délits - octobre 2018 - ISSN : 1761-6530 - Dépôt légal : à parution - Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits - Coupable responsable : Cathy Garcia Canalès - Illustratrice : Muriel Dorembus - Correcteur : Élisée Bec

     

     

     

     

     

  • Le Délit buissonnier n° 3 est sorti en juillet !

     

     

    COUV 001SMALL.jpg



    Petite histoire essentielle de la futilité
    textes de Bruno Toméra
    illustrations originales de Jean-Louis Millet

     


     « Au retour dans la bagnole, intercalé dans la file des pressurés
    l'humanité klaxonnait, gueulait, les bras au ciel, pressés
    de se jeter corps et âmes dans d'autres emmerdements.
    Le connard de derrière habillé en voiture dernier cri
    gesticulait dans le rétro, le poing brandi.

     Garde toujours le piaf des urgences dans ton cœur
    Garde toujours le piaf des urgences dans ton cœur.
    Que je me suis dit
    . »

     

    Tom 05sm.jpg

     
    40 pages agrafées
    tirage numéroté sur papier calcaire 100 % recyclé 
      90 g et couverture 250 g

    10 € + 2 € de port
       
     à commander à l'Association Nouveaux délits

    http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/delits-buissonniers/

     

     

     

     

  • Soliflore 72 - Jean Marc Farge

     

     

    DSC_0697.JPG

    (c)photo de l'auteur

     

     

    Aimer

     

    La femme est un Temple,

    Un lieu sacré à l'image de l'univers,

    Un lieu de don de vie, de lumière.

    Tu m'as donné un pouvoir

    Celui de dédicacer ce sanctuaire.

     

    C'est en toute liberté que je te voue un culte,

    Sans liturgie, car tout se crée dans l'instant.

    Rien n'est enfermé dans un cadre imposé

    L'amour ne peut être emprisonné,

    Il vit et se nourrit de chaque instant.

     

    La vie triomphera de tout si nous y croyons,

    Elle est pureté comme l'aurore naissante.

    Le corps devient une oreille qui écoute l'âme,

    Invite-moi au banquet des futures épousailles.

     

    L'absolu du désir ne peut être violence

    Il est cette juste certitude qui régit tout.

    Cette vérité que l'homme cherche tant

    Se situe dans son exacte liberté de conscience.

     

    Allons là où se situe ce secret qui nous anime

    Le reconnaître, c'est soulager son cœur.

     

     

     

  • Soliflore 71 - Hubert Boisselier

     

    ALVARO SANCHEZ.jpg

    (c)Alvaro Sanchez

     

     

    Tu n'as pas d'empreinte 

    Hormis la cendre 

    Pas de nom 

    Excepté celui hurlé entre les dents dont tu es né 

    - L'injure de l'oubli dans ta gorge 

    Fore un puits de lave dans ta poitrine 

    Mais il faut bien s'empreindre d'un avenir - 

    Tu n'as de nom que celui écrit par dessus 

    Le tien le leur a eux qui t'appelaient 

    Par ce nom hurlé entre les dents 

    Qui devaient te déchirer 

    Dont tu devais mourir 

     

    Pas trace de toi avant que tu t'imprimes 

    Sur les murs et les pages et les écrans 

    Avant que tu détournes les voies toutes tracées 

    Par ton nom et ceux qui te nommaient alors 

    Vers d'autres lieux vers d'autres corps

     

    Tu n'as d'empreintes 

    Que dans la cendre de qui tu fus 

    De qui tu fuis en lui fermant les yeux 

    Le laissant vivre de son aveuglement 

    Dans cet ailleurs qui fut toi 

     

     

     

  • Soliflore 70 - Xavier Monloubou

     

     

    pour Soliflores - la paix. Xavier Monloubou.jpg

    photo de l'auteur

     

    la paix.

    elle mue d’arbre en arbre. apparition enlacée au cuivre du soleil. d’une marche lente. jamais à l’abri. majesté venue d’ailleurs. mal de rêveur, son agenda toujours ouvert. contre la pierre entrebâillée qui traîne sous la pluie. son brouillon épuisé de ville. ce quelque chose dans le pain. elle sauvera l’autre rêveur. qu’elle impose. au rythme de l’invisible ciel qui respire l’onde blonde, la présence, le geste libre. elle, la paix. elle anime le « i » d’aimer. se déporte avec le pollen et le vent. part encensée. passage secret. pour nous trouver enfin.

     

     

  • Le numéro 60 lu par Marilyne Bertoncini pour la revue Recours au poème

    Les Revues “pauvres” (1) : “Nouveaux Délits” et “Comme en poésie”

    Par | 4 septembre 2018|Catégories : Comme en poésieNouveaux DélitsRevue des revues

    Ce n’est certainement pas à l’excellent qualité des contenus et des projets  que renvoie le terme « pauvre » – mais comme pour ce qu’on nomme « l’art pauvre », je voudrais par ce titre souligner l’inventivité, les maigres ressources (les abonnements et l’investissement bénévole des revuistes), et ce génie de l’utilisation des bouts de ficelle qui permet de concocter des revues ne le cédant en rien aux plus connues, mais qui vivent à la marge, en raison de la confidentialité de leur diffusion.

     

    « Nouveaux Délits, revue de poésie vive » en est un excellent exemple : de petit format (une feuille A4 pliée en 2), agrafée sous une couverture rousse, il offre 54 pages d’excellente poésie accompagnée d’illustrations en n&b – un illustrateur différent invité pour chaque numéro – imprimée sur papier recyclé : « Du fait maison avec les moyens et la technicienne du bord, pour le plaisir et le partage. » ainsi que le déclare la maîtresse d’œuvre, la poète Cathy Garcia, qui mène contre vents et marées cette entreprise depuis 15 ans, et à laquelle je cède la parole en recopiant l’édito du numéro 60, dans lequel on lit l’enthousiasme et les difficultés de l’entreprise. (...) 

     

     

     

    "Ce n’est pas quelque chose sur quoi j’aime m’étaler mais il faut savoir peut-être que si cette revue existe, c’est par une sorte de passion entêtée de ma part, car elle est réalisée (volontairement) sans subvention et bénévolement, dans un contexte de précarité permanente, qui a d’ailleurs tendance à s’accroître d’année en année et ce numéro 60 a eu un accouchement particulièrement difficile. Cependant, je crois bien qu’au final, c’est un beau bébé ! Un peu étrange, douloureux même, mais riche de toute sa complexité humaine et de cette énergie qui passe dans les mots, qui les traverse et parfois nous transperce, cet appel d’air, ce désir indéfinissable de saisir, en nous et hors de nous par les filets de la parole, ce qui le plus souvent demeure insaisissable.”

     

    Feuilletons ensemble ce numéro fatidique : après l’édito que nous venons de citer in extenso, le sommaire : 7 poètes pour cette livraison, dans une partie intitulée « Délit de poésie » puis deux livres présentés dans la rubrique « Résonance ». Suit la mention intriguante « Délits d’’in)citations percent la brume des coins de page » : en effet, la revue est ponctuée de citations plus ou moins longues, dans l’angle des pages non numérotées : on trouve dans ce numéro un proverbe russe, Victor Hugo, Daniel Biga, un haïku de Sôseki… ou encore – en écho au poème de Valère Kaletka, « Le lieu », cette phrase de l’humoriste Pierre Doris : « C’est très beau un arbre qui pousse dans un cimetière. On dirait un cercueil qui pousse ». Car l’entreprise de Cathy Garcia, on le comprend vite, n’est pas dépourvue de cette distance souriante, qui lui a fait choisir le titre provocant de cette publication, liée à l’association et aux éditions Nouveaux délits, à Saint Cirq-Lapopie – rien de moins : revue pauvre, peut-être, mais au moins sous le regard tutélaire d’André Breton, qui y a séjourné après y avoir acheté une maison en 1950. D’ailleurs, si elle invite le lecteur à s’abonner, elle le fait en dernière page avec un « bulletin de complicité » qui vous propose de « blanchir (votre) argent en envoyant (votre) chèque à l’association – et comment résister à cet appel à soutien, lorsqu'on a pu constater la variété des textes publiés ? Dans cette livraison, outre Valère Kaletka, Pierre Rosin, dont on suit le parcours de peintre-poète dans Recours au Poème également, et dont je relève le post-scriptum à l’un de ses textes : « PS : nous pourrons garder les poètes et les peintres à condition qu’ils sachent jardiner ». Puis Daniel Birnbaum, Joseph Pommier, Florent Chamard, dont on peut écouter deux textes lus par Cathy Garcia sur la chaîne youtube « donner de la voix » 

    Puis Vincent Duhamel avec quelques proses poétiques, et Antonella Eye Porcelluzzi, dont la biographie succinte nous amène sur google à regarder les films ou écouter à travers la voix de Cathy sur la chaîne associée à la revue

    Vous ne connaissez pas la plupart de ces noms ? C’est qu’ils ont surtout publié en revue, et que les éditeurs ne les ont pas encore rencontrés, mais parcourez donc, sur le site, la liste des poètes publiés par la courageuse revue Nouveaux Délits – et : bonnes découvertes !

     

    Pour lire l'intégralité de l'article : https://www.recoursaupoeme.fr/les-revues-pauvres-1-nouveaux-delits-et-comme-en-poesie/

     

     

     

     

  • Soliflore 69 - Patrice Blanc

     

    alison scarpulla-02.jpg

    (c)Alison Scarpulla

     

     

    vagabond,

    le sommeil flirtait avec la mort

    crises justes, aiguisées

     

     

    chose des morts

    dans l’enfer des buissons !

     

     

    images cuites des mots,

    étoiles baignées d’ivresse…

     

     

    les mots sucent  la poussière

    la bête approche

    sur le sentier du dire

     

    elle flanne

    jusqu’au repère du poème

     

     

     

    (…)

     

    les nerfs besognent en terre de douleur

    champs malades

     

    l’existence use le poème

     

    ailleurs,

    mêmes les rêves meurent…

     

     

     

     

    un sommeil rouillé

    un mort lave la nuit

     

    les flaques cassantes

    du ciel

    drainent les falaises

     

    au hasard des pierres…

     

     

     

  • Soliflore 68 - Patrick Le Divenah

     

    P.Le Divenah illustration café 2 (Nouv.Délits) 001.jpg

    illustration de l'auteur

     

     

    café  2

     

    claque aux doigts

    fringué de sa dégaine

     

    coup d'œil qui délimite le territoire

     

    claque la commande

     

    se jette un verre

    rituel

     

    claque la langue

     

    coude affirmé

    billet désinvolte sur le comptoir

     

    claque le fric

     

    main qui s’impose paternaliste

    droit de cuissage

    claque la cuisse

     

    le pas irrémédiable qui doit laisser un vide

     

    claque la porte

     

     

     

    Patrick Le Divenah a illustré le n°56 de la revue

    http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2016/12/27/numero-56.html

     

     

     

  • Soliflore 67 - Laurence Skivée

     

     

     

    La Roche-en-Ardenne, LS août 2018.jpeg

    (c)photo de l'auteur - La Roche-en-Ardenne, août 2018

     

     

       Revenir à la source

     

        Lumière pure             entre les plus hautes déchirures

     le vent      la pluie         la liberté

            le chant         et le silence

              mon beau pays

             de joie

     

     

     

             www.laurenceskivee.be

     

     

     

     

  • Soliflore 65 - Pierre J. Niedergang

     

    lucile lert.jpeg

    (c)Lucile Lert

     

     

    Attaqué de tous les côtés, 

    Je suis une pile

    d’accablement 

    étoile d’un filant

    manque d’espoir

    un dévorant

    dévoré.

    Mais je l’ai dit à votre juge, 

    amoureux.

    J’ai répété, j’ai crié 

    la secousse

    l’ouverture

    qui m’habitait.

    J’ai tenté la suturation,

    J’ai même voulu écrire,

    mais je ne suis pas un graveur de roche 

    Je suis une fumée habile

    qui vibre

    de toutes parts.

    Je ne suis pas un fluide, un flux,

    je ne coule pas.

    Je suis une fumée en vibration 

    en expansion.

    Mais tu m’assièges, 

    tu m’assènes

    que la porte est fermée 

    et les clés, perdues

    dans un lointain futur; 

    que nous sommes

    une prison en démolition

     

    pniedergang@gmail.com

     

     

  • Soliflore 64 - Anne B.

     

     

    L'Absence  Raphaël Fournier.jpg

     (c)Raphaël Fournier

     

     

    L’ABSENCE

     

    L’absence,

    C’est une part de nous

    Qu'on a éprouvé dans l’autre

    Et qui se respire sans visage

    L’absence,

    C’est une veine

    Qui se frotte à notre démouillée

    C’est cet absurde grillé par l'absolu

    De vouloir tout garder et grandir

    Dans notre fragilité

    L’absence,

    C’est le satin de la branche

    De nos racines

    Où l’on ne voudrait que la cambrure

    Sans la surface dessoudée

    L’absence,

    C’est ce voile

    Qui trempe notre encre dans sa chair

    L’absence,

    C’est la terre brouillée

    A l’indélébile de notre présent

    L’absence,

    C’est cette bulle couchée

    Aux larmes épuisées de la nuit

    L’absence,

    C’est cette promesse que le buvard

    Se remplira à nouveau

    Dès l’aube de sa rosée

    L’absence,

    C’est ce miroir

    Où le cœur se fond dans ses graines

    De toiles de silence.

     

     

    https://www.facebook.com/Anne.B.SOLEIL/

     

  • Soliflore 63 - Jean Piet

     

     

    10 décembre 2017..JPG

    (c) Séverine Portejoie

     

     

    Sagesse

     

     Elle s'assied au pied d'un chêne centenaire,

    Hume l'odeur du temps, fumant sa pipe en bois,

    Fait bruisser  les feuilles rouges entre ses doigts

    Lève les bras, enlace le ciel salutaire.

     

    Elle est le loup solitaire sur son rocher,

    Celui veillant sur la meute juste en dessous.

    La sagesse est le fil du temps, l'eau, ses remous,

    Le ruisseau qui connait la mer et ses dangers.

     

    Elle est dans le souffle du vent, dans les embruns,

    Parfume les soupes, le pain des pauvres gens,

    Dîne à la table sans nappe des indigents,

    Puis, calme les colères de ceux qui ont faim.

     

    Vous la trouverez au creux d'un arbre pourri,

    Dans les pommes vertes, dans votre potager,

    Dans les  cimetières, au détour d'une allée,

    Vous parlant de la mort, mais surtout de la vie.

     

    https://www.facebook.com/jean.piet1967/

     

     

     

  • Soliflore 61 - Charles Orlac

     

     

     

    Cézanne.jpg

    Cézanne - La montagne Sainte-Victoire

     

     

     À celle qui

     Verse l’eau fertile sur les sables de la nuit

    Qui barre la route aux vaines encyclopédies

     

     À celle des

     Restanques lézardées sous l’effort de mémoire

    Celles des

     Villages perchés jeunes filles ou grand-mères loquaces

    Leurs collines en marche vers des golfes rutilants

     

     À celle des

     Oiseaux prénommés de couleurs

    Des ravines calcinées et leur bouche plus grave

    Celle des

    Portraits d’anonymes sous la plume désennuyée

    Quand la pensée en panne se cherche un vocabulaire

    Celle qui

    Souligne les crêtes arpégées d’une glorieuse brume

     

     À celle des

    Parapluies emmurés qui désamorce les malheurs

    Qui rapatrie dans leur brousse

    Les taxis aux cœurs embouteillés

    Celle qui

    Rive les ciels nocturnes de réverbères-pleines lunes

    Pour tous les mécréants qui craignent

    Un jour de les voir s’écraser

     

     À celle des

    Abris-bus aux sans-abris parasités de matins clairs

    Parasités du luxe de l’espoir

     À celle qui

    Revêt le vent de pardons jaunissants

    Quand sous la porte il glisse paupières mi-closes

    Celle qui

    Garde-barrière se soulève

    Quand passent les soleils couchants

     

      À celle des

     Volontés puissantes, des barrages défiant les montagnes

    Celle des

    Garrigues hiérarchisant les parfums les heures

    Celle des

    Après-midi incendiés de crépitements d’insectes

     

     À celle qui

    Écosse les jours et les délie de leur fil spatiotemporel

    Celle des

    Balustrades-belvédères où s’arrête la parole

    Où le regard vient à nouveau tout unifier tout simplifier

    Pour mieux partager l’éternité ainsi retrouvée

     

     À celle qui

     Coule l’horloge de cire dans nos cerveaux flottants

     

    extrait de Vie d'origami et autres pliages (Édilivre)

     

    https://www.facebook.com/CharlesOrlac/

     

     

     

     

     

  • Soliflore 60 - Anne Perrin

     

    chaleur image.jpg

    (photo de l'auteur)

     

     

    Chaleur suave et étrangeté de ce soir en pointillé
    où rôdent les épaves. Que les yeux se plissent
    aux immondices, que l'écarlate jaillisse
    à l'horizon-délice.

    Fais-moi silence pour ne plus voir l'orage et sa robe de plage,
    fais-moi absence.

    Retenons merveilles aux creux de l'océan,
    sablons les courants des étoiles-vermeil

    Et d'un ciel de feu, nous peindrons
    les oraisons des nouveaux dieux.

     

     

     

  • Soliflore 59 - Sébastien Cochinard

    La Lavandière Toulouse-Lautrec.jpeg

    Toulouse-Lautrec - La blanchisseuse, Rosa

     

     

    je ne t’idéalise pas
    d’une glaise de mots je sculpte ton retard
    je vais t’inverser de couleurs
    peau rousse et cheveux lactés d’alpaline
    ta langue de feldspath marouflant l’espace de nos bouches
    d’un millefeuilles la mienne ruant aux flux de tes secousses
    à l’oraison de tes jambes
    le rougeoiement des estrans
    l’incendie joint à ses couleurs
    ta langue de victoire des rapides du monde
    ton sexe mont-cratère gorgé de cerises racines
    beau de son ignorance pour l’ardeur du jour
    pour la cannelle de tes yeux
    pour le pluriel ovni de ton regard
    belle d’inassouvance
    pour ton gypse gitan dont je ne sais la saveur

     

    https://www.facebook.com/scochinard